Ouvrir le menu principal

Jamaat-ul-Ahrar
Image illustrative de l’article Jamaat-ul-Ahrar

Idéologie Deobandi
Objectifs renverser le gouvernement pakistanais, imposer un état islamique, poursuivre le djihad au niveau mondial, se doter de l'arme nucléaire
Statut Actif
Fondation
Date de formation Août 2014
Pays d'origine Pakistan
Actions
Mode opératoire terrorisme dont attentat-suicide
Victimes (morts, blessés) plus de 200
Zone d'opération Pakistan, Inde
Période d'activité 2014 - aujourd'hui
Organisation
Chefs principaux Omar Khalid Khorasani
Groupe relié Tehrik-e-Taliban Pakistan
Conflit armé du Nord-Ouest du Pakistan

Le Jamaat-ul-Ahrar (« Congrégation des hommes libres ») est un groupe djihadiste pakistanais et une faction née en 2014 du Tehrik-e-Taliban Pakistan (Mouvement des talibans du Pakistan ou abrégé en TTP).

Sommaire

HistoireModifier

FondationModifier

Le Tehrik-e-Taliban Pakistan se divise après la mort de son chef, Hakimullah Mehsud, tué par un drone américain le . Son successeur, Maulana Fazlullah, est contesté par plusieurs chefs talibans, ce qui pousse ces derniers à former des groupes dissidents, dont le Jamaat al-Ahrar, qui se revendique comme le « véritable Tehrik-e-Taliban Pakistan ». Dirigé par Omar Khalid Khorasani, il est considéré comme le plus violent des groupes djihadistes du Pakistan[1].

Soutiens et allégeanceModifier

Le Jamaat-ul-Ahrar annonce le qu'il apporte son soutien à l'État islamique et appelle à sa réconciliation avec al-Qaïda[2],[3],[4].

En mars 2015, le porte-parole Ehsanullah Ehsana annonce que Jamaat-ul-Ahrar est revenu au sein du Mouvement des talibans du Pakistan. Quelques jours plus tard, Omar Khalid Khorasani et son bras droit Qasim Khorasani quittent volontairement le conseil exécutif du groupe[5].

ObjectifsModifier

Les objectifs du groupe Jamaat-ul-Ahrar sont les mêmes que celui du Tehrik-e-Taliban Pakistan[5], soit:

ActionsModifier

Le groupe revendique le massacre de l'école militaire de Peshawar, commis le [1], l'attentat du 27 mars 2016 à Lahore[6] et l'attentat du 8 août 2016 à Quetta[7]. Leurs attaques sont majoritairement commis sur le territoire du Pakistan et ont coûté la vie à plus de 300 personnes.

Structure organisationnelleModifier

ChefModifier

  • Omar Khalid Khorasani (août 2014 - mars 2015 : départ volontaire) : ancien journaliste, est le chef des tribus de la région de Mohmand. Il était candidat pour prendre la tête du TTP mais c'est Maulana Fazlullah qui a été élu émir de l'organisation djihadiste. Omar Khalid Khorasani a alors pris la tête de la ligne dure du mouvement et aurait fomenté des complots contre Fazlullah, dont il lui reproche une gestion chaotique du groupe[5].
  • Asad Afridi (mars 2015 - aujourd'hui), chef d'un sous-groupe représentant la région de Khyber, il succède à Omar Khalid Khorasani. Il était membre du conseil central du TTP[5].

Bras droitModifier

  • Qasim Khorasani (août 2014 - mars 2015 : départ volontaire), bras droit de Omar Khalid Khorasani, chargé de la direction opérationnelle Jamaat-ul-Ahrar[5].

Porte-paroleModifier

RéférencesModifier