James Harrington

James Harrington (né le à Upton, dans le Northamptonshire et mort le (à 66 ans) à Westminster) est un philosophe anglais, dont les conceptions républicaines ont eu une grande influence sur l'émergence des régimes représentatifs modernes.

James Harrington
James Harrington from NPG.jpg
James Harrington
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Upton (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Formation
Activités
Théoricien politique, sociologueVoir et modifier les données sur Wikidata
Père
Sir Sapcote Harington (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Mère
Jane Samwell (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Elizabeth Harrington (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Dayrell (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

BiographieModifier

James Harrington est issu d’une famille noble apparentée aux Stuarts. Il fréquente deux ans le Trinity College (Oxford) sans y acquérir de diplôme. Sa mère meurt en 1619, James à 8 ans. Son père meurt en 1629. Avec son héritage, il voyage en Europe continentale (Flandre, Danemark, France, Suisse, Italie)et revient en Angleterre en 1636. Il est proche de Charles Ier avant son exécution, avant de se consacrer à ses travaux littéraires.

ŒuvresModifier

L'œuvre la plus importante de Harrington, Oceana, paraît en 1656, durant la courte période non-monarchique qui sépare l'exécution du roi d'Angleterre Charles Ier de la restauration due à son fils Charles II. L'œuvre est dédiée à Oliver Cromwell (qui avait fait censurer la première version du livre) et tente de combler le vide institutionnel grâce au modèle d'une république idéale.

Harrington déploie une théorie républicaine qui se caractérise par le principe de la représentation, la rotation des charges, et un système bicaméral avec séparation stricte entre le conseil et la décision. Partant du constat que le pouvoir politique repose sur le pouvoir économique — un principe popularisé ensuite sous la forme de la devise le pouvoir découle de la propriété — Harrington vise une répartition équilibrée de la propriété foncière anglaise via des changements dans les règles d'héritage et dans la législation agraire.

Contexte historiqueModifier

La période qui s'étend de la naissance de Harrington en 1611 à sa mort en 1677 est une période de profonds bouleversements en Angleterre. La soif de pouvoir absolutiste de Jacques Ier et de son fils Charles Ier avait entraîné un conflit avec le Parlement. Ce conflit conduisit à la Révolution anglaise en 1642 (Première et Deuxième guerre civile anglaises). Grâce aux réussites militaires de la New Model Army sous le commandement de Oliver Cromwell le conflit fut définitivement tranché en faveur du Parlement en 1648. Charles Ier fut condamné à mort par le Parlement et décapité le . Pendant un court moment il sembla que le combat pour le pouvoir entre la monarchie et le Parlement - ce qui était l'une des causes de la révolution - conduirait à long terme à une république. Cromwell fut nommé en 1653 Lord Protecteur d'Angleterre, Écosse et Irlande. Bien qu'ayant refusé le titre de roi sa position lui conférait un pouvoir despotique. Le règne de son fils Richard, qu'il avait choisi comme successeur, fut par contre très court. La chute du Protectorat eut lieu en , seulement huit mois après la mort d'Oliver Cromwell. La monarchie fut restaurée peu de temps après sous le règne de Charles II, le fils du roi décapité.

Influence dans l'HistoireModifier

En Angleterre même, les idées de Harrington influencent la culture politique des Whigs libéraux. Mais le plus grand effet de la théorie politique de Harrington se produit au XVIIe siècle sur la constitution des colonies anglaises d'Amérique du Nord, et finalement au XVIIIe siècle sur le mouvement de l'indépendance nord-américaine et la Révolution française. En Amérique du Nord, le concept dû à Harrington d'un parlement bicaméral élu est repris par John Adams et sert ainsi de modèle pour la constitution des États-Unis.

AnnexesModifier

BibliographieModifier

OuvragesModifier

  • Harrington et le républicanisme à l'âge classique, Pessac, Presses universitaires de Bordeaux, coll. « Histoire des pensées », , 234 p. (ISBN 978-2-86781-896-7, SUDOC 180676105).
  • Centre d'études et de recherches sur la Renaissance anglaise, James Harrington and the notion of Commonwealth : with a critical edition of John Toland's Life... of Harrington, Harrington's Mechanics of nature, and Proposition in order to the proposing of a Commonwealth or democracie, Montpellier, Publications de l'université Paul-Valéry-Montpellier III, , 310 p. (ISBN 2-84269-238-1, SUDOC 048189081).
  • Harrington, James et Pocock, John Greville Agard (trad. de l'anglais), Océana ; précédé de : L'oeuvre politique de Harrington, Paris, Belin, coll. « Littérature et politique », , 476 p. (ISBN 2-7011-1528-0, SUDOC 003689573).
  • James Harrington et Bernard Graciannette (trad. de l'anglais), L'Art de légiférer, suivi de Un Système de politique, Pessac, Presses universitaires de Bordeaux, coll. « Histoire des pensées.Textes », , 257 p. (ISBN 978-2-86781-570-6, SUDOC 139731253)

ArticlesModifier

  • Raymond Polin, « Économie et politique au XVIIe siècle : l' « Oceana » de James Harrington », Revue française de science politique 2-1,‎ , p. 24-41 (lire en ligne)
  • Julien Le Mauff, « Harrington, un démocrate avant les Lumières », La Vie des idées,‎ (lire en ligne, consulté le 12 janvier 2020)

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :