Ouvrir le menu principal

Une imago clipeata sur un diptyque d'Aréobindus, consul en 506, musée du Louvre.

Une imago clipeata (au pluriel imagines clipeatae) désigne en latin littéralement une « image-bouclier », c'est-à-dire un portrait circonscrit dans un cadre circulaire évoquant la forme d'un bouclier rond (clipeus). Ces médaillons sont l'apanage des familles riches.

À l'origine de la Rome antique, les imagines sont des masques fabriqués en cire, moulés sur la face des morts. Ces masques étaient portés par les proches à l'avant de la procession funèbre qui conduisait le mort au lieu de sépulture. Ces masques ont été remplacés par des médaillons.

Comme les masques, ils étaient conservés dans l'atrium, rangés dans des armoires ou des niches avec sous chacun le nom et les titres et les exploits (titulus et elogium).

On trouve ce type de portrait aussi bien dans l'iconographie funéraire romaine et paléochrétienne (entre autres sur les sarcophages) que dans l'imagerie officielle impériale (par exemple le portrait des consuls sur les diptyques consulaires). Ces imagines ont joué un rôle important dans l'histoire de l'art romain en développant l'art du portrait réaliste.

L'imago clipeata préfigure le tondo de la Renaissance.

BibliographieModifier

  • (de) J. Bolten, « Die imago clipeata », in Studien zur Gesch. u. Kultur des Altertums XXI, 1. H., Paderborn, 1937.
  • Rudolf Winkes, Clipeata imago : studien zu einer römischen Bildnisform, R. Habelt, (Habelts Dissertationsdrucke. Reihe klassische Archäologie ; 1), Bonn, 1969.

Voir aussiModifier