Johann Caspar von Orelli

philologue suisse

Johann Caspar Von Orelli est un philologue suisse, né le à Zurich, d'une famille originaire d'Italie, mort le . Il est le cousin de Johann Konrad Orelli.

BiographieModifier

Il fut d'abord pasteur de l'Église réformée à Bergame, puis professeur à Coire (1814). Il fut appelé en 1819 à Zurich pour occuper la chaire d'éloquence et d'herméneutique, résigna ses fonctions en 1822 parce qu'on suspectait son orthodoxie, mais fut bientôt rappelé et fut nommé en 1833, lors de la fondation de l'Université de Zurich, professeur extraordinaire de littérature ancienne.

ŒuvresModifier

Outre quelques ouvrages originaux (Histoire de la poésie italienne, 1810; Victorin de Feltre, 1812; la Réforme en Suisse, 1849), on lui doit des éditions fort estimées de Cicéron, Zurich, 1826-38; de Phèdre, 1832; de Velleius Paterculus, 1835; de Salluste, 1840; d’Horace, 1837 et 1843; de Tacite, 1846-48; de la Théogonie d'Hésiode, 1836, une édit. toute grecque de Platon, avec les scholies et les glossaires anciens, 1839; et un précieux recueil d'inscriptions, Inscriptionum latinarum amplissima collectio, 1828, 2 vol. in-8, préférable à tous les recueils analogues publiés jusque-là. La plupart de ses éditions sont accompagnées de commentaires où brillent une érudition variée et choisie, une rare sagacité, une précision et une correction remarquables.

SourceModifier

  • Cet article comprend des extraits du Dictionnaire Bouillet. Il est possible de supprimer cette indication, si le texte reflète le savoir actuel sur ce thème, si les sources sont citées, s'il satisfait aux exigences linguistiques actuelles et s'il ne contient pas de propos qui vont à l'encontre des règles de neutralité de Wikipédia.