Ouvrir le menu principal
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles ayant des titres homophones, voir Gazel et Ghazel.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gazelle (homonymie).
Gazelle
Nom vulgaire ou nom vernaculaire ambigu :
L'appellation « Gazelle » s'applique en français à plusieurs taxons distincts.
Description de cette image, également commentée ci-après
Gazelle dorcas

Taxons concernés

Principalement les genres mais également d'autres (voir texte)

Les gazelles sont des mammifères, de la famille des bovidés, principalement de la sous-famille des antilopinés, vivant dans les steppes d'Afrique et d'Asie. Le nom gazelle, féminin, est issu du mot Persan ghazâl, qui signifie « élégante et rapide ».

Les gazelles sont des petites antilopes élancées, agiles et très rapides à la course. Certaines gazelles peuvent atteindre une vitesse de plus de 100 km/h[1],[2] sur une distance de plusieurs centaines de mètres ou courir à une vitesse de 90 km/h[2] sur des plus longues distances allant de 30 à 80 km et ont aussi la faculté d'entrecouper leurs courses de grands bonds. On trouve la plupart des gazelles dans les savanes africaines, sud-asiatiques et au Sahara.

Les gazelles sont des herbivores ruminants ; elles se nourrissent d'herbes, de graminées, de feuilles de buissons, etc. Certaines gazelles peuvent se passer d'eau pendant un long temps.

Sommaire

StatutModifier

Certaines espèces de gazelles ont disparu, d'autres sont en voie de disparition à cause de la chasse intensive des hommes. Aujourd'hui, les plus menacées sont protégées et leur chasse est interdite. Mais certaines espèces comme les springboks, gazelles de Grant, gazelles de Thomson, impalas, etc., sont toujours chassées pour la qualité de leur viande, leur peau et leurs cornes.

Principales espècesModifier

Au sens strict les gazelles correspondent aux espèces du genre Gazella. Toutefois le genre Gazella a été scindé en plusieurs genres en 2005[3] : Gazella, Eudorcas et Nanger. Il existe également des espèces d'autres genres qui portent le nom vernaculaire de « gazelle », certaines en dehors de la sous-famille des Antilopinae (par exemple Aepyceros melampus dans la sous-famille des Aepycerotinae, appelé impala mais également gazelle à pieds noirs).

Les espèces actuellement dans le genre Gazella :

Nom vernaculaire Nom scientifique Statut Population Localisations
Gazelle d'Arabie Gazella arabica   Vulnérable (2016) Diminution, 5 000 à 7 000 individus adultes[4] Oman, Arabie saoudite, Émirats arabes unis, Yémen
Gazelle indienne, Chinkara Gazella bennettii   Préoccupation mineure (2016) Diminution, 50 000 à 70 000 individus adultes[5] Inde, Iran, Pakistan, Afghanistan
Gazelle de la reine de Saba Gazella bilkis   Éteint (2016)[6] Yémen
Gazelle de Cuvier Gazella cuvieri   Vulnérable (2016), Annexe 3 CITES Diminution, 2 360 à 4 560 individus adultes[7] Algérie, Maroc, Tunisie, Sahara occidental
Gazelle Dorcas Gazella dorcas   Vulnérable (2016) Diminution 40,000[8] toute l'Afrique du Nord
Gazelle de montagne ou gazelle edmi Gazella gazella   En danger (2016) Diminution, 2 500 individus adultes[9] Israël, Jordanie et Turquie.
Gazelle de Rhim Gazella leptoceros   En danger (2016), annexe 2 CITES Diminution, 300 à 600 individus adultes[10] Algérie, Égypte, Libye, Tunisie.
Gazelle saoudienne Gazella saudiya   Éteint (2016)[11]
Gazelle de Speke Gazella spekei   En danger (2016)[12] Diminution Somalie, possible qu’elle soit éteinte en Éthiopie
Gazelle à goitre Gazella subgutturosa   Vulnérable (2016) Diminution, entre 42 000 et 49 000 individus adultes[13] pays arabes, pays asiatiques

Les espèces précédemment dans le genre Gazella :

Nom vernaculaire Nom scientifique Statut Population Localisations
Gazelle Mongalla Eudorcas albonotata   Préoccupation mineure (2016) Population stable, 278 000 individus[14] Soudan du Sud
Gazelle à front roux Eudorcas rufifrons   Vulnérable (2016) Diminution, 12 000 individus[15] Afrique de l'Ouest, Afrique centrale, Afrique de l'Est
Gazelle rouge Eudorcas rufina   Données insuffisantes (2008)[16] Vraisemblablement éteinte Afrique du Nord : Algérie
Gazelle de Thomson Eudorcas thomsonii   Quasi menacé (2008) Diminution, 33 000 individus[17] Afrique de l'Est : Kenya et Tanzanie
Gazelle Dama Nanger dama   En danger critique d'extinction (2015), Annexe 1 CITES Diminution, 100 à 200 individus[18] Présente : Tchad, Mali, Niger; Peut-être éteinte : Algérie, Maroc; Éteinte : Mauritanie, Sénégal, Soudan, Tunisie, Sahara occidental
Gazelle de Grant Nanger granti   Préoccupation mineure (2016) Diminution, moins de 15 000 individus[19] Éthiopie, Kenya, Somalie, Soudan du Sud, Tanzanie et Ouganda.
Gazelle de Sömmering Nanger soemmerringii   Vulnérable (2016) Diminution, 4 000 à 5 000 individus matures[20] Présente :Djibouti, Érythrée, Éthiopie, Somalie; Peut-être éteinte : Soudan.

Les espèces d'autres genres :

Nom vernaculaire Nom scientifique Statut Population Localisations
Gazelle à pieds noirs, impala Aepyceros melampus   Préoccupation mineure (2016) Stable, 2 000 000 individus adultes[21] Présente : Angola, Botswana, Kenya, Malawi, Mozambique, Namibie, Rwanda, Afrique du Sud, Swaziland, Tanzanie, Ouganda, Zambie et Zimbabwe; Éteinte : Burundi, Introduite : Gabon.
Gazelle à poche dorsale, springbok Antidorcas marsupialis   Préoccupation mineure (2016) Augmentation, 2 000 000 à 2 500 000 individus (dont 1 400 000 à 1 750 000 adultes)[22] Angola, Botswana, Namibie et Afrique du Sud
Gazelle de Clarke ou Dibatag Ammodorcas clarkei   Vulnérable (2016) Diminution, 2 800 individus adultes[23] Afrique de l'Est : Éthiopie, Somalie
Gazelle de Waller ou Gérénuk Litocranius walleri   Quasi menacé (2016) Diminution 95,000[24] Djibouti, Éthiopie, Kenya, Somalie, Tanzanie
Gazelle de la Mongolie Procapra gutturosa   Préoccupation mineure (2016) Population stable, 500 000 à 1 500 000 individus adultes[25] Chine, Mongolie, Russie
Gazelle du Tibet Procapra picticaudata   Quasi menacé (2016) Diminution 100,000[26] Chine, Tibet, Inde
Gazelle de Przewalski Procapra przewalskii   En danger (2016) Augmentation[27] Chine

PhotographieModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et référencesModifier

  1. [1] La Gazelle
  2. Wilson & Reeder, eds. (2005): Comments: Status as a full genus restored by Groves (2000b). May be sister taxon of Eudorcas, as shares translocation of autosome to Y chromosome; Nanger species share 9 unique centric fusions (Vassart et al., 1995) and are genetically distinct (Rebholz and Harley, 1999)
  3. (en) Référence UICN : espèce Gazella arabica (Lichtenstein, 1827)
  4. Liste Rouge de l'UICN: Gazelle Indienne
  5. Liste Rouge de l'UICN: Gazelle de la Reine de Saba
  6. Liste Rouge de l'UICN: Gazelle De Cuvier
  7. Liste Rouge de l'UICN: Gazelle Dorcas
  8. (en) Référence UICN : espèce Gazella gazella (Pallas, 1766)
  9. Liste Rouge de l'UICN: Gazelle À Cornes Fines Des Sables
  10. (en) Référence UICN : espèce Gazella saudiya (Linnaeus, 1758)
  11. Liste Rouge de l'UICN: Gazelle de Speke
  12. Liste Rouge de l'UICN: Gazelle À Goître
  13. Liste Rouge de l'UICN: Gazelle Mongalla
  14. Liste Rouge de l'UICN: Gazelle à Front Roux
  15. Liste Rouge de l'UICN: Gazelle Rouge
  16. Liste Rouge de l'UICN: Gazelle de Thomson
  17. Liste Rouge de l'UICN: Gazelle Dama
  18. Liste Rouge de l'UICN: Gazelle de Grant
  19. Liste Rouge de l'UICN: Gazelle de Soemmerring
  20. Liste Rouge de l'UICN: Gazelle à Pieds Noirs ou Impala
  21. Liste Rouge de l'UICN: Gazelle à Poche Dorsale ou Springbok
  22. Liste Rouge de l'UICN: Gazelle de Clarke
  23. Liste Rouge de l'UICN: Gazelle de Waller ou Gérénuk
  24. Liste Rouge de l'UICN: Gazelle De La Mongolie
  25. Liste Rouge de l'UICN: Gazelle du Tibet
  26. Liste Rouge de l'UICN: Gazelle De Przewalski