Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Grotte du Chien.
Grotte du Chien (Chamalières)
Grotte du Chien. CPA mod.jpg
Carte postale ancienne de la grotte du Chien.
Localisation
Coordonnées
Adresse
Massif
Vallée
Vallée de la Tiretaine
Localité voisine
Caractéristiques
Type
Altitude de l'entrée
770 m
Période de formation
Localisation sur la carte du Puy-de-Dôme
voir sur la carte du Puy-de-Dôme
Red pog.svg
Localisation sur la carte d’Auvergne-Rhône-Alpes
voir sur la carte d’Auvergne-Rhône-Alpes
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg

La grotte du Chien, ou cava del Can en langue locale, est une grotte, autrefois attraction touristique située à Chamalières, dans le département du Puy-de-Dôme.

Sommaire

ToponymieModifier

Le nom de la grotte fait écho à la célèbre Grotta del Cane du lac d'Agnano à Pouzzoles, près de Naples en Italie. En effet, lorsque les gens entraient dans la grotte avec leur chien, le canidé suffoquait alors que rien n’arrivait à leurs propriétaires dont la tête se trouvait bien au-dessus de la couche de gaz carbonique qui stagnait au fond de la cavité.

La grotte du Chien était aussi connue sous le nom de grotte Saint-Mart, du nom d'un ermite nommé Martius, ou Mars de Royat, qui vécut dans des grottes de Royat aux alentours de 450. Saint Mart aurait miraculeusement guéri de nombreuses personnes dont le père de Grégoire de Tours[1]. Une source est associée à l'ermite saint Mart qui est devenu abbé de Royat avant d'être canonisé.

GéologieModifier

La cavité est anciennement connue comme une mofette, c'est-à-dire des siège d'émanations de gaz à des températures peu élevées, gaz carbonique principalement[2]. La cavité s'ouvre dans des basaltes qui, selon les sources, proviennent des coulées de lave du petit puy de Dôme (42 000 ans) ou du puy de Gravenoire (65 000 ans)[3].

Il émane de la grotte du gaz carbonique ou dioxyde de carbone d'origine profonde. Ce gaz plus lourd que l'air se concentre au fond de la grotte. Le dioxyde ce carbone n'est pas toxique, mais il prend la place de l'oxygène. Or, le manque d'oxygène provoque des vertiges et des picotements dans le nez et divers malaises qui peuvent aller jusqu'à l'asphyxie. Diverses expériences permettent de démontrer la présence du gaz carbonique sans en subir les effets : on y allume une bougie qui s'éteint aussitôt ou on y fait flotter des bulles de savon.

Histoire et mentions anciennesModifier

Les mentions les plus anciennes de la grotte du Chien remontent au XVIIIe siècle. La grotte aurait d'abord appartenu à un meunier qui y entreposait son vin. Il y allait rarement, sans doute parce qu'il avait perçu les méfaits de l'air vicié de la grotte. Il avait d'ailleurs baptisé l'endroit « l'étouffis » et y conviait parfois des amis curieux. Ainsi, la grotte connut une certaine notoriété. En 1787, l'écrivain Pierre Jean-Baptiste Legrand d'Aussy, qui sillonne la France pour un ouvrage naturaliste, descend dans une de ces « caves à méphitisme » où il est pris de malaise. Il consigne le récit de sa visite dans son livre[4] et donne à la grotte du Chien une notoriété nationale[5]. En 1875, la cavité est rachetée par le docteur Petit qui profite de la manne des curistes de Royat pour faire de la grotte un site touristique incontournable. Dans le même temps, les gens de Royat ne tardent pas à réagir et faire concurrence à la grotte du Chien en ouvrant la grotte Rouge où l'on observe également des émanations de gaz carbonique. La grotte du Chien est exploitée jusqu'en 1986 ; puis, elle est rachetée en 1994 par Claude et Huguette Girard qui l'exploitent jusqu'en 2004. La mairie de Chamalières se porte alors acquéreur de la grotte, mais ne relance pas l'activité touristique. Certes, les autorités de la ville ont conscience de l'intérêt scientifique de la grotte du Chien, mais n'envisagent la réouverture du site que dans le cadre d'un grand projet autour du volcanisme auvergnat[6].

Le banc des belles-mèresModifier

La concentration de dioxyde de carbone dans la grotte[N 1] est un phénomène qui peut incommoder, voire asphyxier certaines personnes. Un des propriétaires du lieu a tenté d'user de ce phénomène naturel pour éliminer sa belle-mère. Ce propriétaire mal intentionné avait installé un banc spécialement destiné à cette personne ; il l'avait ensuite invitée à s'asseoir au fond de la grotte alors entièrement baigné par la couche de gaz carbonique. D'abord prise de vertiges, la belle-mère faillit s'évanouir, mais à demi-consciente se leva et put sortir de la grotte. Ce banc que plus personne n'utilise est resté en place ; il a été baptisé « banc des belles-mères » et donne du crédit à une histoire qu'on ne manquait pas de raconter aux visiteurs.

Le martyre des chiensModifier

Comme à Naples, les chiens étaient utilisés pour démontrer la réalité des émanations carboniques[3]. Autrefois, on descendait un chien, préalablement ligoté[5], qui perdait ses esprits au bout de quelques minutes, asphyxié. Puis, on le ramenait à la surface et aussi à la vie par quelques coups de pied bien sentis. Une fois délié de ses liens, l'animal s'en allait sans demander son reste sous les yeux ébahis des visiteurs.

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. La concentration de gaz carbonique dans la grotte, a été évaluée approximativement par la hauteur mesurée sur une règle graduée, quand une bougie allumée s'éteint par manque d'oxygène (taux < 16 %). Une concentration de CO2 de 10 % a été évaluée, soit 250 fois plus que la concentration naturelle de CO2 dans l'air ambiant, qui est de l'ordre de 0,04 %.

RéférencesModifier

  1. Tourreau Alain et Elisabeth (2002) - De la chaîne des Puys au volcan de Jaude. L'Auvergne aux temps généalogiques, Puy de Dôme et autres volcans, Vulcania, circuits et promenades, Royat - Chamalières. Créer édit., Collection Terres vivantes d'Auvergne.
  2. « Glossaire de géologie volcanique », sur Les fiches de minéralogie et géologie par Jean-Jacques Chevallier (consulté le 1er janvier 2018)
  3. a et b « A Chamalières, la grotte du Chien n’aurait pas encore livré tous ses secrets », sur La Montagne (consulté le 1er janvier 2018)
  4. Pierre Jean-Baptiste Legrand d'Aussy ( 1788-1794) - Voyage dans la haute et basse Auvergne, Paris, 1788, in-8° ; 1794, 3 vol. in-8°.
  5. a et b « Voyage au centre de la terre : l'étrange phénomène de la grotte du chien », sur La Montagne (consulté le 1er janvier 2018)
  6. « La grotte du chien a rouvert le temps d’un tournage télé consacré aux volcans du monde. », sur La Montagne (consulté le 1er janvier 2018)

Voir aussiModifier