Ouvrir le menu principal
Gradihna Branislavljević
Biographie
Décès
Famille
Fratrie
Enfant

Gradinja (serbe cyrillique : Градиња ou Gradihna serbe :Градихна); (floruit 1125–1146) est le souverain de Dioclée, soit de 1131 à 1142 ou de 1135 à 1146[1],[2] Gradinja est l'un des peson nages qui comme Branislav, Gojislav, Georgije et Grubeša parmi d'autres n'est uniquement mentionné que par la Chronique du Prêtre de Dioclée (en) il n’apparaît pas dans les sources byzantines comme les autres dynastes serbes contemporains[3].

BiographieModifier

Gradinja est le fils d'un prince de Dioclée nommé Branislav de Travounie (vers 1082-1097) lui même petit-fils de Stefan Vojislav , il est donc le frère de Grubeša, un précédent souverain entre 1118 et 1125.[4]. Vers 1125, selon Mavro Orbini, le rival de Georges Ier; Gradinja, «  marié en Raška a l'intention de reprendre le pouvoir »[5] A la suite d'un second conflit avec les Byzantines, au cours duquel le roi « Đorđe  » est défait et emprisonné dans la forteresse d'Oblik, les Byzantins nomment Gradinja comme souverain vassal de Dioclée. Toujours selon la Chronique, Gradinja était « gentil, plein civilité et de compassion et protecteur des veuves et des pauvres ». Le pouvoir et le territoire subsistant de la Dioclée sont à l'époque de son règne gravement réduits.[6] Son fils Radoslav de Dioclée lui succède sur le trône en 1146.

Gradinja est selon Gavro Škrivanić est inhumé dans l'église des Saints Sergius et Bacchus à Bojana[7].

Articles liésModifier

Notes et référencesModifier

  1. Venance Grumel Traité d'études byzantines, « 1, La chronologie », coll. « Bibliothèque byzantine », Paris, Presses universitaires de France, 1958 p. 390
  2. (en + de) Peter Truhart, Regents of Nations, Münich, K. G Saur, 1984-1988 (ISBN 359810491X), p. 3325, Art. « Duklija (Dioclea, Zeta) ».
  3. Vizantološki institut 2006, p. 452
  4. Živković 2008.
  5. Vizantološki institut 2006, p. 458: "Око 1125. године Ђорђев противник Градихна, брат Драгихне и Драгила, оженио се у Рашкој, „у намери да поврати власт", како додатно објашњава Ма- вро Орбин."
  6. (sr) Istorijski zapisi: organ Istoriskog instituta i Društva istoričara SR Crne Gore, Istorijski institut u Titogradu, (lire en ligne)
  7. Gavro A. Škrivanić, Imenik geografskih naziva srednjovekovne Zete, (lire en ligne), p. 35

BibliographieModifier

  • Anthony Stokvis, préf. H. F. Wijnman, Manuel d'histoire, de généalogie et de chronologie de tous les états du globe, depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours, Leyde, éditions Brill, 1889 réédition 1966, p. Volume II Péninsule des Balkans, chapitre II Serbie: Tableau généalogique n°37 Généalogie des dynasties serbes
  • Dušan T. Bataković, Histoire du peuple serbe, Lausanne, L’Age d’Homme, (ISBN 9782825119587, lire en ligne)
  • (en) Sima Ćirković, The Serbs, Malden, Blackwell Publishing, (lire en ligne)
  • (en) John Van Antwerp Fine Jr., The Early Medieval Balkans: A Critical Survey from the Sixth to the Late Twelfth Century, Ann Arbor, Michigan, University of Michigan Press, (1re éd. 1983) (lire en ligne)
  • (en) Florin Curta, Southeastern Europe in the Middle Ages 500-1250, Cambridge, Cambridge University Press, (ISBN 9780511222788)
  • (en) Tibor Živković, Forging unity: The South Slavs between East and West 550-1150, Belgrade, The Institute of History, Čigoja štampa, (lire en ligne)