Henry Jermyn (1er comte de St Albans)

homme politique anglais, 1er comte de St Albans

Henry Jermyn, 1er comte de Saint Albans, KG ( (baptisé) - janvier 1684) est un homme politique et courtisan anglais. Il siège à la Chambre des communes à divers moments entre 1625 et 1643 lorsqu'il est élevé à la pairie en tant que baron Jermyn. Il est l'un des courtisans les plus influents de la période, concevant et promouvant constamment des plans pour impliquer des puissances étrangères dans la Restauration anglaise, avant et après l'exécution de Charles Ier.

Henry Jermyn
Image dans Infobox.
Fonctions
Membre du Parlement d'Angleterre
Membre du parlement d'Angleterre de 1626
Bodmin (d)
Membre du parlement d'Angleterre de 1628-1629
Liverpool (d)
Membre du parlement d'Angleterre de 1625
Bodmin (d)
Ambassadeur
Membre du parlement d'Angleterre d'avril 1640
Corfe Castle (d)
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 78 ans)
LondresVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Père
Mère
Catherine Killigrew (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Membre de
Court Parlement
1er Parlement de Charles Ier d'Angleterre (en)
2e Parlement du roi Charles Ier d'Angleterre (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conflit
Distinction

BiographieModifier

Il est le quatrième mais deuxième fils survivant de Sir Thomas Jermyn (mort en 1645) de Rushbrooke, Suffolk, vice-chambellan de Charles Ier, et de son épouse Catherine, fille de Sir William Killigrew de Hanworth, Middlesex (une sœur de Sir Robert Killigrew (en)). Il est baptisé à St Margaret's Lothbury, Londres le 25 mars 1605.

En 1625, il est élu député de Bodmin et réélu député en 1626. Il est député de Liverpool en 1628. Il gagne la faveur d'Henriette-Marie de France, reine consort de Charles Ier d'Angleterre dont il devient vice-chambellan en 1628, et maître du cheval en 1639.

En avril 1640, il est élu député de Corfe Castle au Parlement court avec son frère Thomas. Les frères sont tous deux élus députés de Bury St Edmunds au long Parlement en novembre 1640 et sont des royalistes actifs et ardents. Jermyn a pris une part importante dans le premier complot de l'armée de 1641 et, à sa découverte, s'est enfui en France. De retour au Royaume d'Angleterre en 1643, il reprend son assistance personnelle à la reine. Il est élevé à la pairie en tant que baron Jermyn de St Edmundsbury le 6 septembre, ostensiblement de sorte que, s'il tombait aux mains des parlementaires, il serait décapité et non pendu, tiré et écartelé. Il accompagne Henriette Marie en 1644 en France, où il continue à lui servir de secrétaire.

Toujours en 1643, Jermyn est nommé gouverneur de Jersey, d'où il conduit le prince de Galles à Paris. Lorsque Charles II se rend à Bréda, Jermyn reste à Paris avec Henriette Marie, qui persuade son fils de le créer comte de St Albans en 1660. Des ragots que l'historien Henry Hallam a acceptés comme authentiques, mais qui ne sont étayés par aucune preuve réelle, ont affirmé que Jermyn est secrètement marié à la veuve de Charles Ier. Il a en outre été dit qu'il est peut-être le vrai père d'au moins l'un de ses enfants, peut-être même de Charles II lui-même: par exemple, les National State Papers du 13 août 1660 contiennent un rapport du Capt. Francis Robinson de Nathaniel Angelo, un membre du clergé de Windsor, affirmant que «tous les enfants royaux étaient des salauds de Jermyn».

À la restauration, il devient Lord Chambellan et reçoit d'autres postes. Il soutient la politique d'amitié avec la France, et il contribue largement à l'entente secrète étroite entre Charles II et Louis XIV de France, organisant les préliminaires du traité de Douvres en 1669.

 
Plaque verte de la ville de Westminster pour Henry Jermyn, comte de St Albans (1605-1684), situé dans Duke of York Street, Londres SW1

Au début des années 1660, il obtient une concession de terrain à Londres au nord du Palais Saint James, construisant St James's Square et ses rues environnantes, y compris Jermyn Street, ainsi que le marché de St Albans, sur un site autorisé par la suite pour la construction de Regent Street et Waterloo Place. C'est un grand projet en soi, et de son inspiration a grandi tout le West End de Londres, à tel point que le Survey of London (volume 29) reconnaît Henry Jermyn comme le "père du West End".

Il est un ami et patron d'Abraham Cowley et de Sir William Davenant. Bien qu'accusé d'avoir des «mœurs dissolues», il n'est vraiment ni plus ni moins «moral» que la plupart des autres hommes de son temps. Il est passionné par le jeu, qui était un passe-temps très populaire à son époque.

Il est décédé à St James Square en janvier 1684. Comme il n'est pas marié, le comté s'est éteint à sa mort, tandis que la baronnie de Jermyn de St Edmundsbury est passée par un reste spécial, avec ses biens, à son neveu Thomas Jermyn (1633-1703), et après la mort de ce dernier au frère de Thomas Henry Jermyn (1er baron Dover).

RéférencesModifier