George Tierney

personnalité politique britannique
George Tierney
George Tierney.jpg
Fonctions
Membre du 8e Parlement du Royaume-Uni
8e Parlement du Royaume-Uni (d)
Knaresborough (d)
-
Membre du 7e Parlement du Royaume-Uni
7e Parlement du Royaume-Uni (d)
Knaresborough (d)
-
Membre du 6e Parlement du Royaume-Uni
6e Parlement du Royaume-Uni (d)
Knaresborough (d)
-
Membre du 5e Parlement du Royaume-Uni
5e Parlement du Royaume-Uni (d)
Appleby (en)
-
Membre du 4e Parlement du Royaume-Uni
4e Parlement du Royaume-Uni (d)
Bandon
-
Membre du 3e Parlement du Royaume-Uni
3e Parlement du Royaume-Uni (d)
Athlone
-
Membre du 2e Parlement du Royaume-Uni
2e Parlement du Royaume-Uni (d)
Southwark (d)
-
Membre du 1er Parlement du Royaume-Uni
1er Parlement du Royaume-Uni (en)
Southwark (d)
-
Membre du 18e Parlement de Grande-Bretagne (d)
18e Parlement de Grande-Bretagne (d)
Southwark (en)
-
Membre du 16e Parlement de Grande-Bretagne (d)
16e Parlement de Grande-Bretagne (d)
Colchester
-
Membre du Conseil privé du Royaume-Uni
Membre du 4e Parlement du Royaume-Uni
4e Parlement du Royaume-Uni (d)
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 68 ans)
Savile RowVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Parti politique

George Tierney PC ( - ) est un homme politique whig anglo-irlandais.

Jeunesse et éducationModifier

Né à Gibraltar, Tierney est le fils de Thomas Tierney, un riche marchand irlandais de Londres, qui vivait à Gibraltar. Il est envoyé au collège d'Eton, puis au Peterhouse à Cambridge, où il obtient un diplôme de droit en 1784. Il est appelé au barreau de Lincoln's Inn la même année mais abandonne le droit pour se plonger dans la politique[1]. Le , il se marie avec Anna Maria Miller de Stapleton dans le Gloucestershire ; elle est décédée en 1844[2].

Carrière politiqueModifier

 
Dans Le Boureau (1798), James Gillray a caricaturé Tierney comme un bourreau français.

Tierney se présente à Colchester en 1788. Les deux candidats ont obtenu le même nombre de voix, mais Tierney est déclaré élu. Il est cependant battu en 1790. Il siège pour Southwark de 1796 à 1806, puis représente Athlone (1806-1807), Bandon (1807-1812), Appleby (1812-1818) et Knaresborough (1818-1830)[1].

Lorsque Charles James Fox quitte la Chambre des communes, Tierney devient un adversaire de premier plan de la politique de William Pitt. En , Pitt l'accuse de manque de patriotisme. Un duel s'ensuivit à Putney Heath le dimanche  ; mais aucun des combattants n'a été blessé[1].

En 1803, Tierney, en partie parce que la paix avait été ratifiée avec la France, et en partie parce que Pitt était absent, rejoint le ministère de Henry Addington en tant que trésorier de la marine, et est créé conseiller privé. Mais cela a aliéné beaucoup de ses partisans parmi les classes moyennes et offensé la plupart des whigs influents. À la mort de Fox, il rejoint (en 1806) le ministère de William Grenville en tant que président de la commission de contrôle, avec un siège au cabinet, et se rapproche ainsi des Whigs[1].

Environ un an après la mort de George Ponsonby en 1817, Tierney devient à contrecœur le chef reconnu de l'opposition à la Chambre des communes. Au début, il réussit, avec des gains Whig réalisés aux élections générales de 1818. Le , Tierney présente une motion à la Chambre des communes pour un comité sur l'état de la nation. Cette motion est rejetée par 357 voix contre 178, ce qui est un vote impliquant le plus grand nombre de députés jusqu'aux débats sur le projet de loi réformiste au début des années 1830. Foord commente que « cette défaite a mis un terme effectif au leadership de Tierney. Il n'a pas démissionné de la direction avant le , mais il a cessé d'exercer ses fonctions depuis la grande défaite. »

Dans le ministère de George Canning, il est maître de la Monnaie, et lorsque Lord Goderich en prend la tête, Tierney est admis au cabinet ; mais il souffrait déjà d'une mauvaise santé et meurt subitement à Savile Row, Londres[3].

RéférencesModifier

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « George Tierney » (voir la liste des auteurs).
  1. a b c et d Encyclopædia Britannica, 1911.
  2. « Appendix to Chronicle - Deaths - March », The Annual Register, or a View of the History and Politics of the Year 1844, vol. 86,‎ , p. 225 (lire en ligne).
  3. Hamilton 1898.

BibliographieModifier

Liens externesModifier