Gianciotto Malatesta

Gianciotto Malatesta, de son vrai nom Giovanni Malatesta dit aussi « Gianne lo sciancato » (le boiteux) né à Rimini vers 1240/1244 et mort en 1304, est un condottiere italien, fils de Malatesta da Verucchio (le dantesque « Mastin Vecchio »).

Gianciotto Malatesta
Inf. 06 Joseph Anton Koch, Paolo e Francesca sorpresi da Gianciotto, 1805-10c..jpg
Gianciotto, Paolo et Francesca, Joseph Anton Koch, 1805-1810 env.
Fonction
Seigneur (en)
Biographie
Naissance
Décès
Activité
Famille
Père
Fratrie
Malatestino I Malatesta (en)
Paolo MalatestaVoir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Blasone Malatesta.svg
blason

BiographieModifier

Gianciotto Malatesta avait deux frères, Paolo, né entre 1246 et 1248 et Malatestino I Malatesta (it), et une sœur nommée Maddalena. Son surnom est dû à une malformation physique de naissance.

Comme son frère Paolo, Gianciotto suivit son père dans les affrontements contre les gibelins. En 1265, avec son père il combattit contre Guido da Montefeltro et dans la même année avec Guido da Polenta, contre la maison des Traversari. Quand en 1288 la famille Malatesta fut chassée de Rimini, il devint Podestat de Pesaro. Il mourut en 1304 après avoir assumé cinq fois la charge de podestat. Son caractère énergique, son habilité militaire et sa déformation physique ont contribué à le décrire comme un homme sanguinaire et vindicatif.

Gianciotto est connu pour avoir tué sa femme, Francesca da Rimini (ou da Polenta) et son jeune frère Paolo soupçonnés d'adultère. Cette tragédie est racontée dans le chant V de l'Enfer dans la Divine Comédie de Dante où Francesca annonce à Dante que « Caïne attend celui qui nous meurtrit »[1]. Le fait se déroula probablement au château de Gradara entre le mois de , correspondant au retour de Paolo à Rimini, et l'année 1284.

Notes et référencesModifier

  1. Divine Comédie, Enfer, V, 107, trad. André Pézard, Dante œuvres complètes, Gallimard, 1965

Articles connexesModifier