Ouvrir le menu principal

Herboriste

professionnel des plantes médicinales et des préparations à base d'ingrédients naturels

Un herboriste est un professionnel qui, dans une officine, vend des plantes médicinales et des préparations à partir de plantes médicinales et ingrédients naturels utilisées comme médicaments. Il fabrique des produits à la demande ou commercialise ses préparations en tant qu'indépendant. Avec une connaissance approfondie dans divers domaines des thérapies naturelles, il peut agir comme consultant en santé et bien-être. Un herboriste pratique l'herboristerie (science pratique) mais étudie l'herbologie (science théorique).

HistoriqueModifier

Le métier d'herboriste a été reconnu pour la première fois en France en janvier 1312[1]. La corporation d'herboristes a été reconnue au XVe siècle.

Le diplôme d'herboriste a été délivré par la faculté de médecine à partir de 1778 et en 1927 a été fondée l'École nationale d'herboristerie de Paris.

En France, la formation et le diplôme ont été supprimés en 1941, pendant le régime de Vichy[2], et n’ont pas été rétablis depuis. Les derniers diplômes d'herboriste ont été délivrés le . La dernière herboriste diplômée, Marie Roubieu, décède en 2018 [3].

Selon la loi L659 du Code de la santé publique, l’exercice de l’herboristerie est réservé aux pharmaciens titulaires d’un diplôme de faculté et aux derniers diplômés d’herboristerie qui ont pu continuer à exercer mais leur nombre a diminué au cours du temps et les pharmaciens sont restés les seuls à avoir le droit de vendre les plantes ne figurant pas dans la liste des 193[4] plantes en vente libre et les préparations. Au XXIe siècle la loi L659 du Code de la santé publique est abrogée [5].

Un diplôme universitaire de phytothérapie réservé aux médecins, pharmaciens et vétérinaires est délivré par la faculté de médecine Paris XIII. La France est le seul pays européen à ne pas reconnaître le métier d'herboriste en dehors du parcours de pharmacie[3].

En Belgique existe en particulier l'École européenne d'herboristerie de Bruxelles [6]. Au XXIe siècle, plusieurs études sont proposées par des centres privés et par l'enseignement à distance[7],[8] menant à l'obtention du diplôme d'herboriste qui est reconnu par l'arrêté royal du 21 Décembre 1998 concernant la compétence pour les militants indépendants, la loi de finances du 10 Février 1998 à promouvoir l'esprit d'entreprise et l'arrêté royal du 21 Octobre 1998 afin de promouvoir l'esprit d'entreprise.

Au Canada il existe de nombreuses écoles délivrant un diplôme d'herboriste.

En France, depuis 1982, l’Association pour le renouveau de l’herboristerie[9] demande la reconnaissance de la profession d’herboriste en France et la création d’un diplôme européen de phytologue-herboriste[4].

Caractéristiques du métierModifier

Comme le pharmacien, l'herboriste peut tenir une officine, y vendre des plantes ainsi que des mélanges et des préparations à base de plantes et il inscrit la posologie.

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier