Hizb el-Harak

parti politique tunisien
Hizb el-Harak
Description de cette image, également commentée ci-après
Logotype officiel.
Présentation
Fondation
Fusion de Congrès pour la République
Président Khaled Traouli
Légalisation

Représentation
Députés (2019)
0 / 217
Orientations
Idéologie Social-démocratie[1],[2]
Populisme de gauche[3]
Coalisé dans Tounes Okhra (depuis 2019)
Informations
Siège 41, rue Hédi-Chaker
1002 Tunis
Site web www.alirada.tn

Hizb el-Harak (Parti du mouvement), anciennement Mouvement Tunisie Volonté (arabe : حراك تونس الإرادة transcrit en Harak Tounes Al Irada) ou MTV[4], aussi connu sous le nom d'Al Irada, est un parti politique tunisien fondé le par l'ancien président de la République Moncef Marzouki. Ses membres sont essentiellement issus du Congrès pour la République.

HistoriqueModifier

 
Logo jusqu'en 2019.

Le parti est fondé le [5]. Le demande d'enregistrement du parti a lieu dès le 17 du même mois[6]. L'annonce de la création du parti est auparavant annoncée le [1].

En janvier 2016, Zoubeir Mouelhi quitte le comité exécutif et le parti[7].

Le , le CPR annonce sa fusion avec le Mouvement Tunisie Volonté[8]. Cependant, des dirigeants du CPR, dont Samir Ben Amor[9] et Abdelwahab Maatar[10], refusent la fusion[11].

Le procès opposant les deux factions du CPR sur le sort de la fusion est initialement fixé au [12]. Cependant, le , le tribunal de première instance de Tunis invalide le congrès extraordinaire ayant conduit à la fusion[13].

Par ailleurs, le , la Présidence du gouvernement refuse de légaliser le parti[14]. Le parti le justifie par des problèmes administratifs[15]. Cette légalisation intervient finalement le [16].

Le refus de la fusion est confirmé en appel le [17]. Le , le Congrès pour la République annonce que la justice confirme la décision de la fusion avec le Mouvement Tunisie Volonté, ce qui met fin à l'existence légale du parti[18].

Le , lors du congrès constitutif du parti, Moncef Marzouki, seul candidat en lice, est élu à la tête de celui-ci[19].

Le , 80 membres du parti, dont le secrétaire général Adnen Manser, quittent le parti[20].

Le , le parti prend le nom de Hizb el-Harak[21].

Comité politiqueModifier

Il est constitué de soixante membres[22] dont des députés de l'assemblée constituante de 2011 et de l'Assemblée des représentants du peuple.

PrésidentModifier

Président d'honneurModifier

Secrétaires générauxModifier

  • Adnen Manser (2015-2018)
  • Dorra Ismaïl (2018-2019)
  • Lamia Khemiri (depuis 2019)

Résultats électorauxModifier

Élections présidentiellesModifier

Année Candidat Voix % Résultat
2019 Moncef Marzouki 100 338 2,97 11e

Élections municipalesModifier

Année Voix Rang Conseillers % Maires %
2018 23 998 8e
84 / 7 212
1,33
1 / 350
1,19

Notes et référencesModifier

  1. a et b « Adnène Mansar : le Mouvement du peuple des citoyens se transformera en un parti politique », sur directinfo.webmanagercenter.com, (consulté le 22 décembre 2015)
  2. « Émanation du CPR, Tounes Al-Irada se réclame de la social-démocratie », sur gnet.tn, (consulté le 23 décembre 2015)
  3. Mohamed Kerrou, « Tunisie : la victoire de Kaïs Saïed, une percée électorale des populistes ? », sur lepoint.fr, (consulté le 20 octobre 2019)
  4. Haythem Belhassen Gabsi, « Une résurrection : la notion de trahison (première partie) », sur huffpostmaghreb.com, (consulté le 21 février 2016)
  5. « Le Harak Tounes Al Irada de Moncef Marzouki est né », sur espacemanager.com, (consulté le 20 décembre 2015)
  6. « Tunisie : Adnan Manser annonce la création du nouveau parti de Moncef Marzouki », sur huffpostmaghreb.com, (consulté le 20 décembre 2015)
  7. « 1re démission au Harak Tounès de Marzouki ! », sur kapitalis.com, (consulté le 6 février 2016)
  8. « Tunisie : le CPR fusionne avec le Mouvement « Tunisie Volonté » », sur leconomistemaghrebin.com, (consulté le 16 février 2016)
  9. « Samir Ben Amor : la fusion du CPR au sein du Mouvement Tunisie Volonté n'est pas encore décidée », sur shemsfm.net, (consulté le 20 février 2016)
  10. Raouf Ben Hédi, « Nouveau putsch au CPR, Moncef Marzouki poursuit sa supercherie », sur businessnews.com.tn, (consulté le 20 février 2016)
  11. « Le torchon brûle déjà entre le CPR et le Harak », sur kapitalis.com, (consulté le 20 février 2016)
  12. « Procès du CPR contre Al Irada », sur businessnews.com.tn, (consulté le 27 février 2016)
  13. « La justice désavoue Marzouki et annonce que la dissolution du CPR est illégale », sur businessnews.com.tn, (consulté le 4 mars 2016)
  14. « Al Irada de Moncef Marzouki n’obtient pas son visa », sur businessnews.com.tn, (consulté le 4 mars 2016)
  15. « Al Irada publie un communiqué et fait l'impasse sur ses déboires judiciaires », sur businessnews.com.tn, (consulté le 18 mars 2016)
  16. Seif Soudani, « Officialisation d’Al-Irada. Quel avenir pour le parti « anti corruption » ? », sur lecourrierdelatlas.com, (consulté le 3 mai 2016)
  17. « Refus de la dissolution du CPR et sa fusion avec Al Irada », sur businessnews.com.tn, (consulté le 21 juin 2016)
  18. « Imed Daimi : aucun obstacle juridique ne s'oppose désormais à la fusion entre le CPR et Al Irada », sur tap.info.tn, (consulté le 2 janvier 2017)
  19. « Tunisie : le parti de Moncef Marzouki déjà sur les rangs pour les municipales », sur rfi.fr, (consulté le 3 mai 2017)
  20. « Tunisie : démission collective au sein de Harak Tounes Al-Irada », sur directinfo.webmanagercenter.com, (consulté le 22 septembre 2018)
  21. « Tunisie : le parti politique de Moncef Marzouki change de nom », sur tunisienumerique.com, (consulté le 11 août 2019)
  22. (ar) « Liste des membres du comité politique du Mouvement Tunisie Volonté », sur assabahnews.tn,‎ (consulté le 7 février 2016)
  23. a b c et d Membre de l'Assemblée des représentants du peuple
  24. a b c d e f g h et i Ancien membre de l'assemblée constituante de 2011
  25. Ministre des Domaines de l'État dans les gouvernements Jebali et Larayedh
  26. Ministre de l'Environnement dans le gouvernement Jebali

Liens internesModifier

Lien externeModifier