Jean Troisier

médecin, pneumologue et biologiste françai

Jean Troisier est un médecin, pneumologue et biologiste français, né le dans le 9e arrondissement de Paris[1], ville où il est mort le dans le 16e arrondissement[2].

Jean Troisier
Troisier, Jean CIPB1971.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 64 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Jean Antoine Ernest TroisierVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Père
Enfant
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Distinctions

BiographieModifier

Il est le fils de Charles-Émile Troisier, professeur de médecine de Paris, le gendre du ministre Émile Ollivier et le père de la Dr Solange Troisier.

De 1903 à 1911, il exerce en hôpital à Paris puis, ayant étudié la microbiologie de l'Institut Pasteur et l'immunologie, en 1911, il est nommé chef de travaux d'anatomie pathologique et de bactériologie à la faculté de médecine de Paris. Il se consacre ensuite à la recherche comme chef de laboratoire à l'Institut Pasteur. Il y est responsable du laboratoire annexé à la singerie, financé par la princesse de Grèce, Marie Bonaparte dont il est un intime[3],[4]. Il alterne ensuite entre des responsabilités de médecin en hôpitaux et de chercheur dans plusieurs laboratoires.

En 1938, il reçoit les insignes de chevalier de la Légion d'honneur puis en 1943 il est élu membre de l'Académie de médecine. Il a reçu la Francisque[5].

BibliographieModifier

  • Robert Deschiensÿ, Jean Troisier (1881-1945), Annales de l'Institut Pasteur, 1946, p. 851-855.
  • Françoise Huguet « Jean Troisier » Les professeurs de la faculté de médecine de Paris. Dictionnaire biographique 1794-1939, Paris,  éd. du CNRS, 1991, 754 p. (OCLC 407609276) p. 480-481.

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Archives de Paris 9e, acte de naissance no 1015 année 1881 (vue 17/31) (avec mention marginale de décès)
  2. Archives de Paris 16e, acte de décès no 2362, année 1945 (vue 8/31)
  3. Célia Bertin, La dernière Bonaparte, éd. Librairie Académique Perrin, 2010, (ISBN 2262033536) (Jean Troisier y est désigné par les pseudonymes "X" ou "l'Ami")
  4. Jean-Pierre Bourgeron : Marie Bonaparte, 1997, PUF, Coll. Psychanalystes d'aujourd'hui, (ISBN 2130481493)
  5. Henry Coston, L'Ordre de la Francisque et la révolution nationale, Paris, Déterna, coll. « Documents pour l'histoire », , 172 p. (ISBN 2-913044-47-6), p. 174.