Guide des archives départementales

Un guide des archives départementales est un livre publié en France dans la seconde moitié du XXe siècle par un service d'archives départementales d'un département français pour présenter ce service au public, principalement les fonds d'archives dont il a la responsabilité. Il s'intitule par exemple « Guide des archives départementales de l'Ain » ou « Guide des archives du Tarn ».

Quelques guides de la salle de lecture des archives départementales d'Ille-et-Vilaine.

Comme son nom l'indique, chaque guide est conçu comme premier outil d'orientation du lecteur qui n'est pas familier du service, souvent avant même qu'il s'y rende ou s'adresse à lui : le personnel en communication avec le public prendra plus aisément le relais dans cette orientation si le lecteur a une connaissance minimale des conditions et possibilités du service.

Bien que destiné à un public indifférencié, il reste un ouvrage spécialisé proche des publications officielles, ce qui conduit à des tirages limités sans appel à une maison d'édition. En principe, il fait partie du fonds des centres de documentation du secteur et chaque service possède les guides des autres départements. Tant que l'édition n'est pas épuisée, il présente son propre guide à l'achat avec d'autres instruments de recherche imprimés dont il est à l'origine. L'auteur - selon la couverture de l'ouvrage - est généralement le directeur des Archives (Directeur des Services d'Archives depuis les années 1990), mais certains sont signés de deux personnes ou plus et mieux celui du Maine-et-Loire est signé en 1978 par la formule « par le Personnel des Archives Départementales ».

Par la croissance continue des fonds et de leurs instruments de recherche, les guides d'archives sont rapidement frappés d'obsolescence au point de faire renoncer à toute production d'éditions nouvelles. Aussi à la fin du XXe siècle, la mise en ligne internet de présentations plus ou moins détaillées des fonds a pris le relais des ouvrages imprimés traditionnels.

Le cadre de classement comme trameModifier

Un guide des Archives départementales est principalement constitué de chapitres présentant synthétiquement chacune des différentes séries - anciennes et modernes - telles que définies par le cadre de classement en vigueur (un chapitre par série) ; série de chapitres précédée et suivie par quelques chapitres de présentation générale, tels que l'histoire du service ou de présentation de certains services tel qu'un service éducatif[1]. Si beaucoup de départements - environ la moitié - sont dépourvus de tels guides, l'importance du volume varie fortement d'un département à l'autre, en partie en raison du volume des archives elles-mêmes [2] : (par exemple, si le guide des Alpes-Maritimes de 1974 ne consacre qu'une demi-page à la série U, d'autres approchent la dizaine de pages).

Chaque chapitre du guide donne les clés de la composition des fonds de la série à laquelle il est consacré. Dans le peu d'espace disponible puisqu'il y a au moins une série par lettre de l'alphabet et donc autant de chapitres, cela revient à préciser l'origine des fonds et à en donner seulement le plan d'ensemble, et cela d'autant plus que le fonds est quantitativement important. Ceci est donc souvent complété par quelques mots sur son importance et le métrage linéaire est souvent précisé pour l'ensemble de la série ou pour chaque fond qu'elle comprend. Par exemple, le chapitre du guide de la Gironde de 1973 traitant de la série U (Justice 1800-1940) commence ainsi :

  • (2000 mètres linéaires, non classés.)
  • (Répertoires : voir ci-dessus, p. 71, n° 66.)
  • Origine des fonds : Préfecture, tribunaux divers.

Dans sa présentation, plus ou moins explicitement[3], le rédacteur se préoccupe de la concordance entre ce qui devrait s'y trouver selon le cadre de classement de 1965 - qualitativement et quantitativement[4]- et ce qui s'y trouve effectivement compte tenu de l'histoire locale et des événements qui ont affecté ces archives depuis leur création - tant avant versement aux Archives que depuis ce versement, tris compris - Par exemple certains bombardements ont causé des destructions massives de documents dans les institutions qui les possédaient et d'autres dans les dépôts d'archives eux-mêmes.

