Ouvrir le menu principal

Michel Rodde (peintre)

peintre français

BiographieModifier

Né à La Grand-Combe en comptant parmi ses ancêtres Carle et Horace Vernet[1], Michel Rodde, après l'obtention du baccalauréat en philosophie, suit des études juridiques à la faculté de droit de Paris[2]. Incorporé en 1936 au sein du 22e bataillon de chasseurs alpins (2e compagnie), Michel Rodde rejoint pour deux ans la garnison de Nice[3], puis entre en 1938 au ministère des Affaires étrangères où il a pour collègue le poète Saint-John Perse[1]. Il retrouve le 22e B.C.A. en septembre 1939 lorsque, mobilisé avec le grade de sergent, il participe à la bataille de l'Ailette (1940), puis à celle de la Marne[3]. C'est ensuite pendant l'Occupation qu'il découvre la peinture.

En 1946, Michel Rodde revient vers l'administration diplomatique tout en fréquentant l'atelier d'Édouard Georges Mac-Avoy de l'Académie de la Grande Chaumière à Paris[2]. En 1956, il démissionne de l'administration pour succéder à Robert Humblot comme professeur de dessin à l'École des métiers d'art, puis, en 1965, à Jean Aujame à l'Académie de la Grande Chaumière.

Les voyages de Michel Rodde sont liés tant à ses expositions à l'étranger qu'à ses recherches picturales : New York (1960 et 1964), l'Égypte (1974 et 1979), le Japon (en 1989 où il séjourne à Itsuku-shima, Kyoto, Nara et Tokyo), la Norvège (où en juin 1989 il s'intéresse notamment aux Îles Lofoten).

Il vécut en partage entre son appartement de la rue Lecourbe à Paris et, à compter de 1968, Montségur-sur-Lauzon (Drôme).

Michel Rodde meurt le et repose au cimetière de Pont-Saint-Esprit[4].

Réception critiqueModifier

  • « Michel Rodde est un méridional sans accent. Autre paradoxe, c'est à 29 ans qu'il est venu à la peinture. Fonctionnaire, il se morfondait à Dijon pendant l'occupation, et il eut l'idée de se mettre à peindre. Depuis, il n'a plus cessé de manier pinceaux et couteau à palette. Il s'est lancé à corps perdu dans l'aventure. La réussite est rapidement venue le récompenser. Le prix Othon-Friesz obtenu en 1952 conjointement avec Commère l'a fait connaître des amateurs et des critiques. Il aime les paysages de barrages et — dernier paradoxe — les jardins où il trouve les contrastes d'ombre et de lumière qui lui sont chers. » - Jean-Pierre Crespelle[5].
  • « Alerte, il vide de leur poids les fruits, les fleurs, les poissons, les toits, et les projette, pour les rattraper tout aussitôt. Avec lui, rien ne se perd, nul trait, nul touche, nul ton suave, tout retrouve sa place précise, comme par miracle. Certes, son habileté est extrême, mais elle demeure constamment sensible. Cette élégante liberté, cette adresse souriante impliquent une science technique consommée. » - Henri Héraut[6]
  • « Un séjour dans l'Ouest a enrichi sa peinture en lui permettant d'incorporer davantage les uns aux autres le minéral, le végétal, l'élément liquide. Par une mise en page ingénieuse et en creusant sa toile en profondeur, il parvient à donner à son paysage une unité, une cohésion, une solidité exceptionnelles,, tout en réussissant à produire l'illusion qu'il ne s'agit pas d'un tableau mais d'un morceau de nature que nous découvrons brusquement et dont nous n'identifions pas d'emblée les composantes. » - Pierre Mazars[7]
  • « Les toiles de Rodde sont les fruits d'une vocation tardive mais irrépressible. Un lyrisme toujours très structuré, des contrastes d'ombre et de lumière, une vision dynamique et naturellement, instinctivement monumentale : un peintre lucide en prise directe avec la nature. » - Gérald Schurr[8]
  • « Qu'il peigne le canal Saint-Martin, les gorges de l'Ardèche, un lac japonais, les bords du Nil ou quelque fjord, Michel Rodde ne cesse de m'émerveiller par la magistrale liberté de sa touche, la fréquente et toujours heureuse audace de sa palette qu'exalte le voisinage de zones d'un extrême raffinement coloré et qu'architecturent des cadrages hardis. Un roc inspiré. » - Michel Ciry[9]

