Ouvrir le menu principal
Joan Sims
Nom de naissance Irene Joan Marion Sims
Naissance
Laindon, Essex, Angleterre
Nationalité Drapeau du Royaume-Uni Britannique
Décès (à 71 ans)
Chelsea, Londres, Angleterre
Profession Actrice
Chanteuse
Films notables Arrête ton char Cléo
Mr. Topaze

Joan Sims, née le à Laindon et morte le à Chelsea, est une actrice et chanteuse anglaise[1], connue notamment pour ses rôles dans la série de films Carry On, dont Un thermomètre pour le colonel (Carry On Nurse, 1959), Arrête ton char Cléo (Carry On Cleo, 1964) et Carry on Camping (1969). Elle a aussi tenu le rôle de Mrs. Wembley, une cuisinière qui adore le xérès, dans On the Up (1990-1992) et celui de Madge Hardcastle dans la série télévisée As Time Goes By (en) (1994-1998). Sa carrière comme chanteuse n'a pas eu autant de succès que son travail comme comédienne.

Sommaire

BiographieModifier

JeunesseModifier

Irene Joan Marion Sims[2] est née le 9 mai 1930, fille unique de John Henry Sims (1888-1964), chef de gare à Laindon, Essex[3],[4] et de son épouse Gladys Marie Sims, née Ladbrook (1896-1981). L'intérêt précoce de Joan, en tant qu'actrice, vient de la gare. Elle organise souvent des spectacles pour les passagers en attente. Elle a décidé qu'elle voulait se consacrer au spectacle pendant son adolescence et est rapidement devenue un visage familier dans les petites productions locales. Une de ses premières apparitions sur la scène fut dans le rôle de Miranda Bute dans la comédie Quiet Wedding d'Ester McCracken en mai 1946.

En 1946, Joan s’inscrit pour la première fois à la Royal Academy of Dramatic Art, mais échoue lors de sa première audition. Elle avait interprété Winnie l'Ourson. Elle réussit à être admise à la PARADA, l'école préparatoire de l'académie, et finalement, à sa quatrième tentative, elle obtient son diplôme et poursuit sa formation à la RADA[1],[3]. Elle obtient son diplôme à ses 19 ans, en 1950[5]. Une de ses premières représentations sur scène a lieu en 1951 dans le pantomime The Happy Ha’penny au Glasgow’s Citizens Theatre[1],[6].

Joan s'affiche dans un certain nombre de farces Aldwych au théâtre du même nom à Londres, mais elle apparait le plus souvent dans des revues, en particulier les œuvres de Peter Myers[3]. En 1958, elle joue dans la pièce Breath of Spring de Peter Coke, dont la première a lieu au Cambridge Theatre en mars, avant d’être transféré au Duke of York's Theatre en août 1958, jusqu’en avril 1959. Joan préfère le cinéma au théâtre, « C’était bien sûr agréable de jouer dans une pièce réussie, d’avoir l’enthousiasme de jouer dans des salles combles (et, surtout, d’assurer un revenu régulier dans un avenir proche). Mais d’un autre côté, j’ai trouvé extrêmement difficile de conserver une performance naturelle et je me suis vite ennuyée[7]. »

CarrièreModifier

Joan fait sa première apparition au cinéma dans Le Scandaleux Mister Sterling avec George Cole en 1953, suivi deTrouble in Store avec Norman Wisdom. En 1954, elle apparaît en tant que Miss Dawn dans Les Belles de Saint-Trinian et fait une apparition dans Doctor in the House, aux côtés de Dirk Bogarde en tant qu'infirmière sexuellement réprimée. Joan est devenue une habituée de la série Doctors, qui a été produite par Betty E. Box. Elle a été repérée par le mari de Betty, Peter Rogers[5].

Elle tient un petit rôle dans le film de 1957 Carry on Admiral, sans aucun lien avec la dernière série de Carry On.

Carry OnModifier

En 1958, Joan reçoit un script de Peter Rogers ; c'est pour Un thermomètre pour le colonel. Le film Allez-y sergent ! a connu un énorme succès au box-office et, à l'automne de cette année-là, Rogers et le réalisateur Gerald Thomas ont commencé à planifier une suite[8].

