Jean-Georges Dahler

théologien protestant et philologue strasbourgeois
Jean-Georges Dahler
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 71 ans)
StrasbourgVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Gymnase Jean-Sturm
Université de Strasbourg (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
A travaillé pour

Jean-Georges Dahler[1], né le à Strasbourg et mort le dans la même ville, est un théologien protestant, philologue et orientaliste alsacien qui fut pendant une douzaine d'années professeur d'exégèse à la faculté de théologie protestante de Strasbourg[2].

BiographieModifier

Scolarisé au Gymnase protestant dès l'âge de sept ans, il fait ses études supérieures à l'université de Strasbourg où il est notamment l'élève des linguistes Jérémie Jacques Oberlin et Jean Schweighaeuser et soutient une première thèse ès arts, Exercitationes in appiani Alexandrini romanas historias[3]. Il étudie également la théologie et soutient en 1786 une thèse de théologie sur la nouvelle version des Proverbes de Salomon publiée par d'Ansse de Villoison, mais n'envisage pas de devenir pasteur, préférant approfondir sa connaissance des langues sémitiques, qu'il enseignera (grammaire hébraïque, syriaque, chaldéenne et arabe[2]).

Il complète sa formation dans plusieurs universités allemandes (Iéna, Leipzig, Göttingen) où il suit les cours d'éminents professeurs tels que Eichhorn, Griesbach, ou Heyne. Il collabore notamment avec Eichhorn pour l'édition de 1828 du lexique de Johann Simonis (de), Lexicon manuale hebraicum et chaldaicum in Veteris Testamenti libros[2].

Ses projets de carrière universitaire sont compromis au cours des années révolutionnaires. Il occupe alors successivement divers emplois : professeur au Gymnase, directeur du Collège Saint-Guillaume, pasteur auxiliaire ou chargé de cours au Séminaire protestant. Amer, il constatait que « Strasbourg ne donnait du pain à ses enfants qu'à l'âge où les dents pour le manger commencent à leur manquer ». À la faculté de théologie de Strasbourg, il obtient finalement la chaire d'exégèse en 1819, puis celle de dogmatique en 1831, soit un an avant sa mort[2].

Il est l'auteur de nombreuses publications[2].

Notes et référencesModifier

  1. Nombreuses variantes du prénom : Johann Georg, Jean George, Jean Georges, Jean-George, Joannes Georgius, Johann George, Johanne Georgio, Johannes Georgius [1]
  2. a b c d et e Édouard Sitzmann, « Dahler, Jean-Georges », in Dictionnaire de biographie des hommes célèbres de l'Alsace : depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours, F. Sutter, Rixheim, 1909-1910, tome I : A-J, p. 336-337, lire en ligne sur Gallica, [lire en ligne]
  3. Exercitationes in appiani Alexandrini romanas historias. Praeside Johanne Schweighäuser ... Solenni eruditorum examini subjincient D. XIX. Martii sectiones tres priores ac rationem totius commentationis Joh. Georgius Dahler d. XXI Martii sectionem IV. et V. Godofredus Heisch d. XXIII Martii sectionem VI. Johannes Jacobus Küss Argentinenses, sous la direction de Jean Schweighaeuser, 1781 [2]

AnnexesModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier