Intercity 2

Type de trains longue distance en Allemagne

Deutsche Bahn commercialise ses trains Intercity à deux étages sous le nom d'Intercity 2, ou IC2 en abrégé, en service depuis .

Matériel roulantModifier

L'obsolescence croissante de la flotte de matériel roulant existant ainsi qu'une option déjà posée pour l'acquisition de voitures voyageurs à deux étages initialement destinés à DB Regio ont incité la Deutsche Bahn à moderniser et compléter sa flotte pour les services Intercity. Elle a donc procédé à l'achat de voitures à deux niveaux de type Bombardier TWINDEXX Vario. En , la Deutsche Bahn a également acquis d'occasion plusieurs automotrices Stadler KISS à Westbahn. Ces automotrices KISS assurent des services IC2 depuis .

Rames tractées TWINDEXX Vario + BR 146/147Modifier

Les premiers services commerciaux IC2 étaient exploités avec des rames voyageurs TWINDEXX Vario tractées par des locomotives BR 146/147. Elles peuvent circuler à une vitesse maximale de 160 km/h[1],[2],[3],[4].

 
Voiture à deux étages de 2e classe (DBpza 682.2).

Les premières voitures ont été présentées au public à InnoTrans 2014[5]. Les premiers prototypes ont été présentés à Berlin et Leipzig à l'automne . Beaucoup de critiques y ont été émises telles que le manque d'espace pour le transport de bagages, un confort d'assise insuffisant ou l'absence de voiture-restaurant ou de bistrot[6].

Caractéristiques généralesModifier

Les rames tractées IC2 sont similaires aux trains à deux étages utilisés pour les services Regional-Express (RE).

Les coupons TWINDEXX Vario mesurent 134,50 mètres de long. Ils sont composés de cinq voitures dont une voiture-pilote de type DBpbzfa 668.2 (numéro de série 1), trois voitures de deuxième classe (DBpza 682.2, numéros de série 2 à 4) et une voiture de première classe (DApza 687.2, numéro de série 5)[7]. Chaque rame est tractée par une locomotive BR 146 ou 147 homologuée pour circuler jusqu'à 160 km/h[4]. Deutsche Bahn a initialement demandé l'homologation à une vitesse maximale de 185 km/h, projet qui n'a pas été mené à son terme[8].

Ces compositions tractées offrent une capacité de 468 sièges, dont 70 en première classe et six sièges rabattables[7],[9]. Neuf emplacements pour les vélos sont disponibles dont six dans la voiture-pilote et trois dans les voitures de deuxième classe. Les voitures ont, entre autres, des coussins de tête, des repose-pieds. L'intégration d'un système Wi-Fi dans la flotte IC2 a commencé en [10].

Selon les informations de la DB, la modernisation d'un restaurant de bord était « probablement » prévue[11], mais n'a pas été effectuée. Au lieu de cela, il y aura une restauration dans les deux classes. Sous le nom commercial d'IC Café-Team, les employés de la filiale de Lufthansa, LSG Sky Chefs, proposent aux voyageurs des boissons froides et chaudes, des collations et des pâtisseries[12],[13],[14].

L'accès à la voiture-pilote se fait de plain-pied, sans obstacle, sur les plates-formes de 55 centimètres via un comble-lacune. Pour des hauteurs comprises entre 38 et 76 centimètres, une rampe se déploie pour faciliter l'accès au train. Une entrée sans obstacle et à niveau dans la voiture-pilote n'est possible ici que pour l'étage inférieur. Il y a aussi des toilettes accessibles aux personnes handicapées. L'étage supérieur n'est pas accessible aux personnes à mobilité réduite et ne peut être atteint que par deux séries d'escaliers, il y a des sièges et une aire de jeux pour enfants[15].

SériesModifier

Première série : La première série était équipée de locomotives de classe 146.5 . La première série est principalement utilisée sur les lignes de Basse-Saxe ainsi que vers Leipzig et Dresde.