Elle a d'abord joué dans Un thermomètre pour le colonel, puis Carry On Teacher suivie de Carry On Constable et de Carry On Regardless, ce qui a scellé son avenir en tant qu'interprète habituelle de Carry On[9]. Après une période de maladie, il a fallu faire appel à Dilys Laye pour la remplacer dans Carry On Cruising, dans un délai très court. Cependant, Joan rejoint l’équipe de Carry On Cleo[10]. Son rôle consiste à donner le ton au reste des films de Carry On. « Les costumes ont été confectionnés pour moi, plutôt que de devoir utiliser une vieille robe qui avait déjà été utilisée et qui devait être cousue à l'arrière pour accueillir ma taille - qui était désormais bien potelée. »

Les personnages de Joan dans les films ont évolué d’objets de désir, dans les premiers films, pour devenir des épouses rebelles et harcelantes dans les films suivants, comme le montre son rôle dans Carry On Screaming. Après le succès de Carry On Cleo, elle reste dans la série de films jusqu’au dernier, Carry On Emmannuelle. Joan est apparue dans 24 films Carry On en tout ; elle n'est pas revenue pour le film de reprise, Carry On Columbus (1992). Cependant, elle intervient aux côtés de Kenneth Williams dans l'émission de radio Stop Messing About en 1969-1970[11]. Auparavant, elle travaille à la BBC Radio dans la comédie Play it Cool avec Hugh Paddick et Ian Carmichael[12].

Après la fin de la série Carry On en 1978, Joan continue de travailler à la télévision. Elle apparait aux côtés de Katharine Hepburn et Laurence Olivier dans le film télévisé, primé de 1975, Love Among the Ruins, et tient un rôle récurrent en tant que Gran dans la série humoristique Till Death Us Do Part à la BBC. De 1979 à 1981, elle interprète le personnage récurrent de Mme Bloomsbury-Barton dans Worzel Gummidge pour la Southern Television. En 1986 et 1987, Joan interprète le rôle d’Annie Begley aux côtés d’Angela Thorne dans la sitcom Farrington sur la Yorkshire Television. En 1986, Joan fait une apparition dans la série de science-fiction au long cours Doctor Who, dans les quatre épisodes de The Trial of a Time Lord : La Mystérieuse Planète en tant que Katryca. Elle a également joué Mlle Murgatroyd dans l'adaptation de Mlle Marple, Betsy Prig dans l'adaptation de Martin Chuzzlewit de Charles Dickens et Lady Fox-Custard dans Simon and the Witch.

En 1987, elle rejoint le casting de And There's More et joue avec Nicholas Smith pour de nombreux sketchs à chaque épisode en tant que vieux couple.

En 1989, elle apparait comme médium dans la vidéo Ouija Board, Ouija Board de Morrissey.

Elle joue le rôle de Mme Wembley dans la série humoristique On the Up de la BBC, mettant en vedette Dennis Waterman et qui a dure de 1990 à 1992. À partir de 1994, elle incarne Madge Hardcastle, l'épouse du batteur Rocky Hardcastle joué par Frank Middlemass, et la belle-mère du personnage de Geoffrey Palmer, Lionel, dans As Time Goes By. Joan apparait également dans des épisodes de la célèbre série télévisée Only Fools and Horses, dans l'émission spéciale du jour de Noël en 1987 et dans The Goodies, dans l'épisode spécial de One Foot In The Grave : One Foot In The Algarve.

Elle fait une apparition dans un sketch pour un show avec Victoria Wood.

Dans les dernières années de sa vie, Joan mène une longue bataille contre la dépression. Celle-ci est aggravée par la mort de son agent Peter Eade, de sa meilleure amie Hattie Jacques et de sa mère, le tout en deux ans, puis elle sombre dans l'alcoolisme. Joan souffre de la paralysie de Bell en 1999 et se fracture la hanche en 2000, ce dont elle se remet bien. Cependant, son alcoolisme prend le pas sur sa vie dans son appartement de Kensington et elle se décrit comme la reine des puddings[3],[13]. Après un examen par un médecin, on lui propose une place dans un centre de désintoxication, mais elle refuse. Suite à cela, elle écrit son autobiographie et joue un rôle dans le film de la BBC, The Last of the Blonde Bombshells, aux côtés de ses partenaires de As Time Goes By : Judi Dench et Olympia Dukakis.

