John Trengove

réalisateur sud-africain

John Trengove est un réalisateur sud-africain né le à Johannesburg.

John Trengove
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activité
Œuvres principales

Il est connu pour sa minisérie Hopeville[1] sorti en 2010, ainsi que pour son film Les Initiés sorti en 2017.

BiographieModifier

JeunesseModifier

John Trengove est né et a été élevé à Johannesburg et a vécu au Cap ainsi qu'à New York. C'est à New York qu'il a reçu sa maîtrise en réalisation à l'université de New York[2].

CarrièreModifier

Même s'il s'est fait connaître récemment avec du cinéma expérimental pour son film Les Initiés (2017), il a d'abord travaillé pour des champs variés tels que le théâtre, la télévision, le documentaire et la publicité. Il a reçu des récompenses pour sa minisérie Hopeville (2009) tels que le swiss rose d'or de la meilleur fiction[3] et une nomination aux Emmy Awards dans la catégorie Miniséries. Son dernier long métrage The wound (Les Initiés), explore les rites traditionnels de circoncision des hommes dans le cap oriental en Afrique du Sud. En outre, ce film fut présent à la Berlinale[4] 2017 dans la section panorama où il a fait l'objet de l'ouverture. Ce film a fait l'objet d'autres compétitions tels que le festival international des scénaristes de Valence[5] ou le festival Sundance dans la catégorie drame en 2017.

John Trengove annule sa participation à l'édition 2017 du Festival du film LGBT de Tel-Aviv, où Les Initiés devait être le film d'ouverture, dans le cadre de la campagne de boycott culturel d'Israël[6].

Analyse de l’œuvreModifier

Les Initiés est une œuvre prise dans les interrogations entre les traditions et la modernité. En effet, le réalisateur interroge les rites de passage qui font de l'adolescent un homme dans la société sud africaine, peuplée de différentes ethnies et cultures. Il aborde le sujet de l'homosexualité qui, comme il le dit lors de cette interview[7], est autorisée en Afrique du Sud puisque la législation y est assez libérale ; mais la réalité est bien différente.

Le scénario traite de la réception de l'homosexualité dans une certaine ethnie sud africaine, que l'on pourrait qualifier de patriarcale, qui maintient son influence au travers de rites opérant la circoncision qui permet à cette ethnie de perpétuer son influence. Ainsi l'on voit que lorsqu'on s'intéresse aux populations les plus démunies économiquement ou les plus traditionnelles, une certaine tension s'opère entre passé et présent à cause d'un retour à des valeurs passées afin de résister à la modernité. Ainsi, l'homophobie est toujours apparente dans ces espaces.

FilmographieModifier

  • 2009 : Say Hi to Bangkok (court métrage)
  • 2010 : Hopeville (minisérie)
  • 2011 : Disco 3000 (court métrage)
  • 2014 : iBhokhwe (court métrage)
  • 2017 : Les initiés (Inxeba)

Notes et référencesModifier

  1. John Trengove, Desmond Dube, Leleti Khumalo et Fana Mokoena, Hopeville, (lire en ligne)
  2. « Festival des 3 Continents | John Trengove », sur www.3continents.com (consulté le 17 avril 2017)
  3. (en) « Rose d'Or », Wikipedia,‎ (lire en ligne, consulté le 17 avril 2017)
  4. « | Berlinale | Programme | Programme - The Wound », sur www.berlinale.de (consulté le 17 avril 2017)
  5. « Festival international des scénaristes de Valence », sur www.scenarioaulongcourt.com (consulté le 17 avril 2017)
  6. (en) Nirit Anderman, « Director of Opening Night Film in Tel Aviv LGBT Film Fest Boycotts Screening », sur Haaretz, (consulté le 5 juin 2017)
  7. « The Wound - Rencontre avec le réalisateur John Trengove », sur ARTE Cinema (consulté le 17 avril 2017).

Liens externesModifier