Ouvrir le menu principal

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Siège de Venlo.
Pistolet-mitrailleurs MP 38.
L'insigne de manche du Sicherheitsdienst (SD).

Dans les premiers mois de la Seconde Guerre mondiale, le 9 novembre 1939 à Venlo, la Gestapo mit en œuvre un plan pour capturer deux agents des services secrets britanniques (Secret Intelligence Service ou MI6). Cette affaire est connue sous le nom d'« incident de Venlo ».

Sommaire

Les protagonistesModifier

Les protagonistesModifier

Les responsablesModifier

ContexteModifier

Des officiers allemands de la Gestapo organisèrent une rencontre avec les agents britanniques dans la ville de Venlo, aux Pays-Bas, en prétendant y être des réfugiés et fomenter un complot contre Hitler. L'un de ces officiers allemands était Walter Schellenberg, qui deviendra par la suite le chef des services secrets du Sicherheitsdienst (SD). L'objectif de cette rencontre était de recueillir des renseignements sur les méthodes de travail des services secrets britanniques, ainsi que de transmettre de fausses informations.

Les deux agents britanniques, Sigismund Payne Best et Richard H. Stevens, rencontrèrent trois officiers, dont le "Major Schaemmle" (Walter Schellenberg). Ce dernier prétendit que la haute chaîne de commandement nazie était fortement préoccupée par les pertes élevées de la campagne de Pologne, et qu'elle songeait à faire arrêter Hitler.

Heinrich Himmler, cependant, ordonna l'arrestation des agents britanniques. Dans la nuit du 8 au 9 novembre 1939, des agents allemands, parmi lesquels Alfred Naujocks, pénétrèrent sur le territoire néerlandais. Un rendez-vous avait été arrangé dans un café de Venlo. Les Britanniques, auxquels on avait fait la promesse que le général à la tête du complot serait présent, amenèrent avec eux un officier des services secrets néerlandais, Dirk Klop.

À leur arrivée, les Allemands bloquèrent leur voiture avec des pistolets-mitrailleurs et tuèrent leur collègue néerlandais. Arrêtés, les deux agents britanniques furent transférés en Allemagne.

ConséquencesModifier

Lors de son arrestation, Stevens était en possession d'une liste d'agents britanniques. D'autres noms lui seront encore soutirés lors d'interrogatoires menés à Düsseldorf. Utilisant ces informations, la Gestapo fait arrêter des agents britanniques dans les territoires occupés, en particulier en Tchécoslovaquie. La Gestapo obtint en outre des informations sur l'organisation des services secrets britanniques, ainsi qu'une liste d'officiers à arrêter lorsque la Grande-Bretagne serait envahie.

À la suite de cet incident, les Britanniques devinrent extrêmement méfiants envers toute approche allemande professant une quelconque forme de résistance anti-nazie. Cet incident fut aussi utilisé par Hitler comme prétexte pour attaquer les Pays-Bas, qui en travaillant avec les Britanniques à un complot sur sa personne, auraient ainsi rompu leur neutralité.

Best et Stevens restèrent emprisonnés, en camp de concentration, jusqu'à la fin de la guerre.

Voir aussiModifier

Liens internesModifier

  • L'explosion d'une bombe artisanale à Munich le 8 novembre 1939 (lire Georg Elser) dans le but d'attenter à la vie d'Adolf Hitler, fait partie du contexte.
  • Le Front noir fut soupçonné par les Nazis d'être à l'origine de l'attentat de Munich le 8 novembre 1939.

En littératureModifier

  • Événements retranscrits dans le roman de William Boyd : La Vie aux aguets (2006).
  • Le personnage de Claude Dansey (Colonel Z) est décrit sous le nom de "R" dans le roman de Somerset Maugham Mr. Ashenden, agent secret (1928)
  • L'incident est conté en page 26 dans l'ouvrage La guerre a été gagnée en Suisse, l'affaire Roessler de Pierre Accoce et Pierre Quet, édité par la librairie académique Perrin

RéférencesModifier

  • The Venlo Incident, a True Story of Double-Dealing Captivity, and a murderous Nazi Plot, Sigismund Payne Best, Hutchinson & Co(London), 1950