Jamyang Khyentsé Wangpo

Jamyang Khyentsé Wangpo
Jamyang Khyentse Wangpo.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 71 ans)
Nom dans la langue maternelle
མཁྱེན་བརྩེ་གཙུག་ལག་སྨྲ་བའི་ཉི་མ།Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Moine, Tertön, écrivain, compilateurVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Religion
Maîtres
Sakya Yab Jé Kün Ga Rinchen (d), Mingyur Namkhai Dorje (en), Pema Vajra 01 (d), Kagyü Trinlé Wangchuk (d), Jampa Kün Ga Tendzin (d), Pema Düdül Wangchug (d), Khyen Rab Tutob (d), Khenpo Damchö Özer (d), Toyön Yeshe Döndrub Tenpé Gyaltsen (d), Jampa Tendzin Nyendrak (d), Kachen Lozang Gelek (d), Khen Gen Rigdzin Gyatso (d), Gelong Tubten (d), Dorje Rinchen (d), Min Ling Jetsün Trinlé Chö Drön (d), Jigme Gyelwai Nyugu (d), Choying Dorje (d), Könchok Tenpa Rabgyé (d), Ngawang Namgyal (d), Gyelse Shenphen Thaye (d), Shyé Chen Wön Trul Gyurmé Tutob Namgyal (d), Chogyur Lingpa, Dongak Tendzin (d), Shya Lu Losal Ten Kyong (d), Taklung Tri Rab Ngawang Tenpé Nyima (d), Drol Tön Jamyang Chö Gyen (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Jamyang Khyentsé Wangpo (-[1]) est considéré comme l'un des plus grands maîtres du bouddhisme tibétain.

Il fit ses études au monastère de Mindroling puis dans la tradition Ngor des Sakyapa. Il maîtrisa quasiment la totalité de toutes les lignées d'enseignements du Bouddhisme tibétain [2].

Il fonda de la lignée Khyentse, et - avec Jamgon Kongtrul Lodrö Taye et Chogyur Lingpa - il fut l'un des initiateurs du mouvement Rimé (non-sectaire) qui contribua fortement à apaiser les tensions entre les différentes écoles du bouddhisme tibétain au cours des XIXe siècle et XXe siècle, et aujourd'hui encore.

Les Sakyapas le reconnurent comme l'incarnation de Champa Namkha Chi-me, et les Nyingmapas comme celle de Jigme Lingpa. Détenteur de treize lignées directes, il fut considéré comme le cinquième roi parmi les cent tertöns (découvreurs de trésors) majeurs de la tradition Nyingmapa [3].

Il fut le disciple principal de Gyalsé Shenpen Thayé. Il eut de nombreux disciples dont Mip'am Rinpoché, Tertön Sogyal et Shechen Gyaltsab (en).

Les très grands maîtres Jamyang Khyentsé Chökyi Lodrö (1893-1959) et Dilgo Khyentse Rinpoché (1910-) ont été reconnus comme des incarnations de Jamyang Khyentse Wangpo[4]. Les deux maîtres furent comme Jamyang Khyentsé Wangpo, au centre du mouvement Rimé et de toute la tradition tibétaine, rassemblant et maîtrisant toutes les traditions spirituelles.

Dzongsar Jamyang Khyentse Rinpoché, lama et cinéaste bhoutanais aussi connu sous le nom de Khyentse Norbu, a été reconnu comme une réincarnation de Jamyang Khyentse Wangpo liée à Jamyang Khyentsé Chökyi Lodrö. Khyentsé Yangsi Rinpoché (né en 1993) a été reconnu comme la réincarnation de Jamyang Khyentse Wangpo liée à Dilgo Khyentse Rinpoché.


RéférencesModifier

  1. Jamyang Khyentse Wangpo
  2. Philippe Cornu, Padmasambhava : la magie de l'éveil (avec la collaboration de Virginie Rouanet ; préface de Sogyal Rinpoché). Éditions du Seuil, coll. « Points. Sagesses » n° 116, Paris, 1997. 275 p. (ISBN 2-02-023671-0).
  3. Dictionnaire encyclopédique du Bouddhisme, Philippe Cornu, 2001, Éditions du Seuil.
  4. Le fait qu'un très grand maître ait plusieurs réincarnations en même temps est courant. Chaque réincarnation représente un aspect du maître précédent : son « action », son « esprit », sa « parole », etc. Lorsque l'une des réincarnations meurt, il est dit qu'elle transmet toute sa force spirituelle aux incarnations restantes.