Ouvrir le menu principal
Haras de Tersk
Localisation
Adresse

Le Haras de Tersk est un haras russe créé en 1921 sur les terres du Comte Sergueï Alexandrovitch Stroganov, sur ordre du Maréchal Semion Boudienny. Ce haras est destiné à restaurer la population de chevaux russes, qui a subi de lourdes pertes pendant la Révolution russe.

Sommaire

HistoireModifier

Dans les années 1880, le Comte Sergueï Alexandrovitch Stroganov et son beau-frère le Prince Aleksandr Grigorievich Shcherbatov découvrent un lieu au pied du mont Zmeika (« petit serpent », en russe) dans le Caucase du Nord, qu'ils estiment idéal pour l'établissement d'un haras[1],[2]. Tous deux voyagent au Moyen-Orient en 1889, et procèdent à l'achat de plusieurs chevaux arabes destinés à se reproduire dans le cadre de leur nouveau programme d'élevage[3]

La population de chevaux russe a subi de lourdes pertes pendant la Révolution russe, rendant nécessaire une restauration du cheptel. Dans ce but, le haras de Tersk est officiellement établi par le Maréchal Semion Boudienny[4] sur les terres du comte Stroganov, le [5].

En 1936, les officiels du haras de Tersk visitent le Crabbet Arabian Stud, en Angleterre, afin d'acquérir des chevaux arabes de qualité, dont Naseem, l'un des meilleurs fils du fameux Skowronek[6]. Stroganov achète également des les juments Makbula et Sobha, et l'étalon Mesaoud, qui venait du haras de Crabbet par celui de Kleniewski, dans l'actuelle Pologne[7].

En 1989, Tersk est considéré comme l'un des deux meilleurs haras de l'URSS, avec celui de Khrenov[8].

Races sélectionnéesModifier

 
Étalon de race Tersk.

Le haras de Tersk est connu pour être à l'origine de la race de chevaux du même nom, issue du reste du cheptel de la race Strelets, amené dans ce haras en 1925[9]. D'après les autorités russes, les lignées de chevaux arabes présentes à Tersk sont des Koheilan et des Siglavy, mais en dehors de la Russie, ces chevaux sont simplement nommés les « chevaux de Tersk »[10].

Dans les années 1950, le cheval d'Azerbaïdjan a été croisé avec des étalons de Tersk[11].

RéférencesModifier

  1. (en) Miroslav Marek, « Stroganov family genealogy », Genealogy.EU.
  2. (en) « Count Stroganov & Prince Sherbatov », Troika, Your gateway to Russian horses.
  3. (en) « Arabian Horse - Bloodlines, Russian Horses », Arabian Horse Association.
  4. Porter et al. 2016, p. 507.
  5. (en) Stud Managers' Handbook, vol. 12, Westview Press, , p. 47.
  6. (en) Elwyn Hartley Edwards, The Horse Encyclopedia, Dorling Kindersley Ltd, , 360 p. (ISBN 0241281423 et 9780241281420), p. 107.
  7. (en) Barbara S. Lewis, « Egyptian Arabians - The Mystique Unfolded », Arabians International.
  8. Kosharov, Pern et Rozhdestvenskaya 1989, p. 261.
  9. Hendricks 2007, p. 415.
  10. Kosharov, Pern et Rozhdestvenskaya 1989, p. 260.
  11. Kosharov, Pern et Rozhdestvenskaya 1989, p. 263.

AnnexesModifier

Article connexeModifier

BibliographieModifier

  • [Hendricks 2007] (en) Bonnie Lou Hendricks, International Encyclopedia of Horse Breeds, Norman, University of Oklahoma Press, , 2e éd., 486  p. (ISBN 0-8061-3884-X, OCLC 154690199), « Tersk ».   
  • [Kosharov, Pern et Rozhdestvenskaya 1989] (en) A. N. Kosharov, E. M. Pern et G. A. Rozhdestvenskaya, « Horses », dans Animal Genetic Resources of the USSR. Animal Production and Health Paper Publ., Rome, FAO, , 517 p. (lire en ligne)  
  • [Porter et al. 2016] (en) Valerie Porter, Lawrence Alderson, Stephen J.G. Hall et Dan Phillip Sponenberg, Mason's World Encyclopedia of Livestock Breeds and Breeding, CAB International, , 6e éd., 1 107  p. (ISBN 1-84593-466-0, OCLC 948839453)