Jacques Rosas (né en 1959 à Stockton, en Californie) est un artiste américain, militant politique, entrepreneur et co-fondateur de la société de production artistique Shop Studios.

BiographieModifier

Jacques Rosas naît à Stockton, en Californie et y demeure jusqu'à sa première année scolaire, quand sa famille déménage à Colusa, en Californie[1]. Il étudie au San Joaquin Delta College et à l'Université de Californie à Irvine[2]. Rosas commence à travailler comme mannequin et acteur, mais se tourne rapidement vers une carrière d'imprésario. Ouvertement gay auprès de sa famille et ses amis, il reste autrement discret à propos de son orientation sexuelle jusqu'à ce qu'il soit victime de violence à cause de celle-ci (gay bashing). Ce tabassage le lance dans le militantisme politique, et initie également une carrière artistique[3]. Dans les années 1990, Rosas travaille pour le groupe environnemental international Greenpeace, où il concentre ses efforts sur la lutte contre destruction de la couche d'ozone[4].

Son travail avec Greenpeace le fait s'installer à New York. Il y fréquente l'acteur et compositeur Keith Pruitt (1961-2008)[5], en compagnie de qui il est à nouveau victime d'un incident violent à cause de son homosexualité. Ce deuxième événement conduit Rosas à la création du projet d'art urbain appelé « Call Me Ishmael », qui trace des contours à la craie dessinant des corps (chalk outline) aux endroits où des gays ont été agressés[6]. Son œuvre la plus récente est une série de tableaux abstraits qui emploient des formes et des couleurs vives[7] ainsi qu'une série de peintures pop des couvertures de regards avec des reliefs des joints métalliques et peint sur[8]. Rosas a étudié l’art à l'Art Students League of New York et à l'Académie de la Grande Chaumière à Paris[9].

Shop StudiosModifier

Le deuxième incident de violence subi par Rosas l'empêche de travailler pour Greenpeace, alors qu'il allait collaborer à une nouvelle campagne. Après sa convalescence, il conduit l'un des premiers vélo-taxis de Manhattan. Il épargne une partie de son salaire et, avec son associé Eric Steding, loue un petit studio pour en faire une entreprise de production artistique qui se développe rapidement. Avec le temps, ils s'installent dans un grand bâtiment à plusieurs étages sur la 49e rue avant de déménager sur la 39e rue ouest. Plusieurs grandes entreprises de production audiovisuelles ont filmé dans le complexe, telles Disney, NBC, CBS et ABC. Shop Studios a notamment aménagé des vitrines de magasin pour Armani Exchange et Yves Saint Laurent[10].

En avril 2017, une exposition « Pop Up » produite par Red Splat Productions et Gallery X a lieu à Shop Studios pour présenter des œuvres inédites de l’artiste urbain des années 1980, Richard Hambleton, contemporain de Keith Haring et Jean Michel Basquiat. L'exposition a lieu en collaboration avec l'édition 2017 du Festival du film de Tribeca et en avant-première du documentaire Shadowman[11].

RéférencesModifier

  1. (en-US) Lori Gilbert, « Gilbert: Artist finds strength, purpose after hate crime », recordnet.com, (consulté le 29 avril 2017)
  2. (en-US) Michelangelo Signorile, Queer in America: Sex, the Media, and the Closets of Power, University of Wisconsin Press, (ISBN 978-0-299-19374-4, lire en ligne), p. 270
  3. (en-US) Duke Helfand, « Attacks on Gays Explored : Crime: Forum draws about 50 homosexual activists, city officials and others. Victims are urged to report violent incidents. », The Los Angeles Times,‎ (lire en ligne)
  4. (en-US) Neil Cornish, « EPA seeks delay of CFC phaseout DuPont Go. asked to continue production », The News Journal, Wilmington, Delaware,‎ , p. 1 (lire en ligne)
  5. (en-US) « Composer/actor Pruitt dies », Variety,‎ (lire en ligne)
  6. (en-US) « The "Call Me Ishmael" Project », The "Call Me Ishmael" Project, (consulté le 29 avril 2017)
  7. (en-US) « Jacques Rosas », Saatchi Art (consulté le 29 avril 2017)
  8. http://jacquesrosas.com/abstract-art/
  9. (en-US) « Jacques Rosas Show Opens Today in New York », Shop Studios, (consulté le 29 avril 2017)
  10. (en-US) « Armani Exchange Window Displays », Best Window Displays, (consulté le 29 avril 2017)
  11. (en-US) Daniel Maurer, « Shadowman Sheds Light On Richard Hambleton, Banksy of the '80s East Village », Bedford + Bowery,

Liens externesModifier