Hadza (langue)

langue khoïsan parlée en Tanzanie

Hadza
Hazane
Pays Tanzanie
Région Région de Singida, au sud-est du lac Eyasi; région de Manyara, districts de Iramba et Mbulu; région de Shinyanga, district de Masawa
Nombre de locuteurs 1 000
Nom des locuteurs Hazabee
Classification par famille
langue isolée
Codes de langue
ISO 639-3 hts
Glottolog hadz1240
Carte
Image illustrative de l’article Hadza (langue)
Aire de distribution du Hadza (gris foncé) en Tanzanie

Le hadza est une langue tanzanienne actuellement parlée par 1 000 Hadzas, sur une population ethnique totale de 1 200 personnes[1]. Elle est aussi appelée hadzabi (« les hommes hadzas »), hadzapi (« ils sont des hadzas »), hatsa (orthographe allemande), kangeju (aussi orthographe allemande), kindiga (nom isanzou), tindiga, watindiga (nom souahéli des gens). Elle est rapprochée par certains linguistes (notamment Joseph Greenberg) du groupe des langues khoïsan, en raison de la présence de consonnes particulières dénommées clics, mais ce groupe est aujourd'hui considéré comme essentiellement typologique, sans impliquer une origine commune. Sur ce plan, le hadza constitue un isolat[2].

PrononciationModifier

Le hadza comporte des clics en milieu de morphème, ce qui se trouve aussi en sandawe et dans les langues nguni, mais pas dans les langues khoïsan d'Afrique du Sud. Certains de ces mots sont historiquement dérivés de clics en position initiale : plusieurs reflètent un redoublement lexicalisé, par exemple, et certains sont dus à des préfixes ; mais d'autres cas ne sont pas clairs.

Comme en sandawe, la plupart des clics médiaux sont glottalisés, mais pas tous : puche « mauvaise humeur », tanche « viser », tacce « ceinture », minca « se lécher les lèvres », laqo « faire trébucher », keqhe-na « doucement », penqhenqhe ~ peqeqhe « se hâter », haqqa-ko « pierre », shenqe « regarder », exekeke « écouter », naxhi « être bondé », khaxxe « sauter », binxo « porter des proies sous la ceinture ».

TonModifier

On ne sait pas si le hadza possède des tons. Il se peut qu'il ait un système d'accent de hauteur. Il n'y a pas de paire minimale lexicale pour le ton.

VoyellesModifier

Il y a cinq voyelles en hadza, [i e a o u]. Des voyelles longues peuvent se former par l'élision un [ɦ] intervocalique. Par exemple, [kʰaɦa] ou [kʰaː], grimper. Les voyelles nasales, bien que rares, ne se trouvent pas avant des consonnes prénasalisées. Toutes les voyelles sont nasalisées avant un clic glottal nasalisé.

ConsonnesModifier

Les consonnes dans les cellules grisées n'apparaissent que dans les mots étrangers.
Labiale Dentale Alvéolaire Post-alvéolaire Palatale Vélaire Glottale
Centrale Latérale Centrale Latérale Centrale Latérale Simple Labio-vélaire
Clic Aspiré /ᵏǀʰ/ ch /ᵏǃʰ/ qh /ᵏǁʰ/ xh
Non aspiré /ᵏǀ/ c /ᵏǃ/ q /ᵏǁ/ x
Nasalisé (/ᵑʘʷ
~ ᵑʘˀ/

mcw)1
/ᵑǀ/ nc /ᵑǃ/ nq /ᵑǁ/ nx
Glottalisé nasalisé1 /ᵑǀˀ/ cc /ᵑǃˀ/ qq /ᵑǁˀ/ xx
Occlusive Aspirée /pʰ/ ph /tʰ/ th /kʰ/ kh /kʷʰ/ khw
Sourde /p/ p /t/ t /k/ k /kʷ/ kw /ʔ/
Sonore /b/ b /d/ d /ɡ/ g /ɡʷ/ gw
Éjective (/pʼ/ bb)2
Prénasalisée aspirée /mpʰ/ mp /ntʰ/ nt /ŋkʰ/ nk
Prénasalisée sonore /mb/ mb /nd/ nd /ŋɡ/ ng /ŋɡʷ/ ngw
Affriquée Aspirée /t͜sʰ/ tsh /t͜ʃʰ/ tch /c͜ʎ̝̥ʰ/ tlh3
Sourde /t͜s/ ts /t͜ʃ/ tc /cʎ̝̥/ tl3
Sonore /d͜z/ z /d͜ʒ/ j
Éjective /t͜sʼ/ zz /t͜ʃʼ/ jj /cʎ̝̥ʼ/ dl3 /k͜xʼ/ gg4 /k͜xʷʼ/ ggw
Prénasalisée aspirée /nt͜sʰ/ nts
Prénasalisée sonore /nd͜z/ nz /ɲd͜ʒ/ nj
Fricative /fʷ/ f /s/ s /ɬ/ sl /ʃ/ sh (/x/ hh)6
Nasale /m/ m /n/ n /ɲ/ ny /ŋ/ ng’ /ŋʷ/ ng’w
Spirante /ɾ ~ l/ l5 /j/ y /w/ w /ɦ/ h7
  1. La nasalisation du clic nasal glottalisé se manifeste sur les voyelles précédentes, mais pas pendant le clic lui-même. Le clic labial [ᵑʘˀ] (ou [ᵑʘʷ]) se trouve dans un seul mot idéophone où il alterne avec [ᵑǀ].
  2. L'éjective labiale /pʼ/ ne se trouve que dans quelques mots.
  3. La palatale affriquée peut se prononcer avec un début alvéolaire (/t͜ʃ/ etc.), mais ce n'est pas obligatoire.
  4. La vélaire éjective /k͜xʼ/ varie entre une occlusive [kʼ], une affriquée centrale [k͜xʼ], une affriquée latérale [k͜ʟʼ], et une fricative [xʼ]. Les autres éjectives affriquées peuvent aussi être comme des éjectives fricatives.
  5. Les latérales spirantes /l/ peuvent aussi se prononcer en consonne battue [ɾ] entre voyelles et quelquefois ailleurs, surtout en rythme rapide.
  6. La fricative vélaires sourde [x] n'est connue que dans un seul mot, où elle alterne avec /kʰ/.
  7. /ɦ/ apparaît en variation allophonique au début des mots à initiale vocalique.
  8. Les consonnes pré-nasalisées, comme les consonnes sonoreset les consonnes nasales /ɲ ŋ ŋʷ d ɡ ɡʷ dz dʒ/ (sur fond gris) semblent être empruntés à d'autres langues[3].

Notes et référencesModifier

  1. Recensement de 2017. (en) Fiche langue[hts]dans la base de données linguistique Ethnologue.
  2. Elderkin 2013.
  3. Elderkin 1978.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • (en) Edward Elderkin, Loans in Hadza: internal evidence from consonants, University of Dar es Salaam, coll. « Occasional Papers » (no 3), , 33 p.
  • (en) E. D. Elderkin, « On the Classification of Hadza », Sprache und Geschichte in Afrika (Sugia), vol. 4,‎ , p. 67-82
  • (en) Edward D. Elderkin, The Khoesan languages, London ; New York, Routledge, coll. « Routledge language family series », , 508 p. (ISBN 978-0-7007-1289-2, OCLC 248488820, BNF 43580484, LCCN 2012016016, SUDOC 169023079, présentation en ligne), p. 90-92.
  • (en) Kirk Miller, « Hadza Grammar Notes », dans 3rd International Symposium on Khoisan Languages and Linguistics, Riezlern, 2008, (lire en ligne)
  • (en) Kirk Miller, Highlights of Hadza fieldwork, San Francisco, LSA,
  • (en) Bonny E. Sands, « The Linguistic Relationship between Hadza and Khoisan », dans Matthias Schladt, Language, Identity, and Conceptualization among the Khoisan, Köln, Rüdiger Köppe, , 265–283 p.
  • (en) Bonny Sands, Ian Maddieson et Peter Ladefoged, « The Phonetic Structures of Hadza », UCLA Working Papers in Phonetics, no 84,‎
  • (en) A.N. Tucker, M.A. Bryan et James Woodburn, « The East African Click Languages: A Phonetic Comparison », dans J. G. Moehlig, Franz Rottland et Bernd Heine, Zur Sprachgeschichte und Ethnohistorie in Afrika, Berlin, Dietrich Diener Verlag,

Articles connexesModifier

Liens externesModifier