Ouvrir le menu principal

Isabelle Cogitore

littératrice et historienne
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cogitore.
Isabelle Cogitore
Isabelle Cogitore 2018.jpg
Isabelle Cogitore à l'automne 2018
Fonctions
Professeure de latin
Biographie
Naissance
Nationalité
Française
Formation
Activité
Érudite classiqueVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Université

Isabelle Cogitore née à Épinal le [1] est une historienne française, spécialiste de la Rome antique, professeure de Langue et littérature latines à l'Université Stendhal-Grenoble III.

Sommaire

BiographieModifier

Ancienne élève du lycée Molière (Paris)[2], puis, de 1984 à 1988, de l'École normale supérieure (ENS Ulm-Sèvres), elle obtient son agrégation (Lettres classiques) en 1987. De 1991 à 1994, elle est membre de l'École française de Rome, devient docteur ès lettres en 1994. Le 25 novembre 2006, elle soutient son habilitation à diriger des recherches[1].

Isabelle Cogitore est professeure de langue et littérature latine à l'université Grenoble Alpes ; elle est membre de l'UMR 5316 Litt&Arts, composante TRANSLATIO[3]. Membre de l'Association des professeurs de langues anciennes de l'enseignement supérieur (APLAES)[4], elle entre au bureau en 2010, assure la vice-présidence de l'association de 2012 à 2014, avant d'en devenir la présidente 2014-2016[5]. Elle est dIrectrice adjointe de la Maison des Sciences de l'Homme Alpes depuis 2014.

BibliographieModifier

Elle a publié notamment :

  • La légitimité dynastique d'Auguste à Néron à l'épreuve des conspirations, 2002, École française de Rome[6],[7],
  • Traduction de la biographie de l'empereur Claude, de Barbara Levick, 2002,
  • Traduction de Paolo Fedeli, sous le titre Écologie antique ; milieux et modes de vie dans le monde romain, 2005, éditions Infolio[8],
  • Le Doux Nom de liberté, en 2011 aux éditions Ausonius[9],[10],[11],[12],
  • Sous la direction de Isabelle Cogitore et Francis Goyet, Devenir roi : essais sur la littérature adressée au prince, Grenoble, Ellug, , 282 p. (ISBN 2843100224, lire en ligne)[13],[14],[15]
  • Sous la direction de Isabelle Cogitore et Francis Goyet, L'éloge du prince : de l'Antiquité au temps des Lumières, Grenoble, , 392 p. (ISBN 2843100445, lire en ligne)

Notes et référencesModifier

  1. a et b « CV d'Isabelle Cogitore », sur Aplaes.org
  2. Bulletin 2019 de l’Association amicale des anciennes et anciens élèves du lycée Molière, 2019, p. 20.
  3. CV d'Isabelle Cogitore sur le site web de l'équipe.
  4. Association des professeurs de langues anciennes de l'enseignement supérieur
  5. La composition du bureau 2014-2015 de l'APLAES.
  6. École française de Rome
  7. L'article Le consensus impérial à l'épreuve. La conspiration et ses enjeux sous les Julio–Claudiens de Frédéric Hurlet, consultable aux p. 125-143 des actes de la Convention internationale Ordre et subversion dans les mondes grecs et latins (25-27 septembre 2008), signale l'ouvrage d'Isabelle Cogitore comme une référence internationale : "Plusieurs travaux — parmi lesquels il faut citer les monographies de M.H. Dettenhofer, de Fr. Rohr Vio et de I. Cogitore — ont été consacrés [...] à la conspiration" (p. 126).
  8. Les éditions Infolio
  9. Ausonius
  10. Compte-rendu par Ida Gilda Mastrorosa dans le Bollettino di studi latini, Volume XLIII, 2013, p. 358 - 361.
  11. Compte-rendu par Amy Russell dans le Journal of Roman Studies, Volume 102, 2012, p. 317-318.
  12. Compte-rendu par Philippe Akar dans la Revue des études anciennes, Tome 114, 2012, p. 202-203. L'auteur signale qu'il s'agit, de son point de vue, d'une "étude de référence" sur le thème de la libertas.
  13. Compte-rendu par Hélène Germa-Romann dans le Bulletin de l'Association d'étude sur l'humanisme, la réforme et la renaissance, Volume 56, 2003, p. 140-142.
  14. Compte-rendu par Sophie Conte dans Rhetorica: A Journal of the History of Rhetoric, Volume 21, 2003, p. 133-136.
  15. Compte-rendu dans Histoires littéraires, no 10, 2002.

Liens externesModifier