Ouvrir le menu principal

Jean Antoine Gros

peintre, miniaturiste, graveur et illustrateur français
(Redirigé depuis Jean-Antoine Gros)
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gros.
Jean-Antoine Gros
Naissance
Décès
(à 57 ans)
Paris
Activité
Élève
Mouvement
Conjoint
Cécile Madeleine Gros (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

Jean-Antoine Gros, né le à Toulouse et mort le à Paris[1], est un peintre, miniaturiste, graveur et illustrateur français, collectionneur et commerçant d'œuvres d'art.

BiographieModifier

Jean-Antoine Gros débute une carrière de professeur de dessin à l'école des beaux-arts de Toulouse. Il s'oriente vers la peinture de portraits en miniatures. Il se passionne pour l'art et devint un collectionneur avisé de tableaux[2].

En 1747, il grave à la taille-douce, le frontispice de la thèse, imprimée à Montauban, sous le titre Exercices littéraire, soutenu dans le collège de Gimont et représentant Moïse présentant les tables de la Loi[3].

En 1759, il grave un nouveau frontispice pour la thèse Sur les empêchements de mariage, soutenue par Joseph Rest devant la Faculté de droit de Toulouse[4].

Le , il grave le frontispice de la thèse de philosophie soutenue au collège de l’Esquile à Toulouse[5].

En 1764, il épouse, à l'église Saint-Eustache de Paris, Félicité Labille, sœur de la miniaturiste et pastelliste Adélaïde Labille-Guiard. Mais quatre ans plus tard, Félicité mourut[6].

Le il continue de graver des frontispices pour des thèses philosophiques de candidats présentées au Collège Royal à Paris[7].

Le , il se remarie avec Pierrette Madeleine Cécile Durant qui, comme sa première épouse, était également miniaturiste et pastelliste.

Le naquit leur fils Antoine-Jean Gros (1771-1835). Il apprend à son fils à dessiner à l’âge de six ans, et se montre dès le début un maître exigeant.

En 1778, la peintre Élisabeth Vigée Le Brun réalise le portrait du jeune Antoine-Jean âgé de 7 ans. Elle lui donnera par la suite, ses premiers cours de peinture. À l'âge de 14 ans, son fils entre, de son propre gré, à l’atelier de David, qu’il fréquente assidûment tout en continuant de suivre les classes du collège Mazarin.

La mort de Jean-Antoine Gros survint durant les évènements dramatiques de La Terreur, pendant la Révolution française, qui débutèrent avec les massacres de Septembre en 1792 puis l'instauration de tribunaux révolutionnaires. Jean-Antoine Gros est inquiété par le fichage instauré par la Loi des suspects. Il est atteint dans ses biens. Il meurt le à Paris. Son fils, le peintre Antoine-Jean Gros préfère s'éloigner de Paris et part se réfugier en Italie.où il rencontrera Joséphine de Beauharnais puis Napoléon Bonaparte.

Notes et référencesModifier

Liens externesModifier