Hôtel de Vogüé (Paris)

L’hôtel de Vogüé est un hôtel particulier d'une superficie de 3 374 m2 implanté dans le 7e arrondissement de Paris, construit au XIXe siècle en style Belle Époque. Il est situé au 18, rue de Martignac sur le côté de la basilique Sainte-Clotilde.

Hôtel de Vogüé
Hôtel de Vogüé .jpg
Façade de l’hôtel de Vogüé.
Présentation
Type
Destination initiale
hôtel particulier d’Arthur de Vogüé
Architecte
Construction
Surface
3374 m²
Localisation
Pays
Région
Commune
Coordonnées
Localisation sur la carte de Paris
voir sur la carte de Paris
Red pog.svg

HistoireModifier

ConstructionModifier

Le comte Laurent-Charles-Arthur de Vogüé acheta, en 1878, une parcelle de 980 m2 bordant la rue de Martignac. Cet homme de goût, qui était également un artiste, s’adressa à Ernest Sanson et lui demanda de construire une demeure sur le terrain. Sanson présentera ses dessins au printemps 1882. Les premiers travaux furent effectués au début du mois de et le gros œuvre réalisé l’année suivante.

OccupantsModifier

En 1891, l’ancien hôtel d’Arthur de Vogüé devient la propriété du comte Pierre-Joseph-Augustin de Montaigu qui épousa Marie-Louis-Caroline de Wendel. Celle-ci en fit dotation à l’État en 1928. Il accueillit dès lors le secrétariat du ministère de la Guerre. À compter de 1946, l’hôtel particulier est le siège du Commissariat général du Plan[1], qui deviendra par la suite le Centre d’analyse stratégique, puis le Commissariat général à la stratégie et à la prospective. En 2018, l’Hôtel de Vogüé est mis en vente[2].

ArchitectureModifier

Architecture extérieureModifier

Fruit de la rencontre entre un amateur avisé et un architecte expérimenté, cet édifice illustre l’architecture de la deuxième moitié du XIXe siècle. La revue L’Architecture en publie les plans en 1890. Ernest Sanson qui avait dirigé le vaste chantier du château de Chaumont-sur-Loire pour le prince de Broglie et dressé le bel hôtel d’Arenberg à Paris, trouve ici l’occasion d’affirmer son style. Les plans agencent de chaque côté d’une cour d’honneur un corps de bâtiment dans la tradition classique et à l’opposé des écuries tracées selon un dessin incurvé. La façade d’entrée est percée de hautes fenêtres au premier étage et décorée de refends, de mascarons et d’un grand fronton brisé.

Cet édifice est l’un des monuments types représentants de l’architecture Belle Époque.

Architecture intérieureModifier

La qualité du bâtiment confirma la réputation de l’architecte, d’autant que l’aménagement intérieur bénéficie également de toute son attention. Sanson s’inspira des lambris des hôtels d’Argenson et de Soubise pour aménager d’autres espaces de cette demeure afin de créer des ensembles harmonieux. L’architecte retient l’escalier du Grand Séminaire d’Orléans, érigé sous Louis XV, comme modèle pour réaliser le grand escalier.


Notes et référencesModifier

  1. Le Plan Monnet: genèse et élaboration, 1941-1947, Philippe Mioche, Publications de la Sorbonne, 1987 - p. 19.
  2. « Cessions immobilières de l’État, Hôtel particulier », sur www.economie.gouv.fr (consulté le 25 mars 2018)

Lien externeModifier

Sur les autres projets Wikimedia :