Collections publiquesModifier

En Algérie
En France
En Suisse

Collections privéesModifier

ŒuvresModifier

Contributions bibliophiliquesModifier

  • Routes et chemins avec Jean Giono et cinquante-six peintres témoins de leur temps, préface de Jean Giono, 56 illustrations par 56 artistes dont Michel Rodde, Presses artistiques de France, 1961.
  • Gérard Mourgue, Éloge de Michel Rodde, douze lithographies originales de Michel Rodde, Paris, Éditions Manuel Bruker, 1963.
  • André Gide, L'Immoraliste, illustrations de Michel Rodde, Éditions Rombaldi, 1967.

PublicationsModifier

  • Texte-hommage à Jean-Pierre Pophillat dans l'ouvrage collectif Jean-Pierre Pophillat, quarante ans de peinture, Éditions La cote de l'amateur, 2000.

ExpositionsModifier

ParticulièresModifier

  • Galerie Monique de Groote, 1953.
  • Musée Sainte-Croix, Poitiers, 1954.
  • Galerie Cardo-Matignon, Paris, 1955.
  • Michel Rodde - Les grands travaux du Rhône, Galerie Matignon, Paris, 1955.
  • Galerie Cartier, Paris, novembre 1958[6], 1959.
  • Galerie Reed & Lefevre, Londres, 1960.
  • Galerie David B. Findlay, New York, 1960, 1964.
  • Galerie du château Grimaldi, Cagnes-sur-Mer, mai-juin 1966.
  • Michel Rodde - Les gorges de l'Ardèche, Galerie Marigny, Paris, 1967[15].
  • Michel Rodde - Chrysanthèmes, Porte d'Auteuil, Paris, novembre 1968.
  • Galerie Tamenaga, Tokyo, 1970.
  • Musée Granet, Aix-en-Provence, 1971.
  • Galerie Tamenaga, Paris, 1982, avril-mai 1983.
  • Rétrospective Michel Rodde, Musée d'art sacré du Gard, Pont-Saint-Esprit, 5 au 13 octobre 1985.
  • Michel Rodde - Norvège, Galerie Robin-Leadouze, Paris, avril 1992.
  • La mer - Œuvres de Michel Rodde, Galerie Saint-Hubert, Lyon, 1995[8], novembre 2006 - janvier 2007.
  • Michel Rodde - Exposition au Japon, Galerie d’Art du magasin Tenmaya, Okayama, 25 septembre au 1er octobre 2001.
  • Michel Rodde - Œuvres récentes, Galerie 26, Paris, mai-juillet 2003.
  • Hommage à Michel Rodde, Musée national de la Marine, Paris, 2005.