Ensuite, le cœur de chaque chapitre se développe en suivant le calque fourni par la subdivision des fonds et détaille autant que possible - souvent sommairement - les sous-séries par quelques indications sur l'origine et type de document et la période concernée. Avec ces données, le chercheur peut faire une première vérification de l'adéquation de son objet de recherche et des documents communicables et éventuellement non communicables : si sa conclusion est positive, il note au moins le nom de la sous-série qui l'intéresse avec une éventuelle information précisant la nature et situation du répertoire de cette sous-série, indispensable répertoire qui a parfois été édité mais qui plus souvent sera présent sous forme de classeur(s) (voire de poste informatique) dans la salle de lecture ou à proximité. D'un guide à l'autre, en raison du cadre de classement national, ancien à ce niveau, les séries sont désignées très habituellement par la même lettre, tandis que les nombres qui sont affectés à chacune de leurs sous-séries présentent des variations plus ou moins importantes et qui peuvent être causes d'erreur en cas de transpositions simples, par exemple dans la série E, l'état civil sera ordinairement l'objet de la sous-série 3 E, mais aussi parfois « 4 E » ailleurs affecté par exemple aux actes notariés.

Enfin, chaque chapitre recense les principaux guides (!) complémentaires, c'est-à-dire les répertoires détaillés (en termes d'archiviste, les répertoires numériques) qui fournissent les cotes requises pour la communication des documents. Ces instruments de recherche, essentiels pour les chercheurs, sont souvent récapitulés en chapitres annexes, mais de nouveaux sont créés en permanence par le personnel et n'y sont pas cités. Son travail d'exploration peut être également assisté par quelques éléments bibliographiques.

La présentation de la série est parfois prolongée par des pistes de recherche en rapport avec ces fonds dans d'autres dépôts d'archives, comme les Archives communales, si une part du volume n'est pas par ailleurs entièrement consacrée à ces inventaires.

Contenus et compléments variablesModifier

Selon l'administration à laquelle se rattache le service, selon les époques, une brève préface est signée d'une personnalité politique, présidents de conseils généraux essentiellement.

Quelques guides consacrent des chapitres aux Archives communales du département[5] ainsi qu'aux Archives hospitalières. Quelques-uns également comportent des pages de conseils spécifiques à différentes recherches, par exemple en histoire locale ou généalogie. Par contre, très rares sont les guides comportant au moins un index.

En matière d'illustrations, en fonction des capacités d'impression de l'époque et du budget, les guides reproduisent souvent des documents apparaissant comme les plus remarquables ou représentatifs dans ce département. Certains guides sont également illustrés de vues du bâtiment extérieures ou intérieures, ou encore de portraits d'anciens archivistes et directeurs du dépôt (conservateurs). Quelques cartes de géographie historique sont parfois incluses, et particularité, le guide du Loiret se termine par une annexe de quatorze cartes.

Principaux guides par décennieModifier

Bouches du Rhone Raoul Busquet 1937 186 p. (Série A à F)

(autre tome en 1970 série G et H.)

Années 1950Modifier

Charente-Maritime Marcel Delafosse 1958 44 p.
Corse Paul Aimès, Pierre Lamotte 1954 68 p.

Années 1960Modifier

Aube Gildas Bernard 1967 228 p.
Doubs Jean Courtieu 1967 398 p.
Ille-et-Vilaine Henri François Buffet 1965 160 p.
Loire-Atlantique Henri de Berranger 1962 186 p.
Vendée Jean Gourhand 1960 86 p.

Années 1970Modifier

Ain Paul Cattin 1979 222 p.
Aisne Georges Dumas 1971 286 p.
Alpes Maritimes Ernest Hildesheimer 1974 168 p.
Alpes de Hautes Provence Raymond Collier 1974 192 p.
Ardennes Hubert Collin 1974 482 p.
Aude Robert Debant 1976 318 p. (série A à I)
Cantal Léonce Bouyssou 1975 249 p.
Calvados Gildas Bernard 1978 412 p.
Creuse Henri Hemmer 1972 164 p.
Dordogne Noël Becquart 1970 120 p.
Finistère Jacques Charpy 1973 516 p.
Gers H. Polge 1975 384 p.
Gironde A. Betgé-Brezetz 1973 202 p.
Landes Michel Maréchal 1979 378 p.
Lot René Prat 1971 86 p.
Lot-et-Garonne Jean Burias 1972 272 p.
Lozère Michel Chabin, Hélène Latour 1979 152 p.
Maine-et-Loire (le personnel) 1978 440 p.
Meuse Bernard Lemée 1977 105 p.
Moselle Jean Colnat 1971 222 p.
Haute-Savoie Jean Yves Mariotte, Robert Gabion 1976 508 p.
Savoie André Perret 1979 670 p.
Tarn Maurice Greslé-Bouignol 1978 494 p.
Tarn-et-Garonne Mathieu Méras 1972 66 p.
Var Jean-Jacques Letrait, Robert Allain 1979 300 p.

