Gare de Marennes

Marennes
Image illustrative de l’article Gare de Marennes
La gare dans les années 1900.
Localisation
Pays France
Commune Marennes
Quartier De la Gare.
Adresse Rue Reignier
17320 Marennes-Hiers-Brouage
Coordonnées géographiques 45° 49′ 06″ nord, 1° 06′ 01″ ouest
Gestion et exploitation
Services Fermée et déclassée
Caractéristiques
Ligne(s) Cabariot au Chapus
Altitude 8 m
Historique
Mise en service
Fermeture (voyageurs)
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Marennes
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
(Voir situation sur carte : Nouvelle-Aquitaine)
Marennes
Géolocalisation sur la carte : Charente-Maritime
(Voir situation sur carte : Charente-Maritime)
Marennes

La gare de Marennes est une gare ferroviaire française, fermée, de la ligne de Cabariot au Chapus. Elle est située sur le territoire de la commune de Marennes, dans le département de la Charente-Maritime, en région Nouvelle-Aquitaine.

C'est une station lorsqu'elle est mise en service, en , par l'Administration des chemins de fer de l'État. Elle est fermée en , lors de l'arrêt du service des voyageurs sur la ligne.

Situation ferroviaireModifier

Établie à 8 mètres d'altitude[a], la gare de Marennes est située au point kilométrique (PK) 23,650 de la ligne de Cabariot au Chapus, entre les gares de Saint-Just-Luzac et de Bourdefranc[b], s'intercale l'arrêt des Bois de Pins[1].

HistoireModifier

L'installation d'une gare près du bourg de Marennes, se précise en 1880 avec une mise à l'enquête, dans le cadre du projet de ligne de Tonnay-Charente à Marennes et au Chapus. Le 20 décembre le ministre confirme qu'elle fait partie des points d'arrêts choisis[2].

La station de Marennes est mise en service le [3] par l'Administration des chemins de fer de l'État, lorsqu'elle ouvre à une exploitation restreinte son chemin de fer de Tonnay-Charente à Marennes et au Chapus[4]. L'ouverture officielle à une exploitation ordinaire de la gare de Marennes[c] a lieu le , elle est annoncée au journal officiel du [5] et dans la presse[6].

La gare de Marennes-État, devient le une gare d'échange avec le réseau de la Compagnie des chemins de fer économiques des Charentes lorsque celle-ci ouvre à l'exploitation ses lignes de Pont-l'Abbé à Marennes et à La Cayenne de Seudre, avec embranchement de Marennes sur Saujon[7].

La ligne, et la gare, sont fermées au service des voyageurs le [8].

Patrimoine ferroviaireModifier

Toute l'emprise de la gare de Marennes a été construite sous la forme d'un lotissement de pavillons. Par contre le bâtiment voyageurs d'origine est toujours présent, réhabilité en logements[9],[10].

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. L'altitude de 8 mètres provient du site Google Earth.
  2. Bourdefranc a le statut de halte de la mise en service à 1930, puis elle devient une gare en 1931.
  3. Il faut remarquer que Marennes a le statut de station lors de l'ouverture restreinte et qu'elle a le statut de gare pour l'ouverture officielle.

RéférencesModifier

  1. Chemins de fer de l'État (Traction), Profils et bifurcation des lignes du réseau : II Sud-Ouest, Paris, État/imp E. Lefèvre, , 68 p. (lire en ligne [PDF]), « Pl. 140 Cabariot au Chapus - Saujon-la-Tremblade-la-Grève », p. 66.
  2. Conseil général, Rapports et délibérations, La Rochelle, Charente-Maritime, (lire en ligne), « Ligne de Tonnay-Charente à Marennes », p. 148-149.
  3. Banaudo 1982, p. 135.
  4. « Réseau de l'État », Journal des chemins de fer des mines et des travaux publics, no 5713,‎ , p. 120 (lire en ligne, consulté le 26 janvier 2020).
  5. Ministère des travaux publics, « Avis et communications », Journal officiel de la République française, no 167,‎ , p. 2913 (lire en ligne, consulté le 27 janvier 2020).
  6. « Ouvertures de lignes : Chemins de fer de l'État », Le Journal des Transports, no 26,‎ , p. 311 (lire en ligne, consulté le 26 janvier 2020).
  7. « Compagnie des chemins de fer économiques des Charentes », Le Courrier de la Rochelle, no 12,‎ , p. 3 (lire en ligne, consulté le 27 janvier 2020).
  8. Banaudo 1982, p. 110 et 135.
  9. « Rue Reigner (vue de l'ancien bâtiment voyageurs) », sur Google Street View (consulté le 26 janvier 2020).
  10. « Fiche itinéraire : Chemin Marennes Oléron » [PDF], sur Randonnées ferroviaires, (consulté le 27 janvier 2020), p. 2.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • José Banaudo, Trains Oubliés, vol. 4 : L'État - Le Nord - Les Ceintures, Manton, Les Éditions du Cabri, , 223 p. (ISBN 2-903310-24-6).  .
  • Jacques Poget, 1889, l'arrivée du chemin de fer à Marennes, Marennes, Jacques Poget, , 194 p., 30 cm (ISBN 979-10-699-1226-7, notice BnF no FRBNF45434221).

Article connexeModifier

Sur les autres projets Wikimedia :