Ouvrir le menu principal

Johann von Aldringen

Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Clary-Aldringen.

Le comte Johann von Aldringen ou von Altringen (Thionville, 10 décembre 1588[1]Landshut, 22 juin 1634) fut un commandant de l'armée impériale pendant la guerre de Trente Ans.

Johann Graf von Aldringen. Portrait du troisième tome de l'ouvrage Theatrum Europaeum

BiographieModifier

Né en 1588 à Thionville, alors dans le Duché de Luxembourg, partie intégrante des Pays-Bas espagnols habsbourgeois, Johann von Aldringen passe sa jeunesse à voyager en tant que page à travers l’Europe et notamment dans les Pays-Bas, en Italie et en France. Soucieux de parfaire son instruction, il y suit les cours d'une des facultés les plus renommées de l’époque : la Sorbonne à Paris. Peut-être avait-il envisagé une carrière ecclésiastique, mais il y renonce et intègre en 1606 l’armée des Habsbourg d’Espagne.

En 1618 débute la guerre de Trente Ans qui oppose les seigneurs catholiques réunis derrière l’Empereur Ferdinand II aux protestants alliés aux Suédois et au Roi de France. Johann von Aldringen rejoint alors l’armée impériale dans laquelle il se distingue, tant par ses dons de soldat que de diplomate. Il est nommé colonel dès 1622.

Au pont de Dessau, en 1626, Johann von Aldringen repousse les troupes protestantes de Ernst von Mansfeld et contribue ainsi à la victoire de Wallenstein. Puis, en 1629, aux côtés de son inséparable ami Matthias Gallas, il se distingue par sa victoire à Mantoue contre les troupes françaises, ce qui leur vaut à tous deux d’être anoblis en 1630 : Johann von Aldringen devient Reichsgraf (Comte d’Empire). La même année, lui et Matthias épousent les deux filles du comte d’Arco.

À la mort de Tilly, il le remplace en tant que chef des troupes catholiques et est nommé Feldmarschall (Maréchal de camp). Johann von Aldringen meurt en 1634 en défendant Landshut contre les Suédois.

SuccessionModifier

Mort sans descendance directe, l'ensemble de ses possessions, notamment les seigneuries et le château de Teplitz, reviennent à sa sœur la comtesse Anna Maria von Aldringen et à l'époux de celle-ci, le comte Hieronymus von Clary, qui fondent la lignée des princes von Clary-und-Aldringen.

Notes et référencesModifier

  1. Deutsche Biographie sur le site web de la Bibliothèque de Bavière („Bayerische Staatsbibliothek“), consulté le 14 décembre 2015

SourcesModifier

  • M. Niemeyer: Johann von Aldringen, Halle, 1882.
  • Friedrich Förster (dir.): Albrechts von Wallenstein, des Herzogs von Friedland und Mecklenburg, ungedruckte, eigenhändige vertrauliche Briefe und amtliche Schreiben aus den Jahren 1627 bis 1634, 3 vol. Berlin 1828−1829.

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :