Ouvrir le menu principal
Gilles Lalay
Lalay isde85.jpg
Gilles Lalay - ISDE 85
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Pilote de motoVoir et modifier les données sur Wikidata

Gilles Lalay, né le 21 mars 1962 à Peyrat-le-Château (Haute-Vienne) et mort le 7 janvier 1992 lors du rallye Dakar à Pointe-Noire, au Congo, est un pilote d'enduro français.

BiographieModifier

Pilote d'enduro figurant pendant une dizaine d'années parmi les meilleurs au monde, il dispute, en parallèle des enduros, des rallyes raids. Il remporte ainsi le rallye Paris-Dakar 1989 ainsi que trois rallyes de l'Atlas. À une époque où les motos européennes dominent les parcs et les palmarès mondiaux, il fait un choix différent et devient le premier Français à rouler sur une moto japonaise endurisée (Honda 250 CR).

En 1985, il s'engage au Concours International des Six Jours d'Enduro (ISDE) organisés en Espagne, en individuel car la France ne présente pas d'équipe. Il remporte la course au scratch, devenant le premier pilote français à réussir cet exploit.

Le 7 janvier 1992, alors qu'il avait pris la décision de disputer son dernier rallye Dakar en tant que motard pour se consacrer désormais aux quatre roues, il entre en collision avec une voiture de l'organisation du Paris-Dakar sur une piste congolaise. Il est tué sur le coup[1].

Gilles Lalay ClassicModifier

Gilles Lalay considérait que la discipline de l'enduro devenait de plus en plus facile, les difficultés étant de plus en plus réduites. Il avait ainsi le projet de créer une course dont le vainqueur serait, pour lui, « le dernier à rester sur sa bécane. ». Ce projet qu'il nommait « Dead Line », verra finalement le jour après sa mort sous le nom de « Gilles Lalay Classic ».

Cette compétition, ouverte à deux cents enduristes, se déroule tout d'abord sous la forme d'un enduro de sélection de 200 km entre Limoges et Peyrat-le-Château, en Haute-Vienne. À l'issue de celle-ci seuls les cents premiers sont admis à la deuxième étape qui se déroule dans l'après-midi. Cette étape, autour du lac de Vassivière, est une suite de côtes bien raides, de bourbiers insondables, de gués et de pierriers sans fin. L'arrivée se situe finalement au sommet de la "Côte du Corbeau Mort", côte type montée impossible, pratiquement impossible à gravir au guidon d'une moto. Le premier arrivé à son sommet est déclaré vainqueur. Le classement est clos à minuit, où en général, seule une poignée de valeureux arrive à franchir la "dead line" avant l'heure fatidique.

Cet enduro est également connu sous le nom de "course la plus dure au monde".

PalmarèsModifier

EnduroModifier

  • Vainqueur des ISDE au scratch en 1985 (Espagne - Alp)
  • Vainqueur des ISDE en Trophée (équipe de France) 1988 (France - Mende)
  • Vice-champion d'Europe 83 (125 cm3) et 84 (250 cm3)
  • 10 titres de Champion de France d'Enduro (de 1979 à 1990)
  • ISDE : 10 participations aux ISDE, 9 médailles d'or et 1 abandon

RallyesModifier

  • Vainqueur du Paris-Dakar 1989
  • Vainqueur du rallye de l'Atlas 1986,1987 et 1989
  • Vainqueur de la Djerba 500 en 1984
  • 9 podiums

NotesModifier

  1. L'humanité, 08/01/1992, consulté le 30 avril 2008

Lien externeModifier