João José Sinel de Cordes

homme politique et militaire portugais

João José Sinel de Cordes, né le à Barcarena (Oeiras) et mort le à Lisbonne, est un militaire et homme politique portugais.

João José Sinel de Cordes
Fonctions
Ministre des Finances (d)
-
Chef de cabinet (en)
Corps expéditionnaire portugais
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Barcarena (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 62 ans)
LisbonneVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Militaire, homme politiqueVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Grade militaire
Conflit
Distinctions
Liste détaillée
Grand-croix de l'ordre militaire du Christ (d)
Officer of the Military Order of Avis (d)
Knight of the Military Order of Avis (d)
Commander of the Military Order of Avis (d)
Grand-croix de l'ordre militaire d'Aviz (d)
Commandeur de l'ordre de la Tour et de l'ÉpéeVoir et modifier les données sur Wikidata

BiographieModifier

Fils de Baltazar António Sinel de Cordes et de Maria Clementina Braamcamp Ludovice da Gama, il épouse Maria da Conceição Ludovice.

Il fut chef d'état-major du Corps expéditionnaire portugais en France. Il était alors le supérieur hiérarchique de Manuel de Oliveira Gomes da Costa. Ensemble, ils furent à la tête d'un coup d'État militaire le .

Le , au côté du maréchal Óscar Carmona et du général José Augusto Alves Roçadas, il organise un nouveau coup d'État prélude à l'Estado Novo.

Il fut nommé ministre des Finances par trois fois (le , le , le ).

Le à Londres, il signe avec le Chancelier de l'échiquier, Winston Churchill, un accord concernant le règlement des dettes de guerre du Portugal envers la Grande-Bretagne[1].

Il négocia auprès de la Société des Nations un prêt pour le Portugal d'une valeur de 12 millions de livres sterling, ceci afin d'éviter la banqueroute. Durant cette période de dictature militaire, il laisse les Finances publiques dans un état déplorable avec laquelle son successeur, António de Oliveira Salazar, aurait à se battre.

BibliographieModifier

  • História de Portugal — Dicionário de Personalidades, Saraiva, J. Hermano (coord.), QuidNovi, 2004

RéférencesModifier

  1. Recueil des Traités et des Engagements internationaux enregistrés par le Secrétariat de la Société des Nations, Volume LXI, 1927, page 115, Traité no 1429

Liens externesModifier