Carrière musicaleModifier

En 1963, Joan réalise plusieurs enregistrements. Hurry Up Gran / Oh Not Again Ken est publié en single, suivi de Spring Song / Men. Les deux sont produits par George Martin sur le label Parlophone, mais aucun d'entre eux n'a eu d'impact sur le chart UK Singles. Cela ne l’empêche pas de sortir un troisième et dernier single en 1967, Sweet Lovely Whatsisname / The Lass With the Delicate Hair. Encore une fois, il ne se place pas dans les charts et, en conséquence, les singles sont maintenant assez rares. Depuis 2009, Spring Song et Men sont disponibles pour la première fois via iTunes et d'autres plateformes de téléchargement, ainsi que sur CD dans le cadre des rééditions des albums de compilation humoristique Oh! What a Carry On! et Laugh A Minute. Joan figure également dans un enregistrement original de The Lord Chamberlain Regrets en 1961, ainsi que dans The Water Gypsies[14].

Vie privéeModifier

 
Plaque commémorative installée dans le district londonien de Kensington, sur l'immeuble où elle a vécu.

Joan, comme son compatriote vedette de Carry On, Kenneth Williams, ne s'est jamais mariée. Kenneth, qui est homosexuel, lui propose cependant un mariage de convenance, qu’elle refuse rapidement[15],[16]. À partir de 1958, elle vit en couple trois ans durant avec l'acteur Tony Baird mais, chaque fois que ses parents viennent la voir, elle lui demande de partir.

Après avoir annoncé à sa mère lors d'une visite qu'elle vivait avec Tony, son père lui écrit une lettre sévère condamnant cette relation. Joan répond en disant à ses parents qu'ils devaient accepter que Tony soit une partie extrêmement importante de sa vie. Au cours des six mois suivants, elle n’a eu aucun contact avec ses parents. Joan, qui est une fille dévouée, trouve la séparation d'avec ses parents difficile.

La relation avec Tony commence à se détériorer, déclare Joan, en raison de son succès et de l'échec de Tony Baird en tant qu'acteur. Joan écrit : « Si les maris qui restent à la maison avaient été à la mode, on aurait fait un excellent couple. Depuis que Tony n'est pas très célèbre comme acteur, je suis devenu le principal soutien de la famille. Si nous avions pu accepter que je sors pour gagner de l'argent et qu'il se contrerait sur la gestion de la maison alors les choses auraient mieux tourner... Pendant 3 ans, j'ai été ravi de cet amour mais la glace dans le gâteau est entamé et l'amour commence à devenir mince. Je le gardais pour moi et la situation devenait de plus en plus difficile à supporter. »

À propos de la rupture, Joan a annoncé que Tony ne faisait pas tourner la machine à laver, ni de vaisselle, elle écrit « Je peux dire qu'il était vraiment très bouleversé, et je l'étais, mais nous devions nous séparer. »

Elle vit ensuite une relation avec John Walters, qu'elle connait depuis longtemps. Il est l'auteur de sa biographie High Spirits. À l’époque, ils avaient eu une relation « innocente », mais ils se sont engagés dans une relation plus sérieuse après la rupture de Joan avec Tony. Cependant, les parents de Joan n’ont jamais pensé que ce serait une relation à long terme : John est quelqu'un de beaucoup plus morose que Tony. Au cours de ce qu'elle décrit comme la phase la plus sombre de sa vie, ils parlent mariage et enfants, mais la relation échoue. La dernière relation sérieuse de Joan prend fin après deux ans de vie commune.

« Je ne me suis jamais marié parce que la bonne personne n'est jamais venue. Je laisse les autres chercher des explications plus sombres. Pour moi c'est extrêmement simple ! »

High SpiritsModifier

Le ton de l'autobiographie de Joan Sims, High Spirits, est révélateur (pas sensationnel), franc et parfois mordant :

« Dans Le Docteur à la mer, j'ai été choisie pour jouer le rôle de Jane, ma rivale était joué par... Brigitte Bardot. Joan Sims vs. Brigitte Bardot. Je vous laisse deviner qui a eu l'homme. »

« Puis les effets des comprimés ont rapidement commencé - comme avec les amphétamines - et soudainement je me suis sentie mal, plus que je ne l'ai jamais ressenti de ma vie. »

« J'ai appris à mes dépens, à quel point c'est désagréable d'être trop excitée par un prospect avant de savoir avec certitude qu'il va se détacher. Le pire aspect de ce fiasco était que non seulement je suis sans boulot mais sans maison. »

