Ouvrir le menu principal

Iliana Rupert

joueuse française de basket-ball

Iliana Rupert
Image illustrative de l’article Iliana Rupert
Iliana Rupert en octobre 2018
Fiche d’identité
Nationalité Drapeau de la France France
Naissance (17 ans)
Sèvres
Taille 1,93 m (6 4)
Situation en club
Club actuel Bourges
Numéro 12
Poste Ailière forte
Carrière universitaire ou amateur
2015-2018 Centre fédéral de basket-ball
Carrière professionnelle *
Saison Club
2018-2019
2019-2020
Bourges
Bourges
Sélection en équipe nationale **
2019-Drapeau : France France

* Points marqués dans chaque club dans le cadre de la saison régulière du championnat national.
** Points marqués pour l’équipe nationale en match officiel.

Iliana Rupert, née le à Sèvres (Hauts-de-Seine), est une joueuse française de basket-ball évoluant au poste d'ailière forte.

Sommaire

BiographieModifier

En juillet 2015, à l'âge d'à peine quatorze ans, formée à Coulaines (Sarthe) elle est une joueuse majeure de l'équipe de France minimes (15 ans et moins), dont elle vient de finir meilleure marqueuse (15 points, 7 rebonds, 7 interceptions) lors d'une victoire face à l'Allemagne (68-50)[1]. Elle choisit de porter le maillot no 12, l'ancien numéro de son père Thierry Rupert, un ancien joueur international de basket-ball décédé prématurément un d'un problème cardiaque quand elle avait 11 ans[1]. Formée au Pôle des Pays-de-la-Loire, elle intègre le Centre fédéral de basket-ball en septembre 2015 avec un an d'avance en compagnie de Marine Fauthoux, elle aussi fille d'un ancien international Frédéric Fauthoux[1]. Sa mère Elham Rupert est également basketteuse[2].

Durant l'été 2016, elle sélectionnée avec un an d'avance en équipe de France U16 dirigée par Julien Egglof, avec laquelle elle remporte une médaille de bronze : « J'avais un rôle de leader, notamment offensivement. Je rentrais dans le 5 majeur. Dans ma situation, on a envie de se dépasser et de tout donner pour son équipe[2] ».

Elle est la pièce maîtresse d'une très forte équipe de France U16 qui remporte le Championnat d'Europe des moins de 16 ans 2017. Avec 13,7 points, 10,5 rebonds et 1,7 contre de moyenne en seulement 22 minutes de jeu, et la meilleure évaluation de la compétition avec 20,6, elle est la meilleure joueuse du tournoi avec un niveau encore haussé pendant la phase finale avec 16,3 points (à 59 % aux tirs), 11 rebonds et 2,3 contres de moyenne[3],[4].

Pas encore professionnelles, elle et sa coéquipière au Centre fédéral Marine Fauthoux sont invitées à participer comme partenaires d'entraînement au rassemblement de l'équipe de France en février 2018[5].

En mars 2018, alors qu'elle réalise une saison convaincante (12,2 points à 43,9% de réussite aux tirs (dont 31% à 3-points) et 7,2 rebonds pour 13,9 d'évaluation en 27 minutes) avec le Centre fédéral, elle s'engage pour sa première année professionnelle à seulement 17 ans avec le club de Bourges[6]. Elle justifie son choix : « J'ai longtemps hésité entre Bourges et Lattes-Montpellier. J'ai choisi Bourges pour plusieurs raisons, notamment les infrastructures et le fait que le club participe à l'Euroligue et qu'il y possède un statut assez important. Je suis venue chercher ici la rigueur et la dureté dans le jeu pour me frotter au plus haut niveau dès maintenant[7]. »

Avec l'équipe de France, elle est finaliste du Championnat du monde U17 2018 et est élue parmi les cinq meilleures joueuses du tournoi[8] bien que selon son entraîneur Arnaud Guppillotte « elle a des problèmes de bassin qui engendrent des douleurs aux adducteurs (...) Elle ne s’entraînait qu'une fois sur deux, on a essayé de l'économiser (...) Contre l'Australie elle fait un très gros match, elle joue beaucoup, et en finale elle passe à côté parce qu'elle est cramée (...) Nous aurions aimé la voir en finale en pleine possession de ses moyens face à Aliyah Boston »[9].

Le , elle connait sa première sélection en équipe de France pour un match de préparation face à l'Ukraine. Elle inscrit 11 points à 100 % de réussite et effectue deux interceptions pour quatre balles perdues[10],[11]. Elle est retenue dans la sélection devant disputer le Championnat d'Europe 2019[12].

PalmarèsModifier

Distinctions personnellesModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b et c « Iliana Rupert porte le numéro de son père », lequipe.fr, (consulté le 13 août 2017)
  2. a b et c « Iliana perpétue le n°12 de la famille Rupert », ouest-france.fr, (consulté le 13 août 2017)
  3. Vincent Thiollière, « U16 (F) : ILIANA RUPERT MVP DE L'EURO ET ACCOMPAGNÉE PAR ZOÉ WADOUX DANS LE CINQ IDÉAL », bebasket.fr, (consulté le 13 août 2017)
  4. a b et c (en) « Rupert headlines All-Star Five by scooping MVP award », fiba.com, (consulté le 13 août 2017)
  5. Gabriel Pantel-Jouve, « MARINE FAUTHOUX ET ILIANA RUPERT PARTENAIRES D'ENTRAÎNEMENT DE L'ÉQUIPE DES FRANCE A », bebasket.fr, (consulté le 7 février 2018)
  6. Gabriel Pantel-Jouve, « ILIANA RUPERT A CHOISI BOURGES ! », bebasket.fr, (consulté le 20 mars 2018)
  7. Gabriel Pantel-Jouve, « ILIANA RUPERT : "ME FROTTER AU PLUS HAUT NIVEAU DÈS MAINTENANT" », bebasket.fr, (consulté le 11 septembre 2018)
  8. a b et c Théo Quintard, « ILIANA RUPERT NOMMÉE DANS L'ÉQUIPE TYPE DU MONDIAL U17 FÉMININ », sur bebasket.fr, (consulté le 30 juillet 2018)
  9. Frédéric Dussidour, « ITW ARNAUD GUPPILLOTTE : "LES ETATS-UNIS ÉTAIENT LARGEMENT AU-DESSUS" », sur bebasket.fr, (consulté le 2 août 2018)
  10. Kévin Bosi, « Première réussie », sur ffbb.com, (consulté le 10 juin 2019)
  11. (en) « France-Italie », sur fibalivestats.com, (consulté le 10 juin 2019)
  12. Gabriel Pantel-Jouve, « AVEC LES DÉPARTS DE MILAPIE ET BERNIES, LES BLEUES SONT 12 POUR L'EURO », bebasket.fr, (consulté le 16 juin 2019)
  13. Arnaud Dunikowski, « Jamais deux sans trois pour Bourges », sur ffbb.com, (consulté le 11 mai 2019)

Liens externesModifier