Deuxième série: La deuxième série est tractée par locomotives de classe 147.5[9]. Le principal secteur d'exploitation du premier lot de 17 trains de la deuxième série fut le Bade-Wurtemberg. Cette série sera équipée de l'ETCS pour circuler en Suisse. Malgré tout, l'homologation par l'Office fédéral des transports a été retardé et n'avait pas encore eu lieu fin .

Acceptation et critiquesModifier

Il s'est rapidement avéré problématique que les trains, bien que techniquement une locomotive, quatre voitures de taille moyenne et une voiture de contrôle, soient traités opérationnellement comme une unité multiple. Dès qu'un wagon présente un défaut, il ne peut pas être séparé et suspendu comme un train de wagons; au contraire, le train entier doit être suspendu.

La couverture médiatique montre que les IC2 de ce type sont perçus très différemment d'à l'accoutumée. D'une part, l'intérieur et le compartiment pour enfants sont loués. D'autre part, les manques d'espace pour les bagages et de Wi-Fi sont décriés. D'autres journaux citent également « un mauvais express régional »[16] et soutiennent que les difficultés techniques d'origine et la dynamique des véhicules qui en résultent rendent les passagers malades en voiture. Le transfert forcé à Singen a également été clairement critiqué. En , la Deutsche Bhn a dû admettre que le nombre de retards et d'annulations sur la liaison Stuttgart-Nuremberg était bien plus élevé que la moyenne nationale, surtout après le passage aux trains IC2. En , on a appris que l'entreprise refusait d'accepter 25 nouveaux trains parce que la série s'était avérée très sujette à des pannes de service depuis et provoquait souvent des retards[17].

Coût d'exploitationModifier

Selon la Deutsche Bahn, le coût au kilomètre des véhicules est de 18 euros par kilomètre, ce qui permet des économies par rapport aux anciens trains de voyageurs dont le coût d'exploitation est estimé à 25 euros par kilomètre[13].

Stadler KISSModifier

En 2019, la Deutsche Bahn a acquis 17 automotrices à deux étages Stadler KISS auprès de Westbahn et les a mises en service pour des services interurbains. Les trains se composent de quatre ou six voitures et peuvent atteindre une vitesse maximale de 200 km/h. Le service régulier régulier a commencé le sur la ligne Rostock - Berlin - Dresde[18].

Mise en service de l'offre IC2Modifier

HistoriqueModifier

 
Une rame tractée effectuant un service IC2 sur la ligne 35 entre Duisburg et Düsseldorf.

En , il était prévu de mettre en service les premières voitures à deux niveaux sur les lignes IC en [1]. Cette date a été reportée à plusieurs reprises. En , les voitures à deux niveaux ont été présentées dans différentes gares, dont celles de Düsseldorf et Leipzig[19].

L'homologation du matériel roulant par l'Eisenbahn-Bundesamt eu lieu en , après quoi les véhicules ont été livrés à la Deutsche Bahn pour permettre de démarrer la formation du personnel[20].

 
IC2 en sortie de la gare centrale de Stuttgart en .

Avec le changement d'horaire en , les premiers trains à deux étages ont été mis en service sur les lignes Intercity - sur la ligne IC 56 (Cottbus / Leipzig - Hanovre - Norddeich)[21].

 
Un IC2 traversant la gare centrale de Dresde.

Depuis le , les trains Intercity-2 seront également sur la ligne IC 35 (Coblence - Cologne - Munster - Norddeich). Cependant, l'exploitation a été interrompue pendant un à deux ans pour l'horaire annuel car les véhicules étaient nécessaires pour la ligne IC 55 à partir de , où déjà depuis le , une paire de trains avec IC à deux étages a été mise en service. Afin de respecter le temps de trajet entre les nœuds de Dortmund et de Hanovre, les trains Intercity 2 ne s'arrêtent pas à Bad Oeynhausen[22]. La maintenance des trains commandés initialement par DB a lieu au dépôt ICE de Leipzig, dont la capacité a été étendue[23]. Initialement, l'idée était d'exploiter ces voitures IC2 à deux étages par l'intermédiaire de la filiale DB Regio-DB Verkehr GmbH et d'utiliser ainsi les capacités de maintenance existantes pour les voitures à deux étages de DB Regio.

