Ouvrir le menu principal

Giovanni Magli

politicien italien
Giovanni Magli
Giovanni Magli.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 84 ans)
BariVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Italien ( - ), Italien ( - )Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Homme politique, militaireVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Arme
Grade militaire
Conflits
Distinction

Giovanni Magli (Barcellona Pozzo di Gotto, - Bari, ) est un général italien de la Seconde Guerre mondiale.

BiographieModifier

Général de division, Giovanni Magli commande les troupes d'occupation italiennes de la Corse en 1943. La Corse est alors occupée par environ 80 000 Italiens et 12 000 Allemands.

Le 4 septembre, le général Magli reçoit la consigne, s'il est attaqué par les Allemands, de « jeter dehors » la brigade cuirassée SS Reichsführer. Cet ordre fait suite à l'armistice du 3 septembre entre Italiens et Alliés, mais celui-ci est encore gardé secret.

Faute de précisions supplémentaires, la plus grande perplexité se répand dans le commandement italien. Pendant ce temps, les Allemands se renforcent à Bastia pour permettre l'évacuation en Corse de leurs troupes de Sardaigne et tentent de neutraliser les forces italiennes. Le général Magli s'y oppose et recherche un accord avec le général allemand Fridolin von Senger und Etterlin.

Le 8 septembre, à l'annonce publique de l'armistice, les patriotes corses déclenchent l'insurrection. Le général Magli reçoit un ultimatum de Paulin Colonna d'Istria le sommant de choisir son camp[1],[2].. Après quelques hésitations, le général Magli choisira de se battre à côté des résistants et des renforts venus d'Afrique contre les Allemands. La libération de la Corse est finalement une victoire pour les alliés, au prix de près de 700 morts côté italien.

Notes et référencesModifier

  1. Paul Gaujac, L'Armée de la victoire, Lavauzelle, 1984, p. 138-163.
  2. Giovanni Magli, Le truppe italiane in Corsica, p. 50, Lecce, Tipografia Scuola AUC, 1950.

Liens externesModifier