Ouvrir le menu principal

Geoffrey Dawson

éditeur de presse anglais
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dawson.
Geoffrey Dawson
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 70 ans)
LondresVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
George Geoffrey RobinsonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Rédacteur, journalisteVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour

George Geoffrey Dawson (, Skipton-in-Craven, Yorkshire - , Londres) est éditeur du Times de 1912 à 1919 et de nouveau de 1923 à 1941. Son nom originel est Robinson, il en change en 1917.

BiographieModifier

Dawson né George Geoffrey Robinson, est le fils aîné de George Robinson, un banquier et de sa femme Mary. Il est formé au collège d'Eton et à l'université d'Oxford (Magdalen College) puis est élu fellow au All Souls College d'Oxford. Il entre ensuite dans la fonction publique d'abord dans les postes puis aux colonies. Il est l'assistant privé de Joseph Chamberlain en 1901 puis plus tard dans la même année de Lord Milner, haut commissaire en Afrique du Sud.

Comme assistant de Milner, Dawson participe à l'établissement de l'administration britannique en Afrique du Sud après la seconde guerre des Boers. Là, il devient un membre du « Milner's kindergarten (en) »[1], un cercle de jeunes administrateurs et fonctionnaires qui comprend : Leo Amery, Bob Brand (en), Philip Kerr (Lord Lothian), Richard Feetham (en) et Lionel Curtis. Ils aspirent à une Fédération impériale, et tous deviennent membres du « round table » of Empire Loyalists[2].

Dawson est proche à la fois de Stanley Baldwin et de Neville Chamberlain. Il est un des tenants les plus éminents de la politique d’apaisement envers Adolf Hitler. Il est aussi un membre important des amitiés anglo-germaniques[3] et du Cliveden set. Pendant qu'il est éditorialiste au Times, il interdit de mentionner l'antisémitisme allemand durant l'avant-guerre[4] Il est opposé au sionisme[5] Il est considéré comme une figure majeure des événements qui mènent aux accords de Munich en 1938. Il prend sa retraite en 1941.

Dawson est un ami de longue date de Lord Halifax, ministre des Affaires étrangères durant la période 1938-1940.

RéférencesModifier

  1. Charles Loch Mowat, Britain between the wars: 1918-1940 (2e édition), 244
  2. Driver, C. J., Sampson, Anthony. Patrick Duncan. James Currey Publishers, 2000. (Page 20)
  3. Stevenson, William. A Man Called Intrepid. Globe Pequot, 2000. (Page 232)
  4. Fantastic reality. Marxism and the politics of religion. Lulu.com. (ISBN 1-874123-13-6) (page 403)
  5. Berlin, Isaiah. Personal Impressions (2e édition). Princeton University Press, 2001 (page 97)

BibliographieModifier

  • (en) John Evelyn Wrench, Geoffrey Dawson and our times, Hutchinson,

Liens externesModifier