Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Greyhound.

Greyhound Lines
logo de Greyhound Lines
illustration de Greyhound Lines

Création 1914
Dates clés 2007 : Rachat par First Group
Fondateurs Carl Éric Wickman
Forme juridique Société à capitaux privésVoir et modifier les données sur Wikidata
Slogan Nous passons sur votre route
Siège social Dallas, Texas
Drapeau des États-Unis États-Unis
Direction Dave Leach
Activité Transporteur
Filiales Greyhound Courrier Express
Gray Line
Boltbus (low-cost)
Effectif 8 400Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web www.greyhound.com

Greyhound Lines est une entreprise de transport américaine de passagers par autocar à travers l'Amérique du Nord.

Fondée à Hibbing, Minnesota, en 1914, Greyhound se constitue en tant que "Société Greyhound" en 1929. La société tient son logo et son nom du lévrier anglais, dit aussi « lévrier Greyhound », animal reconnu pour sa vitesse et utilisé dans les courses de chiens. Depuis 2007, Greyhound appartient à First Group, société de transport britannique qui exploite Greyhound comme filiale indépendante rattachée à First Group Amérique.

Greyhound dessert plus de 3 700 destinations (2 200 destinations aux États-Unis, 1 100 destinations au Canada, 500 destinations au Mexique). La compagnie développe également un système de transport de colis par autocar desservant plusieurs villes des États-Unis et du Canada.

HistoriqueModifier

Les débutsModifier

 
Un car de Greyhound

Carl Eric Wickman est né en Suède en 1887. En 1905, il part pour les États-Unis, où il travaille dans une mine comme opérateur de forage à Hibbing au Minnesota, jusqu'à ce qu'il soit licencié en 1914. La même année, il devient vendeur de Hupmobile à Hibbing, au Minnesota[1], mais se montre incapable de vendre la voiture. En 1914, utilisant son véhicule restant, une voiture 7 places[2], il commence à monter un service de bus avec Andy Anderson (Bus Andy), dans lequel il transporte les mineurs de minerai de fer de Hibbing à Alice (connue pour ses berlines)[2] à 15 cents le trajet[3].

En 1915, Wickman réunit ses forces avec Ralph Bogan, qui dirigeait un service similaire de Hibbing à Duluth. La nouvelle organisation se nomme Société des transports de Mesaba, et fait 8 000 $ de profits la première année aux États-Unis.

À la fin de la Première Guerre mondiale, Wickman possède 18 bus et fait un bénéfice annuel de 40 000 $. En 1922, la Société des transports de Mesaba s’unit aux "Superior White Bus Lines" d’Orville Caesar. Quatre ans plus tard, Wickman conclut une entente avec deux exploitants de la côte ouest, les bus de la Pickwick Lines et Pioneer Yelloway System.

En 1926, l'exploitation des autobus Wickman devient connue sous le nom de Greyhound Lines. Ed Stone, qui a créé une nouvelle extension reliant Superior à Wausau dans le Wisconsin, au cours de sa course inaugurale, a vu, en passant par une petite ville du nord du Wisconsin, le reflet d'un bus des années 1920 dans une vitrine, qui lui rappelle un lévrier. Il décide alors d'adopter ce nom pour ce tronçon de la ligne « Blue Goose Lines ». Plus tard, l'ensemble du réseau prend le nom de Greyhound. Stone devient par la suite directeur général des ventes de camions jaunes de GM, qui a construit les autobus Greyhound (au Musée des bus Greyhound à Hibbing, une plaque affiche cette information). Wickman, qui est président de la compagnie, continue à la développer, et, en 1927, son autocar fait des voyages transcontinentaux de la Californie à New York. En 1928, Greyhound a un revenu annuel brut aux États-Unis de $ 6 millions[2].

Les affaires de Wickman souffrent de la Grande Dépression et, en 1931, la société compte plus d'1 million de dollars de dettes. Cependant, avec l'amélioration de l'économie, la société Greyhound recommence à prospérer. En 1935, Wickman est en mesure d'annoncer des profits record aux États-Unis de 8 millions de $. Lors du déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, la société compte 4 750 stations et près de 10 000 employés.

Wickman se retire de son poste de président de la Société Greyhound en 1946. Il est remplacé par son partenaire de longue date, Orville Caesar. Wickman décède en 1954 à l'âge de 67 ans.

En 1987, Greyhound lance le programme Home free Program qui vise à réunir les familles d'enfants en situation de fugue en offrant la gratuité des transports à ces familles[4].

Faillite et rachat par First GroupModifier

En 1990, la société Greyhound se déclare en faillite[5].

En 2007, le groupe britannique First Group rachète Greyhound pour $3.6 milliards[5]. En 2008, Greyhound lance sa marque low-cost, Boltbus[6]. En 2009, la société est prise à défaut de ne pas systématiquement équiper ses autocars de ceintures de sécurité pour ses voyageurs[7]. En 2013, le groupe annonce l'implémentation du wifi et d'un système de divertissement (films, musique, jeux) dans ses autocars[8].

