Hwang Jang-yop

personnalité politique nord-coréen

Hwang Jang-yop
Illustration.
Fonctions
Président du Comité permanent de l'Assemblée populaire suprême de Corée du Nord

(10 ans, 3 mois et 10 jours)
Président Kim Il-sung
Premier ministre Kim Il
Pak Sung-chul
Li Jong-ok
Prédécesseur Choi Yong-kun
Successeur Yang Hyong-sop
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Kangdong County (Corée japonaise)
Date de décès (à 87 ans)
Lieu de décès Séoul (Corée du Sud)
Nationalité Nord-Coréen
Parti politique Parti du travail de Corée
Diplômé de Université d'État de Moscou
Université Chūō

Hwang Jang-yop
Dirigeants nord-coréens

Hwang Jang-yop () est un homme d'État nord-coréen, président de l’Assemblée populaire suprême de 1972 à 1983[1]. Inspirateur de la doctrine du « Juche », il est le cadre le plus haut placé du régime nord-coréen à avoir fait défection. Il s'était réfugié à Séoul en 1997, lors d'une visite en Chine[2]. Depuis, menacé sur le site internet de Pyongyang, Uriminzokkiri, et placé sous protection de la police sud-coréenne, il avait échappé à plusieurs tentatives d'assassinat avant de mourir de mort naturelle à 87 ans.

BiographieModifier

Après sa défection vers la Corée du Sud, sa femme s’est suicidé et les enfants n’ont pas fait d’apparition publique[3].

Il a publié ses mémoires en 1999[3].

Les informations qu’il a livré aux services de renseignement n’ont pas été cruciales car en Corée du Nord il restait dans son domaine idéologique et académique, hors du cercle rapproché de Kim Il-sung et de Kim Jong-il.[3]

Il est mort d’une crise cardiaque le 10 octobre 2010[3].

DéfectionModifier

DéroulementModifier

Le mercredi 12 février 1997, lors d’une visite à Pékin, Hwang Jang-yop et Kim Duk-hong ont réclamé une protection à la Corée du Sud[3] ainsi qu’un sauf-conduit[3].

Techniquement la défection est arrivé sur le chemin du retour, Hwang et Kim étaient parti en visite à Tokyo, en transit à Pékin et ils devaient regagner Pyongyang par train mais ils allèrent en taxi au consulat de Corée du Sud au quartier diplomatique de Sanlitun[3]. L’organisation de leurs défection se fit par Lee Yon-gil (homme d’affaires de Corée du Sud) personnage connu grâce aux relations de Kim Duk-hong, le connaissant par une société de commerce qui avait une office à Pékin[3].

Hwang et son acolyte voulaient à l’origine faire défection à Tokyo, mais du fait d’un encadrement trop présent, ils ont reporté leur projet[3], Hwang pensait à faire défection depuis un an[3].

Pékin à ensuite expulsé les deux individus le 18 mars 1997 aux Philippines à Baguio, puis ils ont logés à la base militaire de Magsaysay (Manille). Ils sont arrivés à Séoul le 20 avril 1997[3].

Raisons de la défectionModifier

Hwang avait dévié de la ligne du régime en exprimant sa position à Moscou : ne pas vouloir de guerre pour la réunification.

Il se sentait attaqué par la propagande nord-coréenne, le Rodong Sinmun parlant des « opportunistes et les traitres qui prétendaient être loyaux » et le Kulloja par la plume de Kim Jong-il dénonça les « spécialistes en science sociale » qui ne comprenait pas vraiment la doctrine du juche[3].

Du point de vu de Hwang, qui refuse l’utilisation du mot défection, parle de demande de « passage » qui tenait à « un sentiment patriotique » au dessus de ses intérêts personnels[3].

Hwang à justifié son geste en exprimant sa volonté de participer à la réconciliation nationale[3].

RéactionsModifier

Dans un premier temps, Pyongyang a communiqué en indiquant que les deux individus avaient été « enlevés par l’ennemi » et a envoyé du personnel à Pékin (chargé de capturer ou d’assassiner les deux individus)[3].

Pékin a réagi en positionnant des blindés devant le consulat de Corée du Sud, Pékin n’a pas voulu renvoyer les deux individus en Corée du Nord, du fait des pressions internationales[3].

Kim Jong-il a réagi à cette affaire de manière détourné en déclarant « les lâches qui veulent partir n’ont qu’à s’en aller »[3]. La Corée du Nord présenta alors Hwang comme un « traître » et un « criminel »[3]

RéférencesModifier

  1. « Mort à Séoul du plus important transfuge nord-coréen », Radio France International
  2. « Corée du Sud: décès du plus important transfuge nord-coréen », Le Matin (Suisse)
  3. a b c d e f g h i j k l m n o p q et r Philippe Pons, Corée du Nord, un État-guérilla en mutation, Gallimard, coll. « La Suite des temps », , 720 p. (ISBN 9782070142491), page 394 à 398 - La défection de Hwang Jang Yop