Après des essais en [24], ces trains ont été mis en service le sur la ligne Stuttgart - Singen (Gäubahn) où les trains de la deuxième série sont utilisés. Étant donné que les équipements ETCS sont une condition préalable à l'utilisation dans le réseau suisse et que l'homologation suisse pour les trains Bombardier n'a pas (encore) été accordée, ces trains ne roulent pas encore entre Stuttgart, Singen et la gare centrale de Zurich.

ProblèmesModifier

Une accumulation de dysfonctionnements techniques, y compris sur les portes et les commandes du véhicule, ainsi que le roulement inconfortable des véhicules sur certaines voies ont rendu nécessaire la réparation des trains issus de la première série. Pour cette raison, l'utilisation des véhicules initialement prévue pour février 2016 sur la ligne IC 55 (Dresde - Hanovre - Cologne) sera reportée à la mi-décembre 2016. Les amortisseurs de vibrations ont été réajustés pour réduire les mouvements de roulement et tous les essieux ont reçu un profil plus conique pour réduire les mouvements latéraux. Selon l'Eisenbahn-Bundesamt, tous les mouvements de roulement pendant le processus d'homologation étaient conformes[25].

Les trains de la deuxième série, en revanche, ont eu à plusieurs reprises par des pannes d'éclairage. En raison de problèmes d'équipement des trains, les trains IC2 supplémentaires devraient circuler jusqu'en décembre 2020 uniquement à Singen où les liaisons étaient mises en correspondance avec les trains suisses. Sur la ligne Karlsruhe - Stuttgart - Nuremberg, les trains IC2 ont été retirés du service en raison de problèmes logiciels[26].

Livraison et mise en serviceModifier

Le contrat attribué à Bombardier Transport pour les trains IC2 était estimé à 362 millions d'euros en [2],[27]. Le coût d'un train composé cinq voitures TWINDEXX Vario et d'une locomotive BR 146.5 est de 17 millions d'euros[28]. Au printemps , 22 des 26 trains ont été réceptionnés[25]. La livraison du premier lot de 27 trains était initialement prévue pour fin . En , 25 trains ont été livrés[29].

En , la Deutsche Bahn a commandé 17 autres rames à deux pour une valeur de 293 millions d'euros[30],[31]. Sur la ligne Gäubahn, les trains IC2 ont été temporairement remorqués par des locomotives de classe 146, remplacées à partir de par des locomotives BR 147[32]. Onze trains de la deuxième série ont suivi jusqu'à , suivis par six autres trains de la deuxième série jusqu'en [29].

Fin , une nouvelle commande a été faite par la Deutsche Bahn pour 25 trains supplémentaires[33]. En , DB a refusé d'accepter les 25 trains de la deuxième partie de la 2e série en raison de problèmes logiciels.

Année de la commande Début du déploiement Voiture-pilote Voiture Total
2011 Décembre 2015 - mars 2016 27 108 135
2013 Décembre 2018 17 68 85
2017 Probablement 2019 25 100 125

BibliographieModifier

  • (de) « Doppelstock-Intercity (IC2) der DB: Kompromiss für den Fernverkehr », Eisenbahn Magazin,‎ , p. 32-35

