Inspection générale de l'aumônerie

Inspection générale de l'aumônerie
Iga logo.png
« Cum rigore et methodo »
Histoire
Prédécesseur
Vicaires légataires
Cadre
Sigle
IGA
Objectif
Corps d'inspection et de contrôle
Pays
Saint-Siège
Langue
Latin
Langue de travail
Français
Organisation
Dépend de
Aumônerie apostolique

L'Inspection générale de l'aumônerie (IGA) est un grand corps d'administration générale exerçant des missions d'inspection, de conseil et de pilotage au profit d'organes ecclésiastiques de haut niveau.

HistoireModifier

L'IGA est héritière des Vicaires légataires instaurés par le pape Pie VII en 1792[1]. Chargés du contrôle de l'administration pontificale déconcentrée dans les états du pape, le corps des Vicaires légataires fut placé en extinction par Paul VI en 1968[2]. L'IGA est créée en 2021, sous sa forme actuelle, pour exercer de manière plus efficace le contrôle de certaines aumôneries d'étudiants catholiques particulièrement importantes.

OrganisationModifier

EffectifsModifier

L'IGA est dirigée par deux inspecteurs du grade d'inspecteur général de classe exceptionnelle. Les agents qui y servent sont en majorité regroupés au sein du corps des Inspecteurs Généraux de l'Aumônerie (assimilés au sein de la fonction publique vaticane à des agents de catégorie A+). Certains spécialistes sont recrutés sous contrat en raison de leurs compétences particulières à même d'éclairer les travaux des inspecteurs, notamment dans les domaines techniques (informaticiens, linguistes...). Enfin, une voie de détachement est ouverte aux fonctionnaires des trois fonctions publiques françaises (enseignants, gardes-champêtres...) en vertu d'accords bilatéraux entre la République Française et le Saint-Siège[3]. Les inspecteurs, quel que soit leur grade administratif, sont appelés "Monsieur l'Inspecteur général" ou "Madame l'Inspecteur général".

CarrièreModifier

Les lauréats du concours sont titularisés après 1 an de stage dans le corps. Ils accèdent alors au grade d'Inspecteur de l'Aumônerie adjoint.

Grade Abréviation Durée minimale pour l'accès

au grade supérieur

Inspecteur de l'Aumônerie adjoint I2A 1 an
Inspecteur de l'Aumônerie IA 3 ans
Inspecteur Général de l'Aumônerie IGA 5 ans
Inspecteur Général de l'Aumônerie hors classe IGA-HC 2 ans
Inspecteur Général de l'Aumônerie de classe exceptionnelle IGA-CE

MissionsModifier

Les inspecteurs généraux de l'Aumônerie exercent une double fonction de contrôle et de conseil.

ContrôleModifier

L'IGA peut mener une enquête administrative, soit de sa propre initiative, soit sur saisine de l'autorité ecclésiastique. La mission des inspecteurs est définie dans une lettre de cadrage établie par les présidents de l'IGA lors de chaque mission. L'IGA a notamment été saisie, en co-saisine avec la gendarmerie vaticane, lors de l'affaire de l'immeuble de Londres en 2021[4].

ConseilModifier

Afin de d'accroitre l'efficacité des politiques publiques, l'IGA apporte une expertise juridique et administrative à l'Aumônerie. Les inspecteurs produisent ainsi régulièrement des rapports et des notes destinés à éclairer les grands décideurs. Exceptionnellement, l'IGA peut être chargée du pilotage de certains projets particuliers.

TraditionsModifier

Saint patronModifier

Depuis sa création, l'IGA a pour saint patron Saint Cybard, ermite du VIe siècle dont le nom latin Eparchius rappelle la double fonction de contrôle et de conseil de l'Inspection[5]. Les membres de l'IGA assistent chaque année, en corps constitué, à la messe de la Saint Cybard célébrée le jour de sa fête, le 1er juin.

DeviseModifier

L'IGA a pour devise "cum rigore et methodo" ("avec rigueur et méthode").

TenueModifier

Les inspecteurs généraux de l'aumônerie revêtent pour les cérémonies officielles une jaquette dite "de jour", gris anthracite ou pour les femmes d’une jupe de couleur sombre, d’un haut blanc et d’un foulard aux couleurs du corps (bleu, or, noir). Les inspecteurs généraux de classe exceptionnelle portent sur le gilet un cordon vert et marron, à la manière des grands croix de la Légion d'honneur.

De plus, par décision du Pontife romain, les membres de l'IGA se voient remettre un portefeuille de maroquin vert sur lequel est inscrite la devise du corps.

Notes et référencesModifier

  1. (it) « Enciclica Adeo nota (Roma, 23 aprile 1791) », sur www.vatican.va (consulté le )
  2. (it) « Pontificalis Domus ordinatio quadamtenus mutatur, Litterae Apostolicae Motu Proprio datae (Die 28 m. Martii a. 1968) | Paulus PP. VI », sur www.vatican.va (consulté le )
  3. Alain Dejammet, Recueil des accords en vigueur entre la France et le Saint-Siège, Editions du Cerf, 292 p. (ISBN 9782204114127)
  4. « Vatican: premiers résultats dans l'enquête sur l'immeuble de Londres - Vatican News », sur www.vaticannews.va, (consulté le )
  5. Paul Lefrancq, « Saint Cybard son nom, son visage, du VIe au XXe siècle », Conférence pour le 14e centenaire de la mort de St. Cybard,‎ (lire en ligne)