CollectivesModifier

Prix et distinctionsModifier

ÉlèvesModifier

RéférencesModifier

  1. a b et c Jacques Delatour, « La Dröme et ses artistes : rencontre avec le peintre Michel Rodde », Études drômoises, n°1, 1999.
  2. a et b (en) « Michel Rodde (peintre) », Extrait de la notice dans le dictionnaire Bénézit, sur Oxford Index, (ISBN 9780199773787)
  3. a et b Général Bertrand Vouillemin, « Michel Rodde », Nul ne crains — Bulletin de liaison de l'Amicale nationale du 22e B.C.A., n°98, avril 2009.
  4. « Nécrologie », Le Dauphiné libéré, 23 février 2009.
  5. Jean-Pierre Crespelle, « Michel Rodde », in Les peintres témoins de leur temps, tome 6, Achille Weber/Hachette, 1957, p. 215.
  6. a et b Henri Héraut, « Michel Rodde », Journal de l'amateur d'art, n°219, 10 novembre 1958, page 19.
  7. a et b Pierre Mazars, Les œuvres d'art du paquebot France, Livror, Genève, 1969, œuvre de Michel Rodde reproduite en page 123.
  8. a et b Gérald Schurr, Le guidargus de la peinture, Les Éditions de l'Amateur, 1996, p. 797.
  9. Michel Ciry, Guérir ce qui est blessé - Journal, 1996-1997, Éditions Bertout, 2002, pp. 224-225.
  10. Musée Albert-André, Michel Rodde dans les collections
  11. Musée de l'abbaye, Michel Rodde dans les collections.
  12. Écomusée de Saint-Nazaire, « Des œuvres d'art du France de retour à Saint-Nazaire », Saint-Nazaire Magazine, n°211, mai 2008, pp. 14-15.
  13. Pierre Cabanne, Le Midi des peintres, Hachette, 1964, page 62.
  14. a et b Jean Vergnet-Rutz, Collection George et Adèle Besson, Éditions du Musée des beaux-arts de Besançon, 1965.
  15. Michel Rodde, « interview à propos de son exposition à la galerie Marigny », émission Arts d'aujourd'hui, France Culture, 15 avril 1967.
  16. Patrick-F. Barrer, L'histoire du Salon d'automne de 1903 à nos jours, Éditions Arts et Images du Monde, 1992.
  17. Société nationale des beaux-arts, invitation officielle, décembre 2009
  18. Yannis Drapier, « Petits accrochages entre amis », Le Progrès de Lyon, 20 janvier 2015

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Ivan Bettex et Gérard Mourgue, Michel Rodde, Éditions Pierre Cailler, 1957.
  • Jean-Pierre Crespelle, Michel Rodde, dans Les peintres témoins de leur temps, Tome 6, Achille Weber/Hachette, 1957.
  • Gérard Mourgue, « Michel Rodde », in Les peintres témoins de leur temps, tome 10, Achille Weber/Hachette, 1961.
    Texte enrichi d'un portrait de Michel Rodde par Édouard Georges Mac-Avoy.
  • Bernard Dorival, Michel Rodde, Éditions Mazenod, collection « Les peintres contemporains », 1964.
  • Pierre Cabanne, Le Midi des peintres, collection « Tout par l'image », Hachette, 1964.
  • Jean Vergnet-Rutz (préfaces de Jean Minjoz et Marie-Lucie Cornillot), Collection George et Adèle Besson, Éditions du Musée des beaux-arts de Besançon, 1965.
  • George Besson, « Michel Rodde », Les Lettres françaises, n°1178, 13 avril 1967.
  • Pierre Mazars, Les œuvres d'art du Paquebot France, préface de Georges de Caunes, Livror, 1969.
  • René Huyghe et Jean Rudel, L'art et le monde moderne, Larousse, 1970.
  • Michel Rodde et Michèle Affergem, Voir l'Espagne, Réalités-Hachette, 1975.
  • Yves Aubry, Michel Rodde — Extraits d'un carnet de notes, Éditions Arcurial, 1975.
  • Sanjiro Minamikawa, Ces maîtres dans leur atelier, Asahi Sonorama, Japon, 1980.
  • Michel Rodde, En prose et en couleurs, Éditions Galerie Tamenaga, 1986.
  • Patrick-F. Barrer, L'histoire du Salon d'automne de 1903 à nos jours, Éditions Arts et Images du Monde, 1992.
  • Michel Rodde, Norvège Brume de Lumière, La Colle-sur-Loup, Éditions Graph 2000, 1992.
  • Lydia Harambourg, L'École de Paris, 1945-1965 - Dictionnaire des artistes, Éditions Ides et Calendes, 1993.
  • Michel Rodde, Les forces du métier, La Colle-sur-Loup, Éditions Graph 2000, 1995.
  • Gérald Schurr, Le guidargus de la peinture, Les Éditions de l'Amateur, 1996.
  • Emmanuel Bénézit, Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, Gründ, 1999.
  • Jacques Delatour, « La Dröme et ses artistes : rencontre avec le peintre Michel Rodde », Études drômoises, n°1, 1999.
  • Jean-Pierre Delarge, Dictionnaire des arts plastiques modernes et contemporains, Gründ, 2001 (lire en ligne).

Liens externesModifier