« J'ai toujours été nulle pour flirter, et je ne savais simplement pas ce qu'il fallait faire pour attraper ma cible. J'ai toujours eu recours à des blagues et la plupart des hommes détestent les femmes drôles. Ils aiment faire des blagues. »

« Je n'ai jamais été capable de comprendre les femmes qui ont ce désir ardent de vouloir des enfants. Je n'ai jamais eu ces sentiments. »

High Spirits se termine avec Joan dans une atmosphère de réflexion et de tristesse. Ayant été déçue de manquer un rôle de la BBC pour Vanity Fair, elle est quelque peu découragée de trouver qu'il n'y a que deux entrées pour Trivia sur le site IMDb.com :

« Les deux dernières années de ma vie ont vues plus de bas que de hauts. Je pense depuis longtemps que si vous soyez debout ou non, il n'y a qu'une seule façon de réagir à la vie. Continuer. »

MortModifier

Joan reçoit un diagnostic de diverticulose en 1997 et elle entre à l'hôpital en novembre 2000, à la suite des complications résultant d'une opération qui l'a fait sombrer dans le coma[5]. Norah Holland, son amie de longue date, a exprimé l’étonnement des médecins face à sa force et à son courage tout au long de sa maladie[17],[18].

Le 27 juin 2001, dix minutes avant sa mort, Norah Holland lui parle gentiment de Kenneth Williams, de Hattie Jacques et de ses passages dans les films Carry On[18]. Joan meurt d'insuffisance hépatique et de diverticulose. Le diabète et la BPCO étant cités comme facteurs contributifs[19],[20]. Elle est incinérée au Crematorium de Putney Vale et ses cendres sont dispersées sur le terrain[21], [22].

FilmographieModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b et c « Joan Sims », sur IMDb (consulté le 9 mars 2019)
  2. « Joan Sims », sur IMDb (consulté le 5 avril 2019)
  3. a b c et d « Joan Sims obituary », BBC News,‎ (lire en ligne)
  4. Wes Butters, « Carry On Actors: Amazon.co.uk: Andrew Ross: Books », Amazon.co.uk (consulté le 9 juin 2012)
  5. a b et c « Carry on actress Joan Sims dead », BBC News,‎ (lire en ligne)
  6. Christopher Stevens, Born Brilliant: The Life Of Kenneth Williams, John Murray, (ISBN 1-84854-195-3), p. 370
  7. Joan Sims, High Spirits, London, Partridge Press, , 224 p. (ISBN 978-1852252809, lire en ligne)
  8. Christopher Stevens, Born Brilliant: The Life Of Kenneth Williams, John Murray, (ISBN 1-84854-195-3), p. 121
  9. Christopher Stevens, Born Brilliant: The Life Of Kenneth Williams, John Murray, (ISBN 1-84854-195-3), p. 124
  10. Christopher Stevens, Born Brilliant: The Life Of Kenneth Williams, John Murray, (ISBN 1-84854-195-3), p. 183
  11. Christopher Stevens, Born Brilliant: The Life Of Kenneth Williams, John Murray, (ISBN 1-84854-195-3), p. 237
  12. « BBC Radio 4 Extra - Play It Cool » (consulté le 20 mai 2015)
  13. « Joan Sims bio », Screenonline (consulté le 18 août 2008)
  14. « Comedy2 », sur Peterice.com (consulté le 24 octobre 2018)
  15. Christopher Stevens, Born Brilliant: The Life Of Kenneth Williams, John Murray, (ISBN 1-84854-195-3), p. 260
  16. (en-GB) « Barbara Windsor, Kenneth Williams, and the cast of Carry On: what happened next? », The Telegraph,‎ (ISSN 0307-1235, lire en ligne, consulté le 9 mars 2019)
  17. "Hommage au rêve d'un studio". Bucks Free Press (29 janvier 2003). Récupéré le 9 novembre 2014.
  18. a et b [1]
  19. « Joan Sims - FilmNav », sur Filmnav.co.uk (consulté le 24 octobre 2018)
  20. GRO Registre des décès : 2002, Kensington et Chelsea - Irene Joan M. Sims.
  21. L'archéologie de Hollywood [2]
  22. Qui est enterré où à Londres [3]

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • (en) Joan Sims, High Spirits, Partridge, , 212 p. (ISBN 9781852252809)
  • (en) Andrew Ross, Too Happy a Face: The Authorised Biography of Joan Sims, Fantom Films Limited, , 258 p. (ISBN 9781781961216)

Liens externesModifier