George St John (3e vicomte Bolingbroke)

personnalité politique britannique

George St John
George Richard St John (1761-1824), 3rd Viscount Bolingbroke.jpg
Fonctions
Membre de la Chambre des lords
Membre du 15e Parlement de Grande-Bretagne (d)
15e Parlement de Grande-Bretagne (d)
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 63 ans)
Formation
Activité
Père
Mère
Conjoints
Charlotte Collins (d) (à partir de )
Isabella Charlotte Antoinette Sophia Baronin von Hompesch (d) (à partir de )Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Henry St John, 4th Viscount Bolingbroke, 5th Baron St John (en)
Charles Barton (d)
Edward Barton (d)
George Barton (d)
George Richard St. John (d)
George Fredrick St. John (d)
Ferdinand St. John (d)
Hon. Charles Robert St. John (d)
John Dyson St. John (d)
Henry Joseph St. John (d)
George St. John (d)
Robert Barton (d)
Antonia St. John (d)
Isabella St. John (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
St. John arms.svg
Blason

George Richard St John, 3e vicomte Bolingbroke et 4e vicomte St John ( - [1]), nommé l'honorable George St John de sa naissance jusqu'en 1787, est un pair et homme politique britannique. Il devinet célèbre de son vivant pour s'être engagé dans une relation extra-conjugale avec sa propre demi-sœur, Mary Beauclerk (la fille de sa mère par son deuxième mariage), qui produit quatre fils. Les deux amoureux ont dû quitter l'Angleterre et vivre un moment sur le continent.

BiographieModifier

Il est le fils aîné du fameux mariage malheureux entre Frederick St John (2e vicomte Bolingbroke) et Lady Diana Beauclerk, fille de Charles Spencer (3e duc de Marlborough) [2]. Il fait ses études au Collège d'Eton dans le Berkshire et à Christ Church, Oxford, où il s'inscrit en 1777. Il succède à son père comme vicomte en 1787 [3].

Il entre à la Chambre des communes britannique pour Cricklade en 1782, à l'âge de 21 ans, représentant la circonscription en tant que député jusqu'en 1784 [4].

FamilleModifier

Le , il épouse d'abord Charlotte Collins, fille de son ancien tuteur Thomas Collins et a deux fils et une fille [5]. Après la naissance de ces trois enfants, George entame une relation sexuelle avec sa demi-sœur cadette Mary Beauclerk. Mary est une jumelle du deuxième mariage de leur mère avec Topham Beauclerk, mais née en 1766 avant leur mariage en 1768. L'enfant de George et Mary est amené à Paris mais est décédé à la maison comme un enfant de George et Charlotte. Charlotte est désireuse de sauver son mariage et espère par cette ruse préserver le nom de famille de l'infamie et son mariage de la ruine totale. Cependant, Mary tombe enceinte pour la deuxième fois par George en 1788, et accouche de leur deuxième enfant, toujours en France.

En 1789, George abandonne sa femme et ses enfants légitimes. Lui et Mary ainsi que leurs deux petits enfants quittent la Grande-Bretagne pour vivre ensemble sur le continent. Ils voyagent sous le nom de «Barton» et donnent des instructions à leurs familles pour ne pas essayer de les trouver. L'histoire atteint rapidement leur cercle de famille et d'amis influents, et est rapportée dans The Times (). Marie lui donne deux autres fils, qui ont tous vécu jusqu'à l'âge adulte. En , George abandonne Mary et les quatre garçons pour une noble belge, Isabella Charlotte Antoinette Sophia Hompesch, baronne von Hompesch. Il la persuade de l'épouser de façon bigame, puis de vivre avec lui dans l'obscurité d'abord sur le continent, puis en Grande-Bretagne et enfin aux États-Unis. Leurs enfants aînés sont tous illégitimes.

Plus tard, Mary (1797) épouse un comte bavarois anglo-allemand Franz Jenison von Walworth, par qui elle a des descendants légitimes. Au moins un de ses fils avec St John, Robert St John, appelé Bob St John, est très apprécié de Charles James Fox et de sa maîtresse, plus tard épouse Elizabeth Armistead.

Charlotte est décédée en 1803 et St John épouse légalement Isabella Hompesch le [5]. Par sa deuxième épouse, il a une descendance légitime, deux filles et deux fils. St John est décédé, à l'âge de 63 ans, à Pise en Italie lors d'un voyage pour retrouver la santé de sa fille [6]. Son fils aîné survivant Henry St John, 4e vicomte Bolingbroke lui succède[3], car le fils aîné George est décédé en 1804 juste avant sa mère.

RéférencesModifier

  1. « Leigh Rayment - Peerage » (consulté le )
  2. John Burke, A Genealogical and Heraldic History of the Peerage and Baronetage of the British Empire, vol. vol. I, London, 4th, , 127 p.
  3. a et b Edmund Lodge, The Genealogy of the Existing British Peerage, London, 6th, , 57 (lire en ligne)
  4. « Leigh Rayment - British House of Commons, Cricklade » (consulté le )
  5. a et b John Debrett, Debrett's Peerage of the United Kingdom of Great Britain and Ireland, vol. vol. I, London, 10th, , 365 p.
  6. Urban Sylvanus, The Gentleman's Magazine, vol. part I, London, John Harris, , 179 p.

Liens externesModifier