Jean François Nicolas Marchoux

personnalité politique française

Jean François Nicolas Marchoux
Fonctions
Député des Ardennes au Conseil des Cinq-Cents
Législature Conseil des Cinq-Cents
Biographie
Nom de naissance Jean François Nicolas Marchoux
Date de naissance
Lieu de naissance Aubenton
Département de l'Aisne
Date de décès (à 65 ans)
Lieu de décès Roche
Ardennes
Nationalité Français

Jean François Nicolas Marchoux, né le à Aubenton, dans le département de l'Aisne, mort le à Roche, fut un avocat, juriste et un homme politique français. Il fut notamment député des Ardennes au Conseil des Cinq-Cents.

BiographieModifier

Il est le fils de Jean Marchoux, inspecteur général des bois et domaines du Prince de Condé, et Hélène Bonneville, directrice de la poste aux lettres de Clermont-en-Argonne en 1786[1]. Avocat au parlement, il est pourvu le de la charge de procureur au Parlement de Paris[2],[3].

Après la Révolution, il devient commissaire près du tribunal de district de Vouziers. Il se voit céder par son beau-frère, Déâ, un domaine agricole à Roche, la ferme de Fontenille, acquis comme bien national. C'était une ancienne propriété de l’Abbaye Saint-Pierre-les-Dames de Reims. Mais il doit patienter pendant six ans pour en bénéficier à la suite d'un bail concédé à l'ancien fermier locataire des religieux, Jean Baptiste Nicolas Cuif[note 1]. Un bail d'une durée particulièrement longue, signé, semble-t-il, peu avant l'adjudication, ce qui n'aurait pas du être possible. L’adjudication de la ferme de Fontenille est un épisode assez significatif sur les mises à prix des biens du clergé dans les Ardennes. Loin d’être l’occasion d’une redistribution de terres au profit de paysans modestes, ces ventes sont suivies et parfois orchestrées par les meilleures fortunes du département qui en profitent pour accroître leurs biens. Lors de la mise à prix de ce bien sur le territoire de Roche, en , le beau-frère, Déâ, ancien procureur fiscal de la maîtrise des eaux et forêts de Clermont-en-Argonne est contraint de monter les enchères face au notaire de Voncq, Paul Robert, le frère du futur député conventionnel Michel Robert qui suivait de près les ventes dans le Vouzinois[4],[5].

En 1795, Marchoux est élu, au suffrage censitaire, député des Ardennes au conseil des Cinq-Cents. le 22 vendémiaire an IV, par 140 voix sur 189 votants. Il est très discret lors des séances de l'Assemblée, mais ce mandat national renforce sa notabilité locale, dans les Ardennes. Rallié au Consulat, après le coup d'État du 18 Brumaire, il devient président du tribunal civil de Vouziers[6] en .

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Jean Baptiste Nicolas Cuif est l'arrière-grand-père de Vitalie Cuif, mère du poète Arthur Rimbaud. Les clivages entre familles rurales engendrées par la Révolution ont laissé longtemps des traces. Vitalie Cuif, épouse Rimbaud, évoque encore en 1898, soit 107 ans après les faits, la vente de la ferme de Fontenille dans une lettre à sa fille Isabelle Rimbaud (cf. p.790, de l'édition de mai 1988 des œuvres complètes d'Arthur Rimbaud dans la collection de la Pléiade). Visiblement, son arrière-grand-père Cuif espérait acquérir cette ferme dont il était le locataire, via le notaire Robert.

RéférencesModifier

  1. Daniel HOCHEDEZ et Catherine SCHUSTER-HOCHEDEZ, « Clermont-en-Argonne au XVIIIe siècle », Horizons d'Argonne, 92, juin 2015, p. 81 (ils orthographient par erreur le patronyme en Marchaux).
  2. Journal de Paris, « Mutations », (consulté le )
  3. Biographie sur le site de l'Assemblé nationale - extrait du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889, d'Adolphe Robert et de Gaston Cougny, 1891
  4. Gérard Gayot (dir.) et J. Laugier, Révolution en Ardenne, de l'Argonne au Namurois, Terres Ardennaises, , 319 p., « Un trafic de biens nationaux dans les Ardennes », p. 71-84
  5. Octave Guelliot, Dictionnaire historique de l'arrondissement de Vouziers, t. III, Charleville-Mézières, Éditions Terres Ardennaises, , 123 p. (ISBN 2-905339-45-4), « Chuffily-Roche », p. 89-90
  6. Octave Guelliot, Dictionnaire historique de l'arrondissement de Vouziers, t. VI, Charleville-Mézières, Éditions Terres Ardennaises, , 110 p. (ISBN 2-905339-57-8), « Marchoux », p. 19

Voir aussiModifier

Sources et bibliographieModifier

Sources sur le webModifier