Henry Desbordes

entomologiste français
Henry Desbordes
Description de cette image, également commentée ci-après
Henry Desbordes en 1937
Naissance
Paris XIIe (France)
Décès (à 83 ans)
Civray (Vienne - 86) (France)
Nationalité Drapeau : France Française
Domaines Fonction publique. Entomologie (Histéridologue)
Institutions Armée (Capitaine d'Infanterie territoriale). Ministère des Travaux Publics.
Diplôme Entrée à l'Ecole Polytechnique.
Renommé pour La publication de 69 notes sur les Coléoptères Histeridae
Distinctions Ordre du Nichan Iftikhar Officier ribbon (Tunisia).svg Officier du Nichan Iftikhar
Officier de l'Ordre des Palmes académiques Officier de l'ordre des Palmes académiques
Chevalier de la Légion d'honneur Chevalier de la Légion d'honneur

Compléments

Correspondant du Muséum national d'histoire naturelle de Paris (1922). Président de la Société entomologique de France (1917).

Signature

Signature de Henry Desbordes

Henry Desbordes (1856-1940) est un entomologiste français, il consacra l'essentiel de son travail entomologique aux Histeridae, il fut donc un coléoptériste histéridologue important. Sa mort fut annoncée à la séance de la Société entomologique de France du , comme Victor Auzat, il tira sa révérence à l'aube de la Seconde Guerre mondiale le . Il faisait partie de la Société entomologique de France (SEF) depuis 1882. Il présida la SEF en 1917 puis s'occupa de la trésorerie.

BiographieModifier

René-Henry Blondet-Desbordes est né à Paris dans le 12e arrondissement le . Son père exerce alors la profession d'avocat au 23 de la rue Denfert-Rochereau. À l'époque Henry Desbordes commençait son aventure entomologique avec son ami Maurice Maindron (1857-1911) en chassant le gyrin, le cittobium du lierre et le carabe dans les fossés des fortifications de Montrouge. René-Henry partait aussi à la campagne au bord de la Charente dans une maison familiale. C'était une belle demeure bourgeoise que ses grands parents paternels possédaient à Civray (Vienne)[1]. Il eut une adolescence studieuse qui déboucha sur l'obtention du bac ès-Sciences (1872-1873) puis deux années de préparation en Mathématiques Spéciales et enfin admission aux premiers examens écrits de l'École Polytechnique. Il passe en même temps un premier examen de Droit avec succès. Il a 20 ans. Le , il s'engage pour un an au 31e régiment de ligne comme sous-officier puis lieutenant au 28e régiment d'infanterie du Mans et termine avec le grade de capitaine d'infanterie territoriale.

Libéré des obligations militaires, il va entrer au ministère des Travaux Publics. Le , il est nommé -Expéditionnaire de l'Administration centrale-. Ce début de carrière l'encourage à demander la main de sa cousine Louise qu'il va épouser le à Mouterre-sur-Blourde, arrondissement de Montmorillon (Vienne). Le couple aura un fils, René, en 1880. Le , un coup du destin leur fait perdre leur petit garçon âgé alors de deux ans et cinq mois. Ils n'auront pas d'autres enfants. La vie continue et René-Henry gravit les échelons de la fonction publique, le , il est nommé contrôleur des dépenses au ministère des Travaux publics. C'est au tour de Louise de quitter ce monde le après 19 ans de mariage. Henry Desbordes habite alors avec sa mère au 93 de la rue de Bac à Paris. Le , il est nommé chevalier de la Légion d'honneur[2]. Le , il se remarie à Crouy-sur-Ourcq avec Louise Beaufort. Mais le Henry Desbordes perd sa mère puis de nouveau sa femme quelque temps après. Son ami Maurice Maindron décède également le , Henry Desbordes rédige alors la notice nécrologique de son ami qui va constituer son baptême entomologique. Il publiera par la suite 69 notes sur la famille des Histeridae de 1911 à 1930. Il déménagera encore deux fois dans Paris puis se retirera définitivement à Civray dans sa maison familiale. Il décédera le dans sa quatre-vingt-quatrième année.

ŒuvreModifier

L'œuvre entomologique d'Henry Desbordes est considérable et lui a valu d'être nommé correspondant du Muséum le . Dans ses 69 notes, il décrivit 8 genres et 150 espèces d'Histeridae du monde.

Récompenses et distinctionsModifier

Quelques taxons décritsModifier

Huit genres sont décrits par Henry Desbordes:

  • Adelopygus Desbordes, 1917, 20: 187. Espèce type : Adelopygus decorsei Desb. conservé au MNHNP.
  • Apobletodes Desbordes, 1919, 30: 185. Espèce type: Apobletodes burgeoni Desb. conservé au MNHNP.
  • Asterister Desbordes, 1920, 36:95. Espèce type : Asterister nilgirianus Desb. conservé au BM et au MNHNP.
  • Hetaerister Desbordes, 1920, 37: 156. Espèce type: Hetaerister defectivus Desb. conservé au MNHNP (= Sphyracus Marseul, 1853)
  • Parepitoxus Desbordes, 1924, 51: 246. Espèce type: Parepitoxus lacustris Desb. conservé au MNHNP.
  • Spathochinus Desbordes, 1925, 60 : 162. Espèce type : Spathochinus termitophilus Desb. conservé au BM et au MNHNP.
  • Sternoglyphus Desbordes, (1915-1916), 11: 476. Espèce type: Sternoglyphus decorsei Desb. conservéé au MNHNP.
  • Thoraxister Desbordes, 1922, 45: 237. Espèce type: Gnathoncus severini Lewis, 1894.

Sous-genre:

  • Neohister Desbordes, 1928, 64: 52. Espèce type: hister (Neohister) Wittei desb. déposé au MRAC. Élevé au niveau générique par S. Mazur (1984).

Les espèces décrites s'élèvent à 150 et une variété. La liste exhaustive est donnée dans Yves Gomy, 1998[3].

  • MNHNP Museum national d'Histoire naturelle de Paris. France.
  • BM British Museum Londres. Grande-Bretagne
  • MRAC Musée Royal d'Afrique Centrale (Tervuren) Belgique.

BibliographieModifier

  • Robert Constantin, 1992.- Mémorial des Coléoptéristes français. Suppléments au no 14 du Bulletin de liaison de l'ACOREP (92 p. 6 planches).
  • Michel Demézil, 2018.- Henry Blondet-Desbordes (1856-1940). Les amis du pays civraisien, no 195: 18-27.
  • Yves Gomy, 1987. - Albert de Cooman (1880-1967) ou le double apostolat. Nouvelle Revue d'Entomologie, (N.S), 4 (2): 181-194.
  • Yves Gomy, 1987.- Jean Thérond (1899-1987) ou la fin d'une ambassade. Nouvelle Revue d'Entomologie., (N.S), 4(3) : 265-280.
  • Yves Gomy, 1995.- Victor Auzat (1865-1939) ou l'Œuvre inachevée... Nouvelle Revue d'Entomologie (N.S), 12 (1) : 3-15.
  • Yves Gomy, 1998.- Henry Desbordes (1856-1940) ou la dignité des convenances. Nouvelle Revue d'Entomologie (N.S), 15(2): 105- 123.
  • Jean Gouillard, 1991.- Histoires des Entomologistes français. Cahier d'histoire et de philosophie des sciences (N.S), no 35, 222 p.
  • S. A. Johnson & al. 1991. - Mazur's World catalogue of Histeridae: emendations, replacement names for homonyms and an index. Bulletin entomologique de Pologne, 54, 61(2) : 1-100.
  • Jean Lhoste, 1987.- Les Entomologistes français (1750-1950). INRA, 355p.
  • Slawomir Mazur, 1984.- A world catalogue of Histeridae. Bulletin entomologique de Pologne. 54 (3-4): 1-379.
  • Slawomir Mazur, 1990.- Notes on Oriental and Australian Histeridae (Coleoptera). Bulletin entomologique de Pologne, 59: 743-759.
  • Slawomir Mazur, 1997.- A world catalogue of the Histeridae (Coleoptera : Histeroidea). - Genus, International Journal of Invertebrate Taxonomy (Supplement), Wroclaw, Poland: 373 p.

Articles connexesModifier

RéférencesModifier

  1. Michel Demézil, 2018.- Henry Blondet-Desbordes (1856-1940). Les amis du pays civraisien, no 195: 18-27.
  2. Base Léonore, dossier no 19800035/0242/32158
  3. Yves Gomy, 1998.- Henry Desbordes (1856-1940) ou la dignité des convenances. Nouvelle Revue d'Entomologie (N.S), 15(2): 105- 123.

Desbordes est l’abréviation habituelle de Henry Desbordes en zoologie.
Consulter la liste des abréviations d'auteur en zoologie