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

  1. a et b (de) DB, Bahn bestellt 27 neue Fernverkehrszüge,
  2. a et b Aufgestockt. in mobil, mars 2011, pp. 58–59.
  3. « La DB présente ses rames IC2 - transportrail - Le webmagazine ferroviaire », sur transportrail.canalblog.com, (consulté le )
  4. a et b (de) Deutsche Bahn AG, Unternehmensbereich Personenverkehr, Marketing eCommerce, « Der Intercity 2 », sur www.bahn.de (consulté le ).
  5. Peter Neumann: Trends und Skurriles auf der weltgrößten Bahn-Messe in Berlin; Berliner Zeitung, 25. September 2014, abgerufen am 26. September 2014.
  6. Johannes Dörries: Deutsche Bahn: Neue IC-Züge kommen mit Verspätung; Mitteldeutsche Zeitung, 15. Dezember 2014.
  7. a et b (de) Jürgen Hörstel, Doppelstöckig auch im Fernverkehr. in: Deine Bahn, vol. 44,
  8. Peter Kirnich: Bahn entdeckt Heimatmarkt: Neue Doppelstock-IC ohne Speisewagen. In: Frankfurter Rundschau, .
  9. a et b Intercity 2: Daten und Fakten, www.bahn.de, Oktober 2016; abgerufen am 30. Juni 2018.
  10. (de) DB, « Integrierter Zwischenbericht 2018 - Deutsche Bahn Konzern », sur deutschebahn.com, (consulté le )
  11. (de) Franz Purkerer, Der doppelstöckige Intercity der Bahn im Test, (lire en ligne)
  12. Twindexx – Der neue Doppelstock-Intercity der Bahn, bahnaktuell.net, 12. Januar 2011; abgerufen am 6. Juli 2018.
  13. a et b (de) Jens Schmidt, Doppeldecker ohne Frühstück. in: Volksstimme, , p. 2
  14. Der neue Intercity und die Lösung des Heißgetränke-Dilemmas, inside.bahn.de, 10. Dezember 2015; abgerufen am 6. Juli 2018.
  15. (de) Jürgen Lück, Christoph Bielecki, Dietmar Schindler, Vitaminspritze für die Gäubahn. In: Schwarzwälder Bote.,
  16. https://www.otz.de/leben/rueckschritt-im-fernverkehr-kritik-an-neuen-ic-zuegen-die-aus-gera-abfahren-sollen-id220440229.html abgerufen am 26. November 2019.
  17. https://www.tagesschau.de/wirtschaft/bahn-bombardier-ic-101.html
  18. « Autriche : pas de matériel chinois pour Westbahn - transportrail - Le webmagazine ferroviaire », sur transportrail.canalblog.com, (consulté le )
  19. IC-Doppelstockwagen auf Präsentationstour; in: Eisenbahn Magazin, 9/2015, S. 26.
  20. Zulassung für Doppelstock-IC; in: Eisenbahn Magazin, 11/2015, S. 22.
  21. IC-Linie 35 Norddeich–Köln auf IC2 umgestellt; in: Eisenbahn Magazin, 6/2016, S. 17.
  22. 18 Züge im Umlauf; in: Eisenbahn Magazin, 3/2017, S. 33.
  23. (de) Platz schaffen für neue Aufträge und Züge. In: DB Welt, Region Südost,
  24. Gäubahn: IC-2-Probebetrieb; in: Eisenbahn Magazin, 7/2017, S. 27.
  25. a et b (de) Probleme beim „Intercity 2“ der DB. In: Eisenbahn-Revue International., , p. 178
  26. Neue Intercitys im Land mit Problemen, Rems-Zeitung, 234. Jahrgang, Nr. 299 vom 24. Dezember 2020, S. 5.
  27. Bombardier liefert Twindexx-Doppelstockwagen und TRAXX-Lokomotiven für den Fernverkehr an die Deutsche Bahn AG, Pressemitteilung auf n-tv.de, ; abgerufen am 6. Juli 2018.
  28. « Test des neuen Doppeldecker-Intercity », BILD.de (consulté le ) In: BILD.de. Abgerufen am 6. Juli 2018.
  29. a et b Sorgen bei der Fahrzeugbeschaffung der DB AG. In: Eisenbahn-Revue International, , p. 286-287
  30. Bahn kauft neue Doppelstock-IC; Handelsblatt,
  31. Deutsche Bahn bestellt Doppelstock-Waggons für IC-Züge; Der Westen, .
  32. (de) Neues Konzept auf der Gäubahn. In: Eisenbahn-Revue International, , p. 110-111
  33. Weitere IC2 von Bombardier; in: Eisenbahn Magazin, 6/2017, S. 33.