Gabriel Marcel (bibliothécaire)

historien de la géographie et bibliothécaire français

Gabriel-Alexandre Marcel, à Paris le et décédé à Neuilly le [1], est un historien de la géographie et un bibliothécaire français.

Gabriel Marcel
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Nationalité
Activités
Père
Pierre-Marie Marcel (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Mère
Clémentine-Louise Lucas de Montigny (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Autres informations
Distinction

BiographieModifier

Gabriel Marcel entre en 1868 à la Bibliothèque nationale où il effectue toute sa carrière ; d’abord, comme attaché au département des Imprimés de la Bibliothèque nationale de France, puis comme bibliothécaire principal (1888) et conservateur à la section des Cartes et plans. En 1881, il succède à Eugène Cortambert et devient conservateur adjoint, chef de la section des Cartes et plans, mandat qu’il conserva jusqu’à sa mort en 1909[2]. On lui connaît aussi une charge d’enseignant de géographie commerciale à l’Association philotechnique de 1877 à 1879.

Il est inhumé au cimetière du Père-Lachaise (91e division).

Conservateur adjoint de la section des Cartes et plansModifier

Erudit, curieux, laborieux selon Henry Vignaud[3], Gabriel Marcel a dirigé la section des Cartes et plans dans l’esprit des premiers directeurs, Jomard et Cortembert. Comme eux, il attachait une grande importance à enrichir les collections par des achats judicieux – souvent avec l’aide de généreux mécènes –, à développer des recherches et à publier sous la forme de fac-similé des recueils de cartes anciennes. Il réalisa l’exposition du quatrième centenaire de la découverte de l’Amérique en 1892. Il souhaitait réaliser la publication d’un catalogue pour faciliter les études relatives à l’histoire de la géographie, mais la mort le surprit en pleine activité au milieu des collections cartographiques.

Il fait partie des cofondateurs de la Société des américanistes de Paris.

Contributions scientifiquesModifier

Il avait représenté le gouvernement français à Huelva en 1892 au moment de la célébration du 4e centenaire de la découverte de l’Amérique. En 1899, le gouvernement lui confie la tâche de rassembler la documentation géographique qui pourra servir à faire reconnaître les droits de la France dans la difficile question des frontières entre la Guyane et le Brésil qui sera soumise à la Suisse. Il reçut de nombreuses décorations, était membre de la commission centrale de la Société de géographie qu’il présida un temps et vice-président du Comité des travaux historiques et scientifiques.

Principales publicationsModifier

Notes et référencesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :