Ouvrir le menu principal
Article général Pour un article plus général, voir Gaz à l'eau.

Le gaz pauvre est produit par combustion incomplète du charbon.

La réaction est la suivante : O2 + 2 C = 2 CO

Comme la source d'oxygène est l'air, ce gaz contient une grande proportion d'azote, ce qui nuit à ses propriétés énergétiques. De plus le monoxyde de carbone (CO) est toxique.

Un exemple de gaz pauvre est le gaz de haut fourneau. Sur les sites sidérurgiques, pour augmenter sa température de flamme, ce gaz est souvent enrichi avec un « gaz riche », comme le gaz naturel, le gaz de convertisseur ou le gaz de houille (c'est-à-dire de cokerie) :

« On juge la qualité d'un gaz à la température de flamme qu'il est capable d'atteindre, brûlé dans une enceinte isolée[…]. Ainsi, les gaz qui, brûlés en air froid juste nécessaire, fournissent des températures de flamme voisines de 1 800 à 2 200 °C sont appelés « gaz riches » : c'est le cas des gaz de cokerie, d'aciérie, naturel. Ils sont capables de réchauffer, par exemple, des brames à 1 250 °C… Le gaz de haut fourneau, lui, a une température de flamme de 1 100 à 1 200 °C ; il serait bien incapable de cette performance : on l'appelle « gaz pauvre »[1]. »

— J. Corbion, Le savoir...fer : glossaire du haut fourneau

Voir aussiModifier

Notes et référencesModifier

  1. Jacques Corbion (préf. Yvon Lamy), Le savoir… fer — Glossaire du haut fourneau : Le langage… (savoureux, parfois) des hommes du fer et de la zone fonte, du mineur au… cokier d'hier et d'aujourd'hui, 5, [détail des éditions] (lire en ligne), § Gaz pauvre