Óscar Carmona

militaire et personnalité politique portugaise

Óscar Carmona
Illustration.
Portrait du président Carmona.
Fonctions
Président de la République portugaise

(24 ans, 9 mois et 9 jours)
Chef du gouvernement Lui-même
José Vicente de Freitas
Artur Ivens Ferraz
Domingos Oliveira
António Salazar
Prédécesseur Gomes da Costa
Successeur António de Oliveira Salazar (intérim)
Craveiro Lopes
Président du Ministère portugais

(1 an, 9 mois et 9 jours)
Président Lui-même
Prédécesseur Gomes da Costa
Successeur José Vicente de Freitas
Ministre de la Guerre

(1 mois et 3 jours)
Premier ministre Ginestal Machado
Prédécesseur Fernando Augusto Freiria
Successeur Ribeiro de Carvalho (pt)

(4 mois et 7 jours)
Premier ministre Lui-même
Prédécesseur Gomes da Costa
Successeur Passos e Sousa (pt)
Ministre des Affaires étrangères

(1 mois et 3 jours)
Premier ministre Mendes Cabeçadas
Gomes da Costa
Prédécesseur Armando da Gama Ochoa (pt)
Successeur Martinho Nobre de Melo (pt)
Biographie
Nom de naissance António Óscar de Fragoso Carmona
Date de naissance
Lieu de naissance Lisbonne (Portugal)
Date de décès (à 81 ans)
Lieu de décès Lisbonne (Portugal)
Nationalité portugaise
Parti politique Indépendant
Conjoint Maria do Carmo Ferreira da Silva (1879-1956)
Enfants Cesaltina Amélia
António Adérito
Maria Inês
Profession Militaire
Religion Catholicisme

Óscar Carmona
Présidents du Ministère portugais
Présidents de la République portugaise

António Óscar de Fragoso Carmona (Lisbonne, Lisbonne, ) était un homme d'État et militaire portugais. Il fut le 11e président de la République de 1926 à 1951.

BiographieModifier

Il étudie au Collège militaire de Lisbonne entre 1882 et 1888 et à l'École militaire entre 1889 et 1892, d'où il sort officier dans la cavalerie.

Républicain, il est initié à la Franc-maçonnerie[1],[2] et est nommé par le gouvernement républicain révolutionnaire, le 15 octobre 1910, membre de la Commission de restructuration de l'armée.

Il est instructeur à l'École centrale des officiers, de 1913 à 1914, directeur de l'école de pratique de cavalerie de Torres Novas, de 1918 à 1922, puis commandant de la IVe division située à Évora, de 1922 à 1923.

Nommé ministre de la Guerre en 1923, par le président du Ministère (président du Conseil des ministres) António Ginestal Machado, Carmona profita du pustch du 28 mai 1926 pour accéder au pouvoir[3] : il est un des trois dirigeants du Portugal nommés successivement président de la République par la junte militaire. La période correspondant aux premières années de la présidence de Carmona est désignée sous le nom de « Dictature nationale ».

En 1927, Carmona nomme António de Oliveira Salazar ministre des Finances. Impressionné par le charisme de Salazar, il le nomme président du Ministère en 1932, lui accordant un pouvoir supérieur au sien. En 1933, la nouvelle Constitution crée l'Estado Novo : Carmona est reconduit comme président de la République. Cependant, ce rôle n'a qu'un caractère officiel, tout le pouvoir revenant de fait à Salazar (réélu en 1935, 1942 et 1949)

Il joue néanmoins un rôle important pendant les révoltes populaires de 1935 et 1936, que permettent ses discours lénifiants invoquant paix et sécurité. Il utilise la même tactique politicienne pendant la Seconde Guerre mondiale, gagnant en popularité et en influence, et entraînant la méfiance grandissante de Salazar. Cependant, en 1947, à l'occasion du vingt-et-unième anniversaire de la révolution nationale, le général Carmona est élevé à la dignité de Maréchal[4].

Il meurt en 1951, remplacé à la présidence de la République portugaise par Francisco Craveiro Lopes.

SourceModifier

RéférencesModifier

  1. Il a été initié au Triangle Maçonnique au degré d'Apprenti, mais il abandonnera la franc-maçonnerie après avoir signé en 1935 la loi n° 1901, du 21 mai 1935, qui la rend illégale au Portugal.
  2. António Henrique Rodrigo de Oliveira Marques. Dictionnaire de la franc-maçonnerie portugaise, Delta éditorial, 1986, vol I, col. 272-273.
  3. (pt) « Presidentes - Estado novo - Óscar Carmona (Biografia) », sur Sítio do Museu da Presidência da República (consulté le ) : « e participa como promotor de Justiça em vários julgamentos militares resultantes das múltiplas revoltas que ocorrem na fase final da I República. Assim acontece no caso dos implicados na "Noite Sangrenta", de 19 de Outubro de 1921, e com os participantes na Revolta Outubrista. »
  4. « LA CARRIÈRE DU MARECHAL CARMONA », Le Monde, 19 avril 1951 (consulté le 12 mai 2022).

Liens externesModifier