Fin octobre 2018, Greyhound se retire de la quasi-intégralité du marché ouest-canadien[9],[10].

En avril 2018, First group refuse une offre de rachat de Greyhound par Apollo Group[11]. En mai 2019, First Group, propriétaire de Greyhound depuis 2007, annonce la mise en vente de l'entreprise de transport en autocar[5],[12]. En 2019, Greyhound compte une flotte de 1 100 autocars, soit le tiers de sa flotte de 1983[13].

Problème des migrantsModifier

In 2005, la société Greyhound publie une note interne interdisant à ses employés de vendre des tickets de transport aux immmigrés illégaux[14]. En janvier 2018, une femme en situation d'immigration illégale est arrêtée à bord d'un autocar Greyhound lors d'un contrôle du véhicule par la police des frontières. Probablement en détention, sa famille n'a plus de nouvelles de sa part et alerte la presse[14]. En décembre 2018, Greyhound déploie un programme visant à informer les immigrants illégaux de leurs droits au moment où la police des frontières s'apprêtent à faire un contrôle de papiers[15]. En mars 2019, la société interdit à la police des frontières de déposer les familles d'immigrants sortant de détention dans un bus Greyhound, poussant ainsi les autorités à acquérir un billet de transport pour les familles concernées[16],[17].

RéseauModifier

 
Un car de Greyhound assurant la liaison transcanadienne entre Toronto et Vancouver
États-Unis

Le réseau Greyhound est très étendu aux États-Unis. Il est réputé pour être particulièrement bon marché (notamment par rapport au train).

Canada

Le réseau canadien Greyhound s'étend essentiellement dans la partie anglophone. Il comprend notamment une ligne transcontinentale entre Vancouver et Toronto. La compagnie Greyhound a des partenariats avec de nombreuses compagnies locales afin de desservir le pays au mieux.

RéférencesModifier

  1. (en) Lewis, Mary Beth. "Ten Best First Facts", in Car and Driver, 1/88, p. 92.
  2. a b et c Lewis, p.92.
  3. Greyhound Bus Museum.
  4. (en) Greyhound Marks 30th Anniversary Of Its Home Free Program, www.prnewswire.com, 28 décember 2017 (consulté le 2 octobre 2019)
  5. a b et c (en) Tanishaa Nadkar, Noor Zainab, Greyhound, the iconic American bus service, is up for sale by its British owners, www.businessinsider.com, 30 mai 2019 (consulté le 1 octobre 2019)
  6. (en) Holly Thorpe, BoltBus makes travel cheap, but is it cheapening travel?, www.seattleglobalist.com, 16 avril 2015 (consulté le 2 octobre 2019)
  7. (en) Greyhound Potentially Liable for Lack of Bus Seatbelts, www.insurancejournal.com, 2 juillet 2009 (consulté le 2 octobre 2019)
  8. (en) Hugo Martin, Greyhound to add Wi-Fi and entertainment system on buses, www.latimes.com, 8 juillet 2013 (consulté le 2 octobre 2019)
  9. (en) Dan Healing, As Greyhound exits Western Canada, fragmented bus services emerge, www.bnnbloomberg.ca, 29 octobre 2018 (consulté le 1 octobre 2019)
  10. (en) Susan Noakes, Greyhound service in Western Canada stops at midnight: Now what?, www.cbc.ca, 31 octobre 2018 (consulté le 1 octobre 2019)
  11. (en) Mark Vandevelde, Greyhound owner FirstGroup rejects bid from Apollo, www.ft.com, 11 avril 2018 (consulté le 2 octobre 2019)
  12. (en) Kyle Hyatt, Greyhound Lines' UK owners are putting it up for sale, report says, www.cnet.com, 30 mai 2019 (consulté le 1 octobre 2019)
  13. (en) David Peter Alan, America without Greyhound—and no replacement passenger trains, www.railwayage.com, 14 f'evrier 2019 (consulté le 2 octobre 2019)
  14. a et b (en) Esther Yu Hsi Lee, Border agent arrest aboard Greyhound bus leads to outcry, www.thinkprogress.org, 22 janvier 2018 (consulté le 1 octobre 2019)
  15. (en) Spencer Hsu, Greyhound tells riders of rights when Border Patrol comes on board, www.washingtonpost.com, 22 décembre 2018 (consulté le 1 octobre 2019)
  16. (en) Greyhound Lines Inc. no longer allowing authorities to drop off immigrant families at bus stations, www.abc15.com, 15 mars 2019 (consulté le 1 octobre 2019)
  17. (en) Greyhound: US Can No Longer Drop Migrants Inside Stations, www.voanews.com, 16 mars 2019 (consulté le 1 octobre 2019)

Articles liésModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier