Ouvrir le menu principal

Jean-Pierre Richard (critique littéraire)

critique littéraire français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Richard et Jean-Pierre Richard.
Jean-Pierre Richard
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 96 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
A travaillé pour
Mouvement
Distinctions
Prix Max-Barthou (d) ()
Prix Henri-Mondor (d) ()
Prix de la critique ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Œuvres principales
  • Poésie et Profondeur
  • L'univers imaginaire de Mallarmé
  • Études sur le romantisme
  • Proust et le monde sensible
  • Microlectures 1 et 2

Jean-Pierre Richard, né à Marseille le et mort à Paris le [1], est un critique littéraire français.

Il est un représentant important de la critique « thématique » inaugurée par Gaston Bachelard et Georges Poulet[2].

BiographieModifier

Après sa scolarité au lycée Thiers de sa ville natale, Jean-Pierre Richard est entré à l'École normale supérieure en 1941[3], a été agrégé de lettres en 1944[4], et est devenu docteur ès lettres en 1962[5]

Il a enseigné la littérature dans des universités étrangères en Écosse (1946-1948), à Londres (1949-1958), et à l'Institut Français de Madrid dans les années 1960[6]. Jean-Pierre Richard a enseigné à l'université de Vincennes de 1969 à 1977, puis à l'Université Paris IV de 1978 à 1984.

Depuis la parution de Littérature et sensation (1954) il n'a cessé d'explorer le lien qui unit, chez des écrivains du XIXe et du XXe siècle, l'écriture et l'expérience intime du monde. Ainsi, à propos de Stendhal, Flaubert, Fromentin et les Goncourt, auxquels est consacré ce premier essai, il met au jour l'importance de l'univers matériel et des sensations qu'il définit. Dans Poésie et profondeur, il précise l'enjeu de son étude : retrouver le « moment premier de la création littéraire » ; saisir l'instant où d'un même projet se construisent l'homme, l'écrivain et l'œuvre.

Jean-Pierre Richard s'est penché sur l'univers de Mallarmé, évoquant la part de rêverie qui suscite la création littéraire. Il a également consacré un chapitre à Paul Verlaine, intitulé « Fadeur de Verlaine » et publié dans son recueil Poésie et profondeur ; il y évoque la manière dont le poète affaiblit les sensations et n'en garde que des traces, des impressions, jusqu'à mettre le réel entre parenthèses[7].

Inspiré par les théories de Gaston Bachelard et les œuvres de Georges Poulet, Jean-Pierre Richard a pratiqué une critique subtile et recherchée, influencée par la psychologie et par les idées de rêve et de recherche instinctive du bonheur. Il publie en 2019 une étude du sous-texte sexuel dans l'oeuvre de Shakespeare mettant en avant qu'on ne peut comprendre tout à fait les pièces du dramaturge sans leurs aspects grivois[8].

OuvragesModifier

  • Shakespeare pornographe, Un théâtre à double fond, Editions rue d'Ulm, 2019 (études sur Shakespeare).
  • Les Jardins de la terre, Verdier, 2014 (études sur Daniel Guillaume, Maryline Desbiolles, Maylis de Kerangal et Fred Vargas)
  • Pêle-mêle, Verdier, 2010 (études sur Yves Bonnefoy, Gérard Macé, Paul Claudel, Henri Bosco, Christophe Pradeau, Michel Jullien et Stéphane Audeguy)
  • Chemins de Michon, Verdier, 2008
  • Roland Barthes, dernier paysage, Verdier, 2006
  • Quatre lectures, Fayard, 2002
  • Musiques des mondes celtes, Chêne, 2000
  • Essais de critique buissonnière, Gallimard, 1999
  • Terrains de lecture (Etudes sur Pierre Michon, Christian Bobin, Michel Orcel, Serena, Savitzkaya, Drevet, Rouaud, NDiaye), Gallimard, 1996
  • Stéphane Mallarmé, Épouser la notion, Éditions Fata Morgana, 1992
  • L'État des choses : études sur huit écrivains d'aujourd'hui, Gallimard, 1990 (études sur Jacques Réda, Pascal Quignard, Gérard Macé, Pierre Michon, Pierre Bergounioux, Philippe Djian, Jean-Loup Trassard, Michel Chaillou)
  • Microlectures II. Pages Paysages, Seuil, coll. « Poétique », 1984
  • Microlectures I, Seuil, coll. « Poétique », 1979
  • Stéphane Mallarmé, Pour un Tombeau d'Anatole, Seuil, coll. « Pierres vives », 1961; réédition, coll. « Points Essais » no 71, 1976 ; réédition, coll. « Le Don des langues », 1990
  • Proust et le Monde sensible, Seuil, coll. « Poétique », 1974 ; réédition, coll. « Points Essais » no 208, 1990
  • Nausée de Céline, Éditions Fata Morgana, 1973 ; réimpression 1991 ; réédition, Verdier, 2008
  • Études sur le romantisme, Seuil, coll. « Pierres vives », 1970 ; réédition, coll. « Points Essais » no 389, 1999
  • Paysage de Chateaubriand, Seuil, coll. « Pierres vives », 1967
  • Onze études sur la poésie moderne, Seuil, coll. « Pierres vives », 1964 ; réédition, coll. « Points Essais » no 131, 1981 (études sur Pierre Reverdy, Saint-John Perse, René Char, Paul Éluard, Georges Schehadé, Francis Ponge, Eugène Guillevic, Yves Bonnefoy, André du Bouchet, Philippe Jaccottet et Jacques Dupin)
  • L'Univers imaginaire de Mallarmé, Seuil, coll. « Pierres vives », 1961
  • Stéphane Mallarmé, Correspondance (1862-1871), Gallimard, 1959 (en collaboration avec Henri Mondor)
  • Poésie et Profondeur, Seuil, coll. « Pierres vives », 1955 ; réédition, coll. « Points Essais » 1976 (comprend quatre essais : « Géographie magique de Nerval » ; « Profondeur de Baudelaire » ; « Fadeur de Verlaine » ; « Rimbaud, ou la Poésie du devenir »)
  • Littérature et Sensation, Seuil, coll. « Pierres vives », 1954 ; réédition sous le titre Littérature et Sensation : Stendhal Flaubert ; réédition, coll. « Points Essais » no 8, 1970 ; réimpression 1990

PrixModifier

Notes et référencesModifier

  1. [1], sur lemonde.fr, 17 mars 2019
  2. [2], sur universalis.fr
  3. [3], sur archicubes.ens.fr
  4. [4], sur rhe.ish-lyon.cnrs.fr
  5. [5], sur sudoc.fr
  6. Laurent LeSage et André Yon, Dictionnaire des critiques littéraires : guide de la critique française du XXe siècle (University Park (Pennsylvanie) et Londres : The Pennsylvania State University Press, 1969), p. 181.
  7. Laure Himy-Piéri et alii, Le style, découpeur de réel. Faits de langue, effets de style, 2004, Presses Univ. de Rennes, page 374.
  8. « Éditions rue d'Ulm - Shakespeare pornographe », sur www.presses.ens.fr (consulté le 14 octobre 2019)
  9. a et b [6], sur academie-francaise.fr

AnnexesModifier

BibliographieModifier

Liens externesModifier