Jože Ciuha

artiste slovène

Joze Ciuha est un peintre slovène né à Trbovlje le , et mort le [1].

Jože Ciuha
Image dans Infobox.
Jože Ciuha
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 90 ans)
Nationalité
Activités
Maîtres
France Mihelič (en), Gojmir Anton Kos, Slavko Pengov (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Lieu de travail
Enfant
Peter Ciuha (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions
Liste détaillée
Župančič Award (d)
Jakopič Award (en)
Prešeren Fund Awards (d)
Hinka Smrekarja Award (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

BiographieModifier

En 2004, Jože Ciuha a été admis comme membre permanent de l'Académie des arts russe. Il vit en Slovénie. En 2007, le Docteur Lise Cormery publie son portrait dans un de ses essais " Des Artistes Libres  : " Bons à rien " ou " Trésors Vivants " ? ", Collection art @rt, Université de Paris 7, France. Admiré par Ivan Mécif, créateur de la revue 'Rémanences', qui fit sa connaissance grâce à l'entremise du journaliste Antoine Spire, il lui confia la réalisation de somptueux dessins pour le numéro de la revue consacré aux 'Littératures Slovènes'(Rémanences, N° 10-11/ÉCRITURES SLOVÈNES, 230 pages + illustrations de Jože Ciuha. Avec des contributions de : FRAN LEVSTIK, IVAN CANKAR, IVAN PREGELJ, MIŠKO KRANJEC, LOJZE KOVAČIČ, VLADIMIR KAVČIČ, DRAGO JANČAR, FERI LAINŠČEK, BERTA BOJETUBOETA, MARKO SOSIČ, EVGEN BAVČAR, SVETLANA MAKAROVIČ, IZTOK OSOJNIK, DANE ZAJC, TAJA KRAMBERGER, BORIS A. NOVAK, ALEŠ DEBELJAK; Entretien de BORIS PAHOR avec YVAN MÉCIF. ()

RécompensesModifier

  • Grand prix de la biennale graphique internationale de Séoul
  • Premier prix biennale Méditerranée à Alexandrie
  • Prix lors de la Biennale à Cracovie et Ljubljana
  • Chevalier des Arts et des Lettres, distingué par le ministre français de la culture
  • Médaille d'or pour la promotion artistique par le président d'Autriche

ExpositionsModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

Bibliographie : "Le dedans et le dehors, ou la leçon de Ciuha", par Ivan Mecif, in. "Dix-sept approches de l'indicible", éd. Rémanences, 2010, p. 28.