Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Laval.
Guy Laval
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonction
Directeur de recherche au CNRS
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (83 ans)
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Membre de
Distinction

Guy Laval, né le à Boulogne-sur-mer (Pas de Calais), est un physicien français, professeur à l'École polytechnique, membre de l'Académie des sciences.

Il est ancien élève de l'École polytechnique (X1956), membre du Corps des Ponts et docteur ès sciences physiques.

Sommaire

Formation et carrièreModifier

Après l'école polytechnique (1956-1958), il entre à l'école nationale des ponts et chaussées (1959-1961), puis il est mis à disposition du CEA (1962-1971), et devient maître de conférence à l’école polytechnique (1970-1982). Il a été tutulaire d'un contrat de cinq ans à l’Institute for Advanced Studies, Princeton (USA) (1976-1978), détaché au CNRS comme maitre de recherche (1971-1983), directeur de recherche CNRS (1983-2003), puis directeur du Centre de physique théorique de l’école polytechnique (1985-1995) et enfin professeur à l’école polytechnique (1983-1992)

Travaux scientifiquesModifier

Les travaux scientifiques de Guy Laval concernent la physique des plasmas et ses applications. D’abord, il démontre le caractère nécessaire des principes d’énergie hydromagnétiques pour la stabilité[1], et trouve que la forme de la section d’un pinch cylindrique influe fortement sur sa stabilité[2]. Puis, à partir des équations de Vlasov-Boltzmann, il démontre l’instabilité d’un pinch plan de Harris. Il rapproche ces résultats des connaissances de l’époque sur l’interaction de la magnétosphère terrestre avec le vent solaire. Il utilise alors des formulations intermédiaires des équations d’évolution du plasma pour calculer la reconnection  magnétique dans les tokamaks, en particulier pour le mode m=1[3].

Puis il évalue les effets des couplages d’ondes pendant l’évolution quasi-linéaire d’une instabilité faisceau plasma dans le cas unidimensionnel[4],[5]. Il montre qu’une turbulence ou une onde de pompe imparfaite peut avoir un effet stabilisant pour une instabilité paramétrique mais peut aussi rétablir une instabilité paramétrique supprimée par l’inhomogénéïté du plasma[6]. Il montre qu’un déplacement non-linéaire de la fréquence d’une onde fille peut rendre l’interaction chaotique, limitant alors la réflectivité du plasma[7]. Il montre que les instabilités paramétriques sont fortement modifiées si l’amplitude de l’onde laser atteint le domaine relativiste et que les électrons relativistes générés sont émis avec une dispersion angulaire qui peut être problématique pour l’ignition rapide des cibles[8].

Enfin, dans le fonctionnement les propulseurs spatiaux à effet Hall, il a mis en évidence une instabilité qui explique la conductivité électronique anormale assurant la neutralisation du faisceau d’ions[9].

Fonctions et Distinction [10]Modifier

OuvragesModifier

  • .Christian Labrousse et Jean-Pierre Poirier, La science en France : dictionnaire biographique des scientifiques français de l'an mille à nos jours, Paris, Jean-Cyrille Godefroy, , 1494 p. (ISBN 978-2-86553-293-3), entrée « Laval, Guy », pp. 844-845
  • L’Énergie Bleue : une histoire de la fusion nucléaire. Odile Jacob (2007)
  • Incertitudes sur le climat, avec K.Laval, Belin, (2013)
  • Coordinateur du Rapport sur la recherche et la technologie, N°26 : La fusion nucléaire : de la recherche fondamentale à la production d’énergie ?

Notes et référencesModifier

  1. G. Laval, et al., « On the necessity of the energy principles for stability », Nucl. Fusion,‎ 1965, 5, p. 156
  2. G. Laval, et al., « Hydromagnetic stability of a current-carrying pinch with non circular cross-sections », Phys. Fluids,‎ 1974, 17, p. 835
  3. G.Ara, et al., « Magnetic reconnection and m=1 oscillations in current carrying plasmas », Ann. of Physics,‎ 1978, 112, p. 2
  4. G. Laval, .et al., « Absolute parametric excitation by an imperfect pump or by turbulence in an inhomogeneous plasma », Phys. Rev. Lett.,‎ 1976, 36, p. 192
  5. G. Laval, et al., « Reconsideration of quasilinear theory », Phys. Rev. Lett.,‎ 1979, 43, p. 1671-1675
  6. M. Casanova, et al., « Self-generated loss of coherency in Brillouin scattering and reduction of reflectivity », Phys. Rev. Lett.,‎ 1985, 54, p. 2230
  7. S. Guerin, et al., « Modulational and Raman instabilites in the relativistic regime », Phys. Plasmas,‎ 1995, 2, p. 2807
  8. J.C. Adam ., et al., « Study of stationary plasma thrusters using two-dimensional fully kinetic simulations », Physics of Plasmas,‎ 2004. 11(1), p. 295-305
  9. J.C. Adam, et al., « Dispersion and transport of energetic particles due to the interaction of intense laser pulses with overdense plasmas », Phys. Rev. Lett.,‎ 2006, 97, p. 205006
  10. « CV »
  11. « Académie des sciences »

Liens externesModifier