Ouvrir le menu principal

George Besson

critique d'art et collectionneur français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Besson.
George Besson
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 88 ans)
Nationalité
Activité
Conjoints
Adèle Besson (d)
Jacqueline BrétégnierVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Archives conservées par

Georges-Francois-Noël Besson dit George Besson est un critique d'art, un collectionneur et un militant communiste français, né à Saint-Claude le , et mort à Paris le .

BiographieModifier

George Besson, fils d'un entrepreneur fabricant de pipes, s'installe à Paris en 1905 pour représenter et vendre les pipes de l'entreprise familiale. Il y rencontre Francis Jourdain, qui lui fait découvrir Kees van Dongen, Henri Matisse, Albert Marquet, Paul Signac, Auguste Renoir. En 1913, il devient directeur de collection pour Georges Crès ; il y fonde Les Cahiers d'aujourd'hui.

Ami du peintre Albert André, il fut membre du Parti communiste français. Il écrivit régulièrement dans L'Humanité et dans Les Lettres françaises. Photographe amateur, sans enfant, il constitue dans son appartement, une collection de tableaux, dont de nombreux portraits d'Adèle ou lui-même.

Ses collectionsModifier

La collection George et Adèle Besson est présentée à Paris, au musée du Louvre du 11 décembre 1964 au 8 février 1965, puis, du 3 juillet au 3 octobre 1965, au Musée des beaux-arts et d'archéologie de Besançon, cette seconde exposition présentant en plus, au regard de celle du Louvre, les œuvres d'artistes encore vivants figurant dans la collection : Bernard Lorjou, Yvonne Mottet, André Minaux, Michel Rodde, Robert Savary, André Cottavoz, Pierre Garcia-Fons[1]. Son épouse Adèle étant décédée le 10 décembre 1964, avant l'inauguration de l'exposition du Louvre, George Besson épouse Jacqueline Brétégnier (fille adoptive d'Albert André) peu avant sa mort en 1971, afin de lui permettre de surveiller ses donations.

En 1971, il fait don de sa collection d'art à l'État français au profit du musée de Besançon et du musée Albert-André de Bagnols-sur-Cèze. Il meurt peu après, le 20 juin 1971, en son domicile parisien 27, quai de Grenelle (15ème arrondissement). Ses écrits et ses archives ont été versés aux Archives de la critique d'art[2] en février 1999. Sa correspondance est conservée à la bibliothèque municipale de Besançon.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Jean Vergnet-Ruiz, Collection George et Adèle Besson, avant-propos de Jean Minjoz et Marie-Lucie Cornillot, Éditions du musée des beaux-arts de Besançon, 1965.
  • Chantal Duverget (dir.), Pierre Daix, Alain Girard, Sophie Bernard et Valérie Pugin, George Besson. Itinéraire d'un passeur d'art, Saint-Claude/Paris, musée de l’Abbaye/Somogy Éditions d’Art, 2012, 256 p., 182 ill. (ISBN 978-2-7572-0526-6)
  • Chantal Duverget, George Besson critique d’art et collectionneur (1882-1971), INHA-Collection Archives de la critique d’art (lire en ligne)

IconographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

RéférencesModifier

  1. Jean Vergnet-Ruiz, Collection George et Adèle Besson, Éditions du Musée de Besançon, 1965.
  2. archivesdelacritiquedart.org
  3. a et b Musée de l'Abbaye, dossier de presse : donation George et Adèle Besson
  4. « Réunion des Musées Nationaux-Grand Palais - Agence photo », sur www.photo.rmn.fr (consulté le 21 mars 2016)