Années 1980Modifier

Ariège Claudine Pailhès 1989 600 p.
Charente Francine Ducluzeau 1983 186 p.
Côte-d'Or Jean Rigault 1984 416 p.
Eure Claude Lannette 1982 556 p.
Eure-et-Loir Jacques Lacour 1983 224 p.
Haute-Loire Yves Soulingeas 1983 282 p.
Haute-Saône D. Grisel 1984 260 p.
Loiret Ouvrage en collaboration 1982 1000 p.
Haute-Marne Anne-Marie Couvret 1980 192 p.
Marne Ouvrage en collaboration 1987 666 p.
Meurthe-et-Moselle Hubert Collin 1984 322 p. (Séries A à Q)
Pyrénées-Orientales Philippe Rosset, Sylvie Caucanas 1984 268 p.
Sarthe Gérard Naud 1983 424 p.
Vaucluse Michel Hayez, Claude-France Rochat-Hollard 1985 520 p.

Guides auxquels s'ajoute le guide présentant selon le même principe les archives de l'Île-de-France publié en 1989 : Les Archives de l'Ile-de-France.

Années 1990Modifier

Allier Michel Maréchal 1991 510 p.
Hautes-Alpes Pierre-Yves Playoust 1992 580 p.
Ille-et-Vilaine (*) Michel Maréchal 1994 >1000 p.
Jura Henri Hours 1993 482 p.
Meuse* Jacques Mourier 1996 308 p.
Oise Marie-Josèphe Gut 1990 512 p.
Seine-Maritime François Burckard 1990 794 p.

(*) : séries A à H ; Archives communales. (**) : le guide de la Meuse est très singulier par sa complète indépendance du cadre de classement, regroupant ses développements par thème, par exemple les « fonds religieux ».

Années 2000-2010Modifier

  • La Mémoire en poche, Archives départementales des Yvelines, Somogy, 2010.

On assiste désormais à une mise en ligne des guides des archives départementales, à l'élaboration de moteurs de recherche utilisant les ressources informatiques des services d'archives départementales (inventaires utilisant des progiciels spécialisés) ainsi qu'à la mise en ligne d'archives [6].

Notes et référencesModifier

  1. Un service éducatif est chargé de l'initiation aux archives des élèves du département.
  2. Pourtant le plus volumineux, le guide du Loiret avec plus de mille pages montre que l'importance d'un guide n'est pas fermement lié à celle du kilométrage d'archives puisqu'une bonne part des archives déposées ont brûlé en 1940. En fait, compensant cette rareté des archives, une troisième partie, pages 445 à 700, est consacrée à l'inventaire des Fonds conservés dans le Loiret hors des Archives départementales et une quatrième partie, pages 701 à 952, aux Fonds relatifs au Loiret conservés hors département.
  3. Dès le début du chapitre, le guide du Jura avertit le lecteur à propos de l'« État actuel de classement de la série : Comme annoncé plus haut, la série U des Archives départementales du Jura, telle qu'elle est ici présentée, selon le cadre de classement réglementaire, est une vue de l'esprit et préfigure le résultat des travaux à entreprendre. ». De même, dans celui de l'Allier, il est question de « constitution fictive » (p. 291).
  4. L'absence de fonds est souvent exprimé avec regrets tandis qu'il arrive qu'une certaine fierté soit suscitée par un fonds de première importance, ainsi le Calvados possèderait « L'une des plus belles séries U de France, quantitativement (1794 mètres) et qualitativement » selon la page 259 de son guide publié en 1978.
  5. Voire un tome entier consacré aux communes d'Ille-et-Vilaine à raison de deux pages par commune.
  6. Voir la page dédiée des Archives de France.

Articles connexesModifier