Monuments bouddhiques de la région d'Horyu-ji *
Logo du patrimoine mondial Patrimoine mondial de l'UNESCO
Shichidō garan
Shichidō garan
Coordonnées 34° 37′ 00″ nord, 135° 44′ 00″ est
Pays Drapeau du Japon Japon
Subdivision Ikaruga, préfecture de Nara
Type Culturel
Critères (i) (ii) (iv) (vi)
Numéro
d’identification
660
Zone géographique Asie et Pacifique **
Année d’inscription 1993 (17e session)
Plan du temple (voir galerie ci-dessous)
Plan du temple (voir galerie ci-dessous)

Géolocalisation sur la carte : Japon

(Voir situation sur carte : Japon)
Monuments bouddhiques de la région d'Horyu-ji

Géolocalisation sur la carte : préfecture de Nara

(Voir situation sur carte : préfecture de Nara)
Monuments bouddhiques de la région d'Horyu-ji
* Descriptif officiel UNESCO
** Classification géographique UNESCO

Le Hōryū-ji (法隆寺?) est un temple bouddhique situé à Ikaruga, bourg de la préfecture de Nara au Japon.

Les bâtiments les plus anciens (le kondō, la pagode à cinq étages et la porte centrale) datent de la période Asuka (milieu du VIe siècle - 710) et sont considérés comme les plus anciennes constructions en bois du monde.

Sommaire

Histoire du templeModifier

 
Le kondō et la pagode à 5 étages

D'après les textes anciens, l'empereur Yōmei, en proie à la maladie, fit le vœu de bâtir un temple et d'y installer une statue de Bouddha afin d'obtenir la guérison. Il mourut peu après, mais l'impératrice et le prince héritier Shōtoku firent construire en 607 un temple nommé temple Ikagura (d'après le nom du lieu) ou Hōryū-ji (littéralement « Temple de la Loi Florissante »), conformément aux volontés de l'empereur[1]. Les premiers bâtiments formant le temple ont été construits par des artisans venus du royaume coréen de Baekje. Ils sont alignés suivant un axe nord-sud selon une tradition continentale[2].

Même si un important incendie a peut-être détruit l'ensemble des bâtiments en 670[1], le temple peut s'enorgueillir de quatorze siècles d'observance continue de la tradition.

Le , des peintures murales, exemplaires de l'iconographie bouddhique japonaise et datant de la fin du VIIe siècle, prennent feu dans le bâtiment principal du temple, une œuvre architecturale classée trésor national depuis 1897[3],[4]. L'émoi suscité dans tout le pays, et même au-delà, par cette perte incite le législateur japonais à agir[5],[3]. Le , le ministère de l'Éducation promulgue par ordonnance une loi sur la protection des biens culturels[6],[7].

Le temple est devenu en 1993 le premier site japonais inscrit sur la liste du patrimoine mondial[1].

Objets d'artModifier

Le temple contient un grand nombre d'objets de grande valeur, des fresques, statues et autre objets d'art, qui révèlent des influences chinoises, coréennes et indiennes. L'un des trésors les plus importants est une triade de Shaka (le Bouddha historique) flanqué de deux serviteurs.

Patrimoine de l'UNESCOModifier

L'ensemble de bâtiments de Hōryū-ji et de Hokki-ji à Ikaruga a été inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco en 1993 avec le paysage environnant en vertu de plusieurs critères. Les bâtiments inscrits sont quelques-uns des plus anciens bâtiments en bois encore existants au monde et datent des VIIe et VIIIe siècles. Nombre de ces monuments sont aussi trésors nationaux du Japon et reflètent une période importante de l'influence bouddhiste au Japon. L'ensemble comprend vingt-et-un bâtiments dans le temple est de Hōryū-ji, neuf dans le temple ouest, dix-sept monastères et autres bâtiments et la pagode de Hokki-ji[8].

Liste des sitesModifier

Nom Type Emplacement Image
Hōryū-ji (法隆寺, Hōryū-ji?) bâtiments Temple nahaIkaruga-chō, Ikoma-gun, Nara-ken  
Hokki-ji (法起寺, Hokki-ji?) pagode Temple Ikaruga-chō, Ikoma-gun, Nara-ken  

Galerie d'imagesModifier

Notes et référencesModifier

  1. a, b et c Hōryū-ji, « Hōryūji : bref historique », sur www.horyuji.or.jp,‎ (consulté le 16 octobre 2016).
  2. Martin 1993, p. 146.
  3. a et b (en) Murray Jones, « The Burned Murals of Hōryū-ji : A Transformation of the Gods » [« L'incendie des peintures murales du temple Hōryū : une transformation divine »], Art Journal, New York, College Art Association, vol. 25, no 3,‎ , p. 238 (ISSN 0004-3249, DOI 10.2307/774980, résumé, lire en ligne).
  4. (ja) Agence pour les Affaires culturelles, « 法隆寺金堂 » [« Kon-dō du temple Hōryū »], sur Cultural Heritage Online (consulté le 2 octobre 2016).
  5. Marc Bourdier, « Le mythe et l'industrie ou la protection du patrimoine culturel au Japon », dans Robert Salais, Dominique Poulot], Peter Schöttler, Gérard Noiriel, Jean-Louis Fabiani, Marc Bourdier et al., Genèses : patrie, patrimoine, vol. 11, t. 1 (revue), Paris, Calmann-Lévy, , 174 p. (OCLC 754358038, DOI 10.3406/genes.1993.1172, lire en ligne [PDF]), p. 95.
  6. Organisation mondiale de la propriété intellectuelle, « Japon : Loi sur la protection des biens culturels (loi no 214 du , modifiée en dernier lieu par la Loi no 7 du ) », sur www.wipo.int (consulté le 16 octobre 2016).
  7. Jean-Pierre Mohen, Les sciences du patrimoine : identifier, conserver, restaurer, Éditions Odile Jacob, coll. « Sciences et art », (1re éd. 1998), 374 p. (ISBN 9782738106605, OCLC 935624207), p. 302-303.
  8. ICOMOS, « Advisory Body Evaluation »,‎ (consulté le 3 août 2009)

À voir aussiModifier

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

  • (en) John H. Martin et Phyllis G. Martin, Nara : A Cultural Guide to Japan's Ancient Capital [« Nara : un guide culturel sur l'ancienne capitale »], Rutland, Tuttle Publishing, , 184 p. (ISBN 9780804819145 et 0804819149, OCLC 30370751).

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Source de la traductionModifier