Ouvrir le menu principal

Jan Eliasson

diplomate suédois, ancien président de l'Assemblée générale de l'ONU
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Eliasson.

Jan Eliasson
Illustration.
Jan Eliasson en 2011.
Fonctions
4e vice-secrétaire général des Nations unies

(4 ans, 5 mois et 30 jours)
Prédécesseur Asha-Rose Migiro
Successeur Amina J. Mohammed
Ministre des Affaires étrangères de la Suède

(5 mois et 21 jours)
Premier ministre Göran Persson
Prédécesseur Laila Freivalds
Successeur Carl Bildt
Biographie
Nom de naissance Jan Kenneth Eliasson
Date de naissance (78 ans)
Lieu de naissance Göteborg (Suède)
Nationalité Suédoise
Parti politique SAP
Diplômé de Académie navale suédoise
Université de Göteborg

Jan Eliasson
Vice-secrétaires généraux des Nations unies

Jan Eliasson, né le à Göteborg, est un diplomate suédois. Il est envoyé spécial du secrétaire général pour la crise au Darfour en 2006, puis vice-secrétaire général des Nations unies de 2012 à 2016.

Sommaire

BiographieModifier

FormationModifier

Jan Eliasson étudie aux États-Unis de 1957 à 1958, dans le cadre d’un programme d’échange d’étudiants, et reçoit son diplôme de l’Académie navale suédoise en 1962. Il obtient une maîtrise d'économie en 1965.

Carrière diplomatiqueModifier

Au fil de sa carrière diplomatique, Jan Eliasson est en poste à New York, par deux fois, à Paris, à Bonn, à Washington (par deux fois, la première dans les années 1970, en pleine guerre du Viêt Nam) et à Harare, où il ouvre la première ambassade suédoise en 1980. Il est le conseiller diplomatique du Premier ministre suédois de 1982 à 1983, et directeur général des affaires politiques au ministère suédois des Affaires étrangères, de 1983 à 1987.

De 1980 à 1986, Jan Eliasson fait partie des missions de médiation de l’ONU dans la guerre entre l’Iran et l’Irak, dirigées par l’ancien premier ministre Olof Palme : c'est d'ailleurs à cette période qu'il fera la découverte des armes chimiques en Irak.

De 1988 à 1992, il est ambassadeur de Suède à l’ONU à New York. Durant cette période, il est également le représentant personnel du secrétaire général pour l’Iran/l’Iraq et président du groupe de travail de l’Assemblée générale pour les secours d’urgence (1991), vice-président du Conseil économique et social (1991-1992) et président du Fonds d’affectation spéciale des Nations unies pour l’Afrique du Sud (1988-1992).

En 1992, Jan Eliasson est désigné premier sous-secrétaire général aux affaires humanitaires. Durant l’exercice de cette fonction, il participe à des opérations en Somalie, au Soudan, en Mozambique et dans les Balkans et prend également des initiatives concernant les mines terrestres, la prévention des conflits et l’action humanitaire. De 1993 à 1994, il fait office de médiateur dans le conflit du Haut-Karabakh pour l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) et est professeur associé à l’université d'Uppsala en Suède, donnant des conférences sur la médiation, le règlement des conflits et la réforme de l’ONU.

Rompu à la diplomatie et aux relations étrangères, Jan Eliasson est secrétaire d’État aux Affaires étrangères de 1994 à 2000, une position clef pour formuler et mettre en œuvre la politique étrangère suédoise.

Ambassadeur de Suède auprès des États-Unis de 2000 à 2005, il est élu président de l'Assemblée générale des Nations unies le 13 juin 2005 et exerce la fonction pendant la soixantième session de septembre 2005 à septembre 2006.

Ministre des affaires étrangèresModifier

Le 27 mars 2006, Jan Eliasson est nommé ministre des Affaires étrangères par le Premier ministre suédois, Göran Persson, poste qu'il conserve jusqu'à la victoire du centre-droit aux élections législatives du 17 septembre 2006. Dans la lignée de Palme, il reste très attaché à la politique étrangère plaçant l'ONU comme cadre déterminant des relations internationales d'une part, et à une Suède solidaire et internationaliste.

Vice-secrétaire général des Nations uniesModifier

Le , il est nommé vice-secrétaire général des Nations unies par le secrétaire général Ban Ki-moon et succède à la tanzanienne Asha-Rose Migiro le suivant. Son mandat s'achève en même que celui de Ban Ki-moon le .

Autres fonctionsModifier

Jan Eliasson est auteur et coauteur de plusieurs livres et articles. Il donne fréquemment des conférences sur la politique étrangère et la diplomatie. Il a reçu des doctorats honoraires de l’Université américaine (Washington, D. C.), des Universités de Uppsala et Göteborg (Suède) et de Bethany College (en) (Kansas). Il a également été décoré par plusieurs gouvernements.

Il est également membre d'honneur de la Fondation Sergio Vieira de Mello.

Honneurs et distinctionsModifier

Liens externesModifier