Ouvrir le menu principal

Harry Nyquist

physicien américain
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nyquist.
Harry Nyquist
Naissance
Stora Kil, Nilsby, Värmland, Suède
Décès (à 87 ans)
Harlingen (Texas), États-Unis d'Amérique
Nationalité Américaine
Pays de résidence États-Unis d'Amérique
Profession
Ingénieur en électronique
Distinctions
Médaille d'honneur de l'IEEE (1960)
Médaille Stuart Ballantine (1960)
Médaille Rufus Oldenburger (1975)
Mémorial Nyquist à l'Université du Dakota du Nord.

Harry Nyquist (pron. [nʏ:kvɪst], pas [naɪkwɪst]) ( - ) a été un important contributeur à la théorie de l'information et à l'automatique.

BiographieModifier

Il est né dans le hameau de Nilsby (Värmland) en Suède. Il émigra vers les États-Unis en 1907 et entra à l'université du Dakota du Nord en 1912. Cinq ans plus tard, il fut reçu comme docteur en physique à l'université Yale. Après avoir travaillé de 1917 à 1934 chez AT&T, il partit pour les laboratoires Bell.

Aux Bell Labs, il fit des recherches sur le bruit thermique appelé également «bruit de Johnson-Nyquist» et sur la stabilité des amplificateurs bouclés (voir Diagramme de Nyquist).

Ses travaux théoriques sur la détermination de la bande passante nécessaire à la transmission d'information, publiés dans l'article Certain factors affecting telegraph speed[1] posent les bases pour les recherches de Claude Shannon qui amèneront la théorie de l'information.

En 1927, Nyquist détermine qu'un signal analogique doit être échantillonné à au moins deux fois la plus haute fréquence le constituant si l'on veut le convertir en un signal numérique correspondant. Ce résultat, connu sous le nom de théorème d'échantillonnage de Nyquist-Shannon, a été publié dans l'article Certain topics in Telegraph Transmission Theory (1928).

Il prit sa retraite en 1954 et mourut à Harlingen au Texas.

Source principaleModifier

  • (en) Biographie sur le site IEEE Global History Network

Articles connexesModifier

Notes et référencesModifier